Botaniste chevronnée

Un dur labeur

Vous souvenez-vous de ce que vous avez fait jeudi passé ?

Mais siiii !

C’était un jour férié et, comme pour tout bon jour férié qui se respecte, vous vous êtes levée à une heure indécente, puis vous vous êtes allongée sur un transat et, les doigts de pieds en éventail, vous avez siroté du vin blanc en regardant l’Homme cuire un bon steak sur la grille du barbecue.

Saintes-Glaces

MOI PAS.

Parce que Mère avait d’autres projets pour nous.

travail-esclave.jpg

Dans les champs de coton

Chez Mère, il y a beaucoup d’étangs.

étang1.jpg

étang2

Et le grand ennemi des étangs, c’est Jason Bourne.

Jason Bourne, c’est le héron.

Ne me demandez pas pourquoi il s’appelle comme ça ; je n’en n’ai fichtre aucune idée.

Happy-le-chien a été dressé pour chasser Jason Bourne.

happy2.jpg

Vivacité, quand tu nous tiens

Quand on le voit amerrir sur l’étang pour se faire un plat de sushis-sashimis, on crie « Chasse » et, fier de sa responsabilité, Happy-le-chien déboule comme un dératé et aboie contre Jason qui déguerpit sur le champ.

Seulement voilà : Jason Bourne a fait un trou dans la bâche de l’étang, avec ses pattes ou avec son bec. Et l’étang s’est vidé d’une partie de son contenu.

Mère a donc décidé d’organiser une grande journée de démontage de l’étang.

galerien

Mais que Diable allait-on faire dans cette galère ?

trait

Quand je suis arrivée chez elle la semaine dernière avec mon ami Sébastien M. (qui rencontrait Mère pour la première fois), elle était en train de dresser la liste des participants.

Aussitôt, Sébastien a proposé son aide. comme ça, SPONTANEMENT.

Nous, on a crié : « Ne fais pas ça, malheureux ».

Le pauvre : il ne pouvait pas savoir où il mettait les pieds et on a estimé qu’il était de notre devoir citoyen de le prévenir et d’essayer de l’en empêcher. Mais il a insisté et nous ne pouvions rien faire d’autre que de lui dire : « On t’avait prévenu ».

Mère a décidé de faire deux équipes : ceux qui « font de l’eau » et les autres.

Elle a demandé à Sébastien : « Est-ce que tu veux faire de l’eau ? » et Sébastien a répondu oui.

seb3

Et même, je MARCHE sur l’eau

L’autre équipe, celle qui ne voulait pas faire de l’eau, était de corvée « mise en vernis des meubles de jardin ».

vernis

 

trait

Bien entendu, il a fallu se lever tôt, un four férié.

Ce qui est déjà scandaleux en soi.

Mais en plus, au début, le temps n’était pas au beau fixe : un petit vent glacial traversait mes vêtements. Ce qui faisait au moins deux raisons de me rendre bougon.

schtroumpfgrognon

trait

On a commencé à retirer toutes les pierres qui entouraient l’étang.

casseurdepierres

Ensuite, on a arraché les plantes pour les transporter dans le ruisseau qui passe dans le fond du jardin.

happy

ruisseau

brouette

A midi, les ouvriers communaux ont apprécié l’avancée du chantier.

ouvriers.jpg

Et nous avons même eu droit à une pause.

Pieter_Bruegel_the_Elder_-_The_Corn_Harvest_(August)_-_WGA03451

dodo.jpg

Désolée les sœurs, je sais que c’est salaud de poster cette photo mais c’était trop tentant pour mon roman photos.

L’après-midi, on a vidé l’eau à la petite cuillère avec une pompe.

Mais le fond était trop vaseux pour passer dedans, donc on a dû vider le fond en écopant avec des seaux que l’on vidait dans des brouettes que l’on vidait sur le potager pour faire de l’engrais.

Tenue rouge à pois blancs exigée

Bien-sûr, on a sauvé toutes les petites petites bestioles que l’on pouvait sauver en les transportant jusqu’aux autres étangs en courant très vite et en hurlant « Sauvetaaage !!! ».

  •  Des dizaines et des dizaines de tritons alpestres.

C’est Véro qui, dans son T-shirt « Natagora » a crié tout à coup : « Oh ! Il y a un truc vivant ! Venez voir !  »

vero

« Rappelle-moi un peu : c’est où encore, que tu travailles, Véro ? »

triton

  • Les quelques poissons que Jason Bourne n’a pas daigné manger et qui se trouvaient fort mécontents d’être déposés sur un potager.
  • Une grenouille géante en savon noir qui se débattait contre Sébastien qui tentait vainement de l’attraper.

kermit

  • Des petits bigorneaux.

Et hélas, trois fois hélas, nous avons dû sacrifier pas mal de têtards, ce qui nous a fait dire à Adèle et à moi, en contemplant la marée de vase en train de sécher sur le jardin : « On dirait un peu le Rwanda des têtards ». Mais cette remarque est plus que douteuse (je dirais même vaseuse), et j’ai même hésité à vous la retranscrire, pour vous dire à quel point on est pas fières.

Tetards-67612.gif

 » Têtard, aujourd’hui »

« Tu parles, il est super tôt »

L’étang se vidait peu à peu.

axel2

Axel faisant (encore) le pitre

axel

 

Tout le monde était dans un sale état et inutile de vous préciser que c’est un peu parti en bataille de vase.

boue

En fin de journée, la baronne et son frère ont inspecté les travaux finis.

barons

étangvide

Le soir, nous avons été récompensés par la célèbre et succulente paella de Mathilde.

groupe

paella

trait

Que vous dire d’autre ?

Mes sœurs et moi soupçonnons Sébastien d’avoir basculé du côté obscur de la force.

Ou pire, d’en avoir toujours fait partie.

C’est-à-dire d’être fait du même bois que Mère (c’est assez rare, mais j’imagine que ça peut arriver).

darthvader

  • D’abord, il a proposé ses services spontanément, je vous le rappelle (mais on peut mettre ça sur le compte de l’ignorance).
  • Ensuite, il m’a dit, avec beaucoup de fascination dans la voix : « Waw, ta mère ! Quelle énergie ! Une vraie tornade ! »
  • Enfin, je l’ai surpris en train de dire à Mère, le plus sérieusement du Monde : « Mais oui, je trouve que tant qu’on y est, autant en faire le plus possible« .

trait

Voilà.

Pour cette journée riche en émotions, j’ai choisi le format « roman photos » pour innover un peu et cela sans aucun respect de l’anonymat des victimes de Mère.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Votre dévouée Nathalie Sacré.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Botaniste chevronnée

Saintes Glaces

On a beau me charrier en me disant que je n’y connais rien en jardinage, je sais quand-même qu’en ce moment, ce sont les Saintes-Glaces.

Ceci dit, quand je suis allée vérifier l’orthographe, j’ai compris que j’avais toujours cru qu’on disait « Saintes Glaces » alors qu’en fait il s’agit des « Saints de glace ». Ce qui prouve que j’ai toujours eu une banane dans l’oreille et, du coup, mon gag tombe un peu à l’eau.

Mais soit.

Je persévère.

saintesglaces

Rendez-vous sur Hellocoton !
Botaniste chevronnée

Comment voyager avec un sapin

« Avez-vous déjà voyagé avec un sapin ? »

Cette question, pouvant paraître au premier abord absurde, n’en reste pas moins véritable, et, si je vous la pose, c’est que cela m’est arrivé pas plus tard qu’hier.

Mon ami Gaétan (mais vous pouvez l’appeler Jean-Claude) a eu la soudaine envie de ramener un souvenir de notre petite escapade française.
Certains ramènent une boule à neige, un porte-clés, un timbre ou de la bouffe. Jean-Claude, lui, a flashé sur un pin. Mais pas n’importe quel pin, non. Un pin qui n’existe pas du tout en Belgique (mon oeil en parachute) et qu’il a fallu ramener en voiture, sur le siège arrière, c’est-à-dire juste à côté de moi. C’est donc dans ce contexte que j’ai voyagé plus de six heures d’affilée aux côtés d’Etienne le sapin.

20140714_134404

(Ci-dessus : Jean-Claude et Etienne)

Heureusement, Etienne est de bonne compagnie.

  • Il ne perd pas ses épines (je dois bien avouer ma crainte de me voir transformée en « Gaston sapin » à l’issue du trajet)
  • Il ne souffre pas du mal des transports.
  • Il n’a même pas demandé à se soulager la vessie sur une aire d’autoroute.

Par contre, il a explosé notre budget « Flunch » en demandant du dessert après avoir ingurgité son vol-au-vent avec frites.

Mais nul n’est parfait en ce bas monde et je ne voudrais surtout pas avoir l’air de jeter la pierre à ce brave Etienne.

20140714_134425

Gaston sapin

(Ci-dessus : Gaston Lagaffe avait fait la connaissance d’Etienne bien avant moi)

Rendez-vous sur Hellocoton !