Psychanalyse

Les grandes énigmes

D’après le docteur Synapse, il existe trois grandes énigmes dans la vie, à savoir la mort, les femmes et tu m’excuseras mais j’ai oublié la troisième tant je suis restée calée là-dessus : les femmes au même titre que la mort au rayon des grands mystères de cette planète.  La femme, encore comme un concept plutôt que comme un être humain au même titre que l’homme. Franchement Gary, j’en suis restée sur mon séant et on comprend là que la psychanalyse a été élaborée par des hommes qui avaient eux-mêmes un fameux souci de synapses.  Parfois j’ai la nette impression que la misogynie nous encercle et que l’on en sortira pas de si tôt, et souvent j’ai très envie de leur retourner le compliment : vous, les hommes, vous êtes pour moi de grandes énigmes, au même titre que le trépas. Tout ce raisonnement m’a poussée à m’interroger sur le sens réel du mot énigme car personnellement je l’associe à des jeux que l’on trouve dans des livres pour enfants, avec des mystères à résoudre. La première définition que j’aie trouvé est la suivante : “Chose difficile à comprendre, à expliquer, à connaître”.  Penses-tu que le docteur Synapse, de par son explication théorique, me laissait entendre que j’étais difficile à comprendre, comme une patiente pour laquelle on s’arracherait les cheveux?  Il est vrai que je détiens pas mal de contradictions et que j’ai parfois grande difficulté à y voir clair en moi-même mais n’est-ce pas le lot de tout un chacun ici bas? 

Toujours est-il que cette petite réflexion m’a donné envie d’ajouter un t-shirt dans ma collection de t-shirts féministes : “Je suis une énigme et je vous emmerde”.

4 réflexions au sujet de “Les grandes énigmes”

  1. On tous une énigme pour quelqu’un, ma bonne dame.
    Mais j’aime beaucoup le concept du t-shirt ! Il y a un filon à creuser

  2. Bonjour chère amie blogueuse,

    Si Freud et Breuer ont bien été aux débuts de la psychanalyse, les femmes ont rapidement suivi : Emma Eckstein (1897), Margarete Hilferding ( la première femme membre de la Société psychanalytique de Vienne (1910) ), Mélanie Klein, Melitta Schmideberg et tant d’autres jusqu’à Françoise Dolto, Maud Manonni, etc, etc …

    Donc, pour la misogynie … j’ai quelques doutes … 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s