Psychanalyse

Madame Chandelier

La dernière spécialiste que je suis allée consulter, il y a un peu plus de trois ans, se nommait Madame Chandelier.

Un nom pareil pour une psychologue, avoue quand-même que ça ne s’invente pas, Gary.

Naïvement, cela m’avait mise en confiance. Un peu comme si elle était prédestinée à faire la lumière sur mes zones d’ombre.

J’aimais bien Madame Chandelier. Elle était douce et gentille et certainement compétente. Mais je repense parfois à notre dernière entrevue.

J’étais assise sur une chaise même pas confortable, en face d’elle, calée entre un grand ficus et une table basse. Je pleurais. Je jetais un à un mes mouchoirs en papier dans une corbeille en me lamentant sur mon sort. Quand tout à coup m’est venue une image. Une image saisissante d’à-propos.

Des images me viennent souvent à l’esprit. C’est peut-être comme cela que mon cerveau fonctionne en partie. C’est peut-être parce que je suis illustratrice. Alors je lui en ai fait part. Je lui ai dit : “Vous savez, Madame Chandelier, parfois, j’ai l’impression que ma vie affective ressemble à un champ de ruines, une scène telle qu’on n’en voit qu’au journal parlé pour nous montrer des morceaux de ce qui reste de la Syrie, une terre infertile sur laquelle plus rien ne pourra jamais plus pousser, une vaste étendue de désolation”.

Puis je me souviens avoir un peu parlé d’autre chose et cela a sans doute détourné son attention. Peut-être même a-t-elle opéré un virage à 180 degrés ou a-t-elle appuyé sur la touche delete de tout ce que je lui ai raconté, je ne sais pas, mais elle m’a dit, pour clôturer la séance, et nos entretiens en général : “Je trouve que vous allez beaucoup mieux, Madame Sacré. Je pense que vous n’avez plus besoin que l’on continue à se voir. tout ira bien, ne vous inquiétez pas. Vous allez certainement rencontrer un beau jeune homme qui vous rendra heureuse.”

Madame Chandelier m’avait-elle un tant soit peu écoutée?

Je n’attends pas que mon salut vienne d’un beau jeune homme. Et encore moins d’un vieux laid.

Je veux juste faire la paix avec ceux qui m’ont offensée.

Comme Jésus-Christ.

Ni plus ni moins.

2 réflexions au sujet de “Madame Chandelier”

  1. Est-ce qu’avant Madame Chandelier il y a eu une Madame Moutarde et une Madame Véranda ? Parce que bizarrement un nom comme ça, ça m’évoque plus un jeu de société qu’une possibilité de lumière sur des zones d’ombre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s