Lyme

La tactique de la tique

Dieu merci, toutes les tiques ne sont pas infectées. Il existe encore sur cette terre des tiques saines, qui boivent un jus détox le matin et font du footing dans les bois. Mais comme tout ce qui est sain, elles ne m’intéressent pas. Moi, j’ai toujours préféré les galettes au chocolat et les tiques infectées.

Les tiques font partie de la famille des arachnides. Les araignées, si tu préfères. Il en existe de nombreuses espèces. Les tiques dures, les tiques molles, les tiquettes.

Je suis étonnée qu’il n’existe aucune secte de la tique dirigée par des anorexiques car elles ont un régime extrêmement intriguant : elles mangent peu, voire très peu. Certaines espèces peuvent même jeûner pendant cinq années. Jamais je ne pourrais survivre à pareil régime, Gary. Peut-être cinq heures tout au plus. 

Et ce n’est pas tout ! En plus du jeûne intermittent, elles pratiquent la monodiète. As-tu déjà tenté de faire une monodiète ? Moi oui, de galettes au chocolat, et je peux te dire qu’au bout d’une quinzaine de jours, cela devient lassant, on a envie d’autre chose. De gaufrettes à la vanille, par exemple. Les tiques, quant à elles, font un peu plus original et plus dark : elles ne se nourrissent que de sang. Oui, tu m’as bien lu, Gary : du sang. Et comme on ne vend pas encore de sang en cannette ou en tetrapack au Night and Day, elles doivent le prélever frais sur une victime, telles des petites Dracula des sous-bois. 

Comme elles sont fainéantes et stratèges (l’un engendrant souvent l’autre), elles ont mis au point une technique, décidée lors d’un comité d’éthique. Elles ont surnommé cela “la tactique de la tique”. C’est ainsi qu’elles passent à l’attaque. 

D’abord, elles choisissent de s’installer dans des endroits prisés par leurs proies comme des points d’eau ou d’ombre. Là, elles s’installent dans les herbes hautes et attendent patiemment qu’une innocente victime passe près d’elles (un joggeur aventureux, une biche aux abois) Quand elles détectent des émanations de CO2, elles se jettent littéralement sur lui.

Ensuite elles le piquent en entrant leurs petites pattes en dents de scie qui leur permettent de découper la peau puis de rester bien fixées sur leur sujet. 

Enfin, elles injectent à leur hôte un savant cocktail de leur invention, bien loin des caipirinhas et autres mojitos, contenant : un anesthésiant qui empêche de ressentir qu’une “ opération morsure” est en cours, une protéine capable de désactiver les cellules du système immunitaire, sans oublier bien évidemment la bactérie Borrelia (celle qui nous intéresse particulièrement) ainsi que d’autres saloperies du même acabit dont la tique elle-même était parasitée. 

Et là, mon cher Gary, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres. C’est ici que tout peut partir en sucette.

« Le ver est dans la pomme » : Lyme-chroniques

Voir les autres épisodes ? C’est ICI

3 réflexions au sujet de “La tactique de la tique”

Répondre à Lydie Dee Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s