Poésie

Lumières du soir

A travers la grisaille, s’échappent, éparses, les dernières lueurs d’un temps révolu.

Les vois-tu scintiller ?

Les vois-tu s’agiter, incandescentes, au dehors de ce qui fût ?

Si tu retiens, tu sentiras en dedans la rumeur des sentiments dépassés.

Si tu laisses fuir, elles s’en iront, irrémédiables

achever ailleurs leur ronde de nuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s