Le travail c’est la santé

9 septembre 2022.

Je suis enfin parvenue à m’extraire du canapé pour aller faire quelques courses.
Une fois installée dans ma voiture, j’ai observé mon visage dans le rétroviseur. Ce que j’y ai vu m’a fichu la trouille : j’avais des cernes violacés sous les yeux, le cheveu gras et le regard d’une droguée en pleine descente d’héroïne. J’ai démarré.

Quand je suis sortie de ma voiture, j’ai soudain réalisé que j’étais sortie de chez moi en pyjama. Je portais un pantalon mou informe et une blouse lâche ayant perdu toute notion d’élasticité. J’ai haussé les épaules d’indifférence et pris un panier dans l’entrée pour y jeter négligemment quelques victuailles.

A la caisse, il y avait un type qui prétendait se nommer : « le marseillais » et, de fait, son accent était chantant. Il reprochait à la caissière de mettre beaucoup de temps à s’occuper de son total. Celle-ci lui a rétorqué que pour lui, c’était facile, parce qu’il ne cessait pas de venir lui déposer des articles avant de disparaître pour aller en chercher d’autres, ce qui lui demandait beaucoup de travail.
Pour lui répondre, il lui a sorti la définition du mot « travail ».

C’est qui, le mec ? un marseillais qui travaille au petit Robert ?

Comme je sais ; ou crois savoir ; que le mot « travail » tire son origine du mot « souffrance », j’ai tenu, dans un souci purement pédagogique, à en informer l’assemblée.

Mais ma voix a déraillé et j’ai dit de façon grave et ténébreuse : « Souffrance. Le travail vient de la souffrance »

Tous les regards de la file d’attente ont instantanément pivoté vers moi.
La caissière a fait des yeux exorbités.
Elle était à deux doigts d’appeler les urgences psychiatriques avec son micro.

J’ai alors précisé, pour me justifier : « Je pense vraiment que l’étymologie du mot travail vient de la souffrance » et je me suis cassée sans demander mon reste sur le parking battu par la pluie ; une pluie que j‘ai traversée insensiblement, en pyjama et sandalettes, jusqu’à ce que je réalise que, pour couronner le tout, j’avais enfilé ma blouse à l’envers, laissant apparaitre ses coutures ainsi qu’une grande étiquette blanche sur laquelle était inscrit « XXL ».

Je me suis dit que si seulement j’en avais un ; de travail ; le docteur Valium, si elle avait assisté à cette terrible scène, m’aurait signé un nouvel arrêt maladie, des deux mains et les yeux fermés, et ce pour une durée d’une année entière minimum, non négociable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s