Ella est là

8 septembre 2022. Je fais, pour quelques jours, du dog-sitting. Ella et Sarko, les chiens de Père et Belle-maman.

Quand je veux fermer la maison en vue de la nuit, je constate qu’Ella n’est plus là, et ce depuis un bout de temps. Je m’étais aperçue de son absence, tout en lisant, mais je pensais qu’elle était en train de jouer dans le jardin. Or elle n’y était pas le moins du monde.
Je l’appelle. Elle ne répond pas. Je l’appelle de plus belle. Toujours aucune réponse.

-Putain, dis-je à Sarko, qui me regarde en dressant ses oreilles pointues de Batman, sur le qui-vive, prêt à retourner ciel et terre avec moi pour retrouver sa soeur.

Il pleut des cordes et il fait un noir de cul. J’enfile ma veste de pluie, allume la lampe de poche de mon téléphone et m’enfonce dans la nuit pluvieuse, flanquée de mon acolyte qui part en éclaireur vers l’arrière du jardin.

« Ella ! Ella ! » me mets-je à beugler sans relâche, telle une France Gall égarée. La fenêtre arrière des voisins est ouverte et leurs lumières allumées. Je me dis qu’heureusement que ce n’est pas Sarko qui a filé, parce qu’alors ils se demanderaient qui est cette maniaque qui hurle « Sarkozy ! Au pied ! » dans la nuit tombée et la pluie battante. Toujours est-il qu’Ella ne répond pas. Elle n’est visiblement pas dans le jardin, elle a dû filer sous le grillage et la voilà livrée à elle-même dans le Bronx qu’est le quartier de mon père, à la merci des rôdeurs et des chiens de gouttière, elle, âme pure et accessoirement trouillarde comme pas deux.
Je rentre. Je commence à paniquer. J’envoie un message à Caro :

-Ne dis rien à Carine, mais Ella a disparu.

-Quoi ?! Mais ce n’est pas possible ! Tu es certaine d’avoir cherché partout ?

-Je viens de passer tout le jardin au peigne fin.

-Par ce temps ?

-Affirmatif.

-Ah merde alors.

-C’est le moins qu’on puisse dire.

-Cela m’étonne d’elle, me dit-elle, soudain devenue experte canine.

Je ressors faire une seconde ronde, histoire d’en avoir le coeur net. Je gueule comme un putois, mais je dois bien me rendre à l’évidence : elle s’est volatilisée.

Quand je rentre à la maison, Ella est là, en train de me dévisager avec cet air placide qui la caractérise. Immobile, le poil sec, elle nous dévisage, Sarko et moi, le poil dégoulinant, plaqué sur le crâne.
Je rassure Caro :

-Elle est revenue ! Mais elle était à l’intérieur, cette ingrate !

-J’allais justement te proposer d’aller inspecter sa panic room, parce qu’il pleut et elle croit peut-être qu’il va y avoir de l’orage. » (Belle-Maman a installé un petit recoin sous une table pour son chien en cas d’attaque de panique, et elle a baptisée celle-ci « la panic room »).
Caro m’envoie un dernier message.

-Je me marre, mais qu’est-ce que je me marre !!!

C’est mal, de se moquer.

5 commentaires

  1. Pour avoir appelé pendant plus d’une heure mon chat d’autrefois que nous recherchions pour pouvoir quitter « au plus vite » un lieu détesté, en pleine tragédie familiale, et l’avoir découvert enfin, perché dans l’accacia d’où il nous surveillait, passant et repassant sous lui, étendu, alangui, sur une branche basse visible à tout regard levé…. Je compatis vraiment !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s