Animaux

Miracle morning

4 novembre 2021. Depuis les vacances de mes colocataires, Stanislas s’est prise d’amour pour moi et dort à mes côtés. Ce matin, elle a quitté mon lit vers six heures pour aller gratter à la porte de l’atelier où dormait Adèle. D’abord, ma sœur a tenté de l’ignorer. Mais elle connaît l’apôtre. Elle sait que si elle ne lui ouvre pas, Stan fera la danse de l’essuie-glaces jusqu’à ce que mort s’en suive (la mort cérébrale d’Adèle, j’entends).

Alors elle s’est extirpée de son lit et est allée lui ouvrir. Le chat n’a pas voulu entrer. Apparemment, elle exigeait juste que la porte de l’atelier soit ouverte, question sécuritaire, sans doute.

Adèle est allée se recoucher.

Elle a entendu du bruit dans la chambre d’en bas, où dormait mamy Tine. Happy profitait du fait que la porte soit restée entrouverte pour aller dégommer les croquettes de Kodak qui se trouvent là. Adèle s’est levée. A interpellé le chien par-dessus la rambarde. Le chien l’ignorant royalement, elle a dévalé les escaliers pour lui intimer d’arrêter. Il a continué son gueuleton, sourd à l’autorité de ma sœur. Énervée d’être ainsi snobée, elle est entrée discrètement dans la chambre de mamy, a tiré le chien par les pattes arrière. Le chien a glissé sur le plancher tel un gros sac de patates, non sans essayer d’attrapper une ultime croquette.

Adèle est montée se recoucher.

Stanislas est revenue inspecter l’atelier. Elle a refait quelques éléments de la déco. A décrété que le bic qui se trouvait sur le bureau serait mieux par terre. A sauté de tout son poids dudit bureau jusque sur Adèle avant de regagner une étagère, telle une gymnaste sur un trampoline.

Adèle s’est à nouveau levée.

A ouvert le velux pour envoyer le chat à travers le cosmos.

Le chat, toutes griffes dehors, a mis au point la tactique Spiderman et a déployé toutes ses pattes qu’elle a ventousé sur les rebords de la fenêtre, empêchant la manœuvre d’expulsion. “Ce fut comme essayer de faire entrer une araignée récalcitrante dans un sac”, a-t-elle témoigné plus tard dans la journée.

Autrement dit, ce fut peine perdue.

Adèle, renonçant à tout jamais à se recoucher, a enfilé ses chaussures de marche et est partie randonner un peu, loin de cette arche de Noé psychiatrique.

Lorsqu’elle est rentrée à la maison, essoufflée et calmée et qu’on lui a demandé : “Oh, tu étais déjà levée ?”, elle nous a répondu : “Oui. J’ai fait mon » miracle morning”” en filant une tape à l’arrière de la tête du chat.

1 réflexion au sujet de “Miracle morning”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s