Le burnout de Sven

La dernière fois que je suis allée chez Ikea avec Adèle, une chose inhabituelle a frappé notre rétine : Le hall d’entrée était salement décoré.

Les motifs fleuris du canapé, repris également sur les murs, nous ont fait penser à un dimanche soir pluvieux chez Mère-grand, quand tu es enfant, que tu as mangé trop de tarte au riz, que le sucre te fait délirer, que tes parents tardent à venir te rechercher, que tu n’as pas fait ton devoir de maths, que le coucou de l’horloge émet un sinistre Dong et que ta Mamy te dit que si tu n’es pas sage, tu finiras par te retrouver sur les murs.

Tout cela nous éloignait dangereusement du célèbre impeccable design suédois que nous vénérons tant.

Il va sans dire que nous avons été à la fois surprises, choquées et déçues.

On s’est demandé ce qui leur était passé par la tête et là, nous avons été frappées par un éclair de génie : Il y a peut-être un stagiaire chez Ikea qui fait un burnout et qui a décidé de couler la boite insidieusement.

Il s’appellerait Sven (sans vouloir faire de stigmatisation, bien entendu).

Quand nous sommes allées à la cantine et que nous avons vu le prix de notre gâteau (1 euro), nous avons eu la confirmation de notre théorie. Si les gâteaux au chocolat ne coûtent qu’un malheureux euro, sûr que c’est Sven qui veut mettre Ikea en déficit.

Et surtout, à la cantine, ils servaient un nouveau plat : Des frites-croquettes. Oui, des croquettes accompagnées de frites, sans même un soupçon de légumes, ce qui est une hérésie pour les suédoises healthy-green-smoothies que nous sommes.

De retour à la maison, j’ai parlé de Sven à pas mal de copines qui ont dit que notre théorie se tenait.

Et puis, vendredi dernier, Adèle avait besoin de cadres pour notre expo et nous sommes reparties chez Ikea en famille (mais sans prévenir Mathilde, qui travaillait, pour ne pas lui faire de peine).

A peine installée dans la voiture, je reçois une photo sur Messenger de Fanny et Marie-France.

« Encore un coup de Sven ? »

Car le Grand Plan Cosmique de l’Existence a fait en sorte que nous allions chez Ikea le même jour.

Je leur réponds en envoyant un cliché du fauteuil qui provoque mon courroux.

Ouate de phoque

(Désolée si vous avez adopté Ektorp. Les goûts et les couleurs, il parait que ça ne se discute pas. Mais si c’est le cas, j’aimerais tout de même que l’on en parle un tantinet).

Et en effet, au restaurant, en portant mon plateau de frites-croquettes, j’entends héler mon prénom et je tombe sur elles. Marie-France m’explique qu’elle est venue jusque-là pour acheter un bureau à son fils, mais qu’hélas le bureau est en rupture de stock et que, pendant qu’elles dégustent un gâteau à un euro, son fils est en train de consciencieusement ranger sa chambre afin de recevoir ledit bureau. Fanny m’explique d’un air cruel : « Mais elle ne l’a pas prévenu que le bureau n’était pas là, pour qu’il continue son rangement ».

Et ce n’est pas tout. Dieu avait vraiment décidé que je serais connue comme un vieux sou chez Ikea, parce que je suis aussi tombée sur les soeurs David, mes nouvelles copines qui m’avaient offert un dinosaure à mon expo. (Suivez un peu, ceci est une saga).

Elles étaient un peu fébriles et elles m’ont expliqué que quand elles étaient venues hier (vivent-elles-là ?), elles avaient vu Sven se cacher en-dessous de son bureau en les apercevant.

Si j’ai bien compris, les plans de cuisine d’Isabelle changent tous les jours et, en sus, elle aimerait y intégrer un petit poulailler pour Doris et Priscilla, ses deux poules imaginaires.

Immédiatement, j’ai compris que le burnout de Sven était dû à mes deux copines, et que c’était donc de leur faute si les canapés Ektorp existent et si on grossit à cause des frites croquettes.

Mais je n’ai rien osé leur reprocher.

Car l’amitié, c’est pouvoir se taire et accepter les autres dans leur immense complexité.

Notre journée Marie-Antoinette : soldes et solde insuffisant

Hier, tous les éléments étaient réunis pour que Noémie, Adèle et moi passions une bonne après midi.

  • On était dimanche.
  • C’était le premier jour des vacances.
  • Accessoirement le premier jour des soldes.
  • Il faisait à tout casser 30 degrés à l’ombre.
  • Le solde de notre carte gold était à son apogée.
  • On n’avait plus rien à se mettre.

Vous me voyez venir ?

Je suis en train de vous dire qu’hier, les axes étaient alignés en un combo gagnant pour passer une journée Marie Antoinette.

36479508_1801778706579782_8684297621948334080_n

C’est Mathilde et ses amis qui ont inventé le concept de la journée Marie-Antoinette : il s’agit de faire du shopping en buvant du champagne et en mangeant des pâtisseries.

Etant donné que je n’ai fait que grossir ces derniers temps et que ma soeur et ma cousine sont plutôt « vegan pro-ana zéro sugar et gluten free », on a zappé le chapitre bulles et pâtisseries pour se consacrer entièrement à notre art : acheter des fringues.

36540473_1801783529912633_5920831954789335040_n.jpg

Enfin, c’est plutôt leur passion à elles.

Moi je leur ai dit quelque chose qui tombe sous le sens, dans le genre :  » Je ne trouve plus de vêtements à ma taille, je suis pauvre, il fait 50 degrés, alors pourquoi se ruer dans la foule par cette chaleur alors qu’on est si bien ici, à agoniser dans le jardin à la recherche du moindre recoin d’ombre ? ».

J’avais des visions d’horreur.

Sans-titre4

Mais les filles sont persuasives, elles ont essayé de me faire croire que tout le monde penserait comme moi et que donc, nous aurions la ville pour nous toutes seules.

36518817_1801772366580416_6343998332091760640_n

Je ne suis pas dupe, mais je les ai suivies quand même.

Quand on est arrivées en ville, j’ai clairement dû admettre qu’elles maitrisaient leur sujet car il y régnait un calme inhabituel.

On a franchi la première porte coulissante et la fraîcheur de l’air conditionné m’a envahie : j’étais conquise.

J’ai regardé un peu les vêtements.

Tout était beau.

Mais rien à ma taille, devenue trop hors normes.

Je n’osais trop rien dire mais je ne le vivais pas super bien. Je rêvais au jour où je perdrais 20 kilos et je me disais que peut-être plus tard, je pourrais moi aussi participer quand je ferais du shopping. Je me suis donc mise sur le côté en me disant tant pis, je vais les suivre et on passera malgré tout une bonne après midi.

En passant devant une enseigne dont je tairai le nom, j’ai expliqué aux filles : « La dernière fois, j’ai dû aller là pour m’habiller, dans ce magasin de vieilles grosses. Et ça m’a fait un choc d’en arriver là ». Adèle m’a répondu que j’étais bourrée d’aprioris, la preuve : le pantalon dans la vitrine était très beau. Je lui ai répondu, soulagée : « Ah, toi aussi tu le trouves très beau ? J’ai cru que si je portais ça, tu appellerais la brigade de la mode ».

La brigade de la mode, c’est mon ami Mathieu qui l’a inventée, et elle vient vous chercher pour vous emprisonner si vous êtes mal habillée.

1800756
Jamais du brun avec du noir

Elles m’ont convaincue d’entrer et là, tout a été très vite.

Adèle s’ est emparée de plein de pantalons, Noémie a saisi des blouses, et elles m’ont poussée dans la cabine d’essayage à une vitesse vvprime (j’adore cette expression).

Les filles se sont installées. Elles ont dit « Tu vois, on est bien ici. Il n’y a que nous, des coussins pour s’asseoir, la clim et des beaux vêtements ».

J’ai tout essayé et le croirez vous ?

Tout m’allait.

Comme un gant.

Noémie, jambes croisées sur son siège, a déclaré : « Tu dois tout prendre, c’est obligé ».

36476331_1801772336580419_5626456996560502784_n

Tout prendre ? Moi qui comptais juste acheter un ou deux vêtements… Et en même temps, je n’avais plus rien à me mettre (à part mes vieilleries, dirait Mère) donc j’ai obtempéré.

36500396_1801705153253804_8869672787015368704_n
36566535_1801705163253803_2335026379982110720_n

Adèle a déclaré d’un ton solennel : « On va te faire découvrir ce que c’est que le shopping extrême ».

Et Noémie a ricané. Un ricanement de petit diable.

Quelque chose dans leur attitude me disait qu’on ne faisait que commencer.

36561603_1801772339913752_2387342650765213696_n

Arrivée à la caisse, la caissière m’a dit : « Est-ce que vous savez qu’il n’y a rien en solde dans ce que vous avez choisi ? ».

Je lui ai dit « Oui, je sais. Mais comme dirait Sébastien : « L’argent n’est pas un problème » » et j’ai payé avec ma carte Gold.

On a fait encore plusieurs magasins et, à chaque fois, j’ai tout dévalisé parce que les diaboliques me poussaient à la consommation.

Adèle, par contre, ne s’achetait rien, ce qui commençait un peu à nous inquiéter, et on se demandait si elle était malade quand elle est tombée sur une petite merveille.

36489799_1801762866581366_2440405554368086016_n

On commençait à avoir les pieds en sang et le compte ne banque à l’agonie.

Mentalement, je me demandais combien je pourrais toucher si je revendais un rein et si ça suffirait à rembourser une partie de mes achats quand on est passées devant le bar à smoothies.

Je me disais que j’allais offrir un peu de vitamines aux deux démons qui m’avaient fait me rhabiller de la tête aux pieds quand on a vu ce panneau qui nous a bien fait marrer.

IMG_20180701_151632

On a donc siroté nos boissons fraîches sur un banc, ensevelies sous les sacs de courses, épuisées, pauvres, mais heureuses.

36526502_1801772329913753_3746510043999109120_n

Les raisons pour lesquelles on aime Ikea

Nous sommes bien d’accord : Ikea, c’est le mal.

enfer-hell-diable-1020x500

Cette enseigne cumule à elle-seule nombre de dérives que nous aimons pointer du doigt (désastre écologique, mondialisation, uniformisation des intérieurs).

Dans un monde où il est de bon ton de boire de l’eau de pluie acide et de tricoter des pulls en poils de lama, Ikea fait tache.

Mais dès qu’il s’agit d’Ikea, il se peut que nous perdions tout sens civique et que nous devenions des traîtres, des vendus, des Judas.

judas

« J’ai besoin d’un nouveau salon, je crois que je vais craquer mon slip »

Voici donc, en exclusivité pour vous ce soir : Les raisons pour lesquelles on aime Ikea.

ikea

« Ikea, bonne idée »

Lire la suite

Sur la simplicité involontaire

Avec notre société de consommation, la simplicité volontaire a assurément de beaux jours devant elle.

quitter le système

Mais je sens qu’avec les problèmes techniques en série que je viens de me coltiner (et encore, j’ai oublié de vous dire que ma chasse d’eau coulait et que pour pouvoir la réparer j’ai dû suivre une formation accélérée en plomberie au Forem), je vais pouvoir lancer le concept de simplicité involontaire.

seul au monde

Comme pour chaque concept lié à ce début de siècle (Je suis HP, je suis vegan, j’ai un TDAH, je pratique la pleine conscience et je mange bio, le tout avec zéro déchet) il faut suivre quelques préceptes.

Ce sont ces préceptes que je m’applique à vous exposer aujourd’hui.

trait

Pour vivre dans la simplicité involontaire, il faut que plusieurs objets importants lâchent en un laps de temps assez court.

Frigo, chasse d’eau, voiture, ordinateur. Et dans la nouvelle voiture : éclat dans le pare-brise, phare avant, pneu avant,  : JE GAGNE HAUT LA MAIN, essayez toujours de me concurrencer.

cabane

Home sweet home

Etre trop pauvre pour pouvoir les remplacer au pied levé.

Si vous avez assez de fric pour vous payer simultanément un frigo, une voiture et un ordinateur, passez votre chemin, la simplicité involontaire ne signifie absolument rien pour vous.

Etre créatif.

Pour remplacer ma voiture, j’ai pris le bus. Cela peut paraître simple mais ça ne l’est pas forcément.

Mon frigo est devenu une planche de celui de ma sœur. Quant à mon congélateur, j’utilisais mon appui de fenêtre quand il gelait.

Mon ordinateur est celui de ma sœur aussi. Enfin, je veux dire l’inverse : j’utilise celui de Caro quand j’ai besoin d’utiliser un ordi.

Ce qui nous amène au point essentiel : Avoir une sœur qui prête ses affaires et qui vit à côté de chez vous. (La mienne remplit les deux critères).

Yo, frangine, je serai toujours là pour toi

Etre de nature »bonne pâte », ou, dit plus simplement « être détendu du bulbe ».

Si vous êtes du genre à piquer une crise de nerf dès que votre ordinateur est trop lent, cette expérience de vie n’est tout simplement pas faite pour vous. Elle épuiserait vos nerfs et, par extension, ceux de votre entourage.

stress-au-travail

J’emmerde la simplicité involontaire

Vivre quand tout lâche

Contrairement à ce qu’indique le titre de cet article, je ne vais pas vous parler de Patricia Kaas, mais de moi, pour ne pas changer.

Ou plutôt de ce qui m’arrive. Ou plutôt de ce qui arrive aux objets qui m’entourent.

patricia kaas« Vivre quand tout lâche, quand tout clache »

J’ai la sale impression que le Règne-technologique se met à partir en couille sévère.

Paranoïa ? J e ne pense pas.

Tout a commencé le jour où le garagiste du contrôle technique a décrété que la Queen-Elisabeth, ma voiture, avait trépassé. Mais ça, vous vous en souvenez. J’avais dû prendre le bus et tout et tout.

Par les temps qui courent (femme moderne, working girl), il est difficile de survivre sans voiture donc je m’en suis racheté une.

Enfin, pour être exacte, mes parents me l’ont offerte pour essayer que je m’arrête de pleurer (ça s’appelle : l’éducation).

Moi qui ai toujours cru que la Queen Elisabeth était TOUT POUR MOI, j’ai constaté, en acquérant ma nouvelle voiture, que je retournais bien vite ma veste.

Le revendeur m’a dit : « Vous verrez, elle a même le bluetooth » et maman a répondu « A mon avis elle ne sait pas ce que c’est. Tu sais ce que c’est, Natha ? » « Non » « Je t’expliquerai ».

J’ai dit à Père : « J’aime tellement ma nouvelle voiture ! Quand je monte une côte, elle va jusqu’au-dessus ! Et quand j’appuie sur le frein, elle freine tout de suite. Et figure-toi qu’elle a la direction assistée ! ».

Face à tant de modernité, j’ai bien vu que Père restait coi.

Mathilde m’a dit : « Oh, c’est chouette, je ne suis pas obligée de tenir la portière côté passager en ayant peur de tomber sur la route. Et puis, il faut dire ce qui est : tu roules mieux depuis que tu as Etoile ».

Etoile, vous l’aurez compris, c’est le nom de ma nouvelle voiture.

C’est Caro qui a constaté que c’était écrit à l’arrière et que donc, c’était certainement son nom.

Mère n’aime pas ce nom. Elle a dit très sèchement : « Ah non, hein Natha, PAS ETOILE ». Elle prenait tellement à cœur le choix du nom de ma voiture qu’on aurait presque dit qu’on débattait du choix du prénom de mon enfant à naître.

On l’appellera Adolphe

Adèle, quant à elle, a dû elle aussi se racheter une voiture car celle de son père (l’emblématique Evinrude) a rendu l’âme.

evinrude-personnage-aventure-bernard-bianca-02

Elle s’est acheté la même que moi (sale copieuse) mais version modèle supérieur (sale prétentieuse). Et sur la sienne, il était aussi inscrit « Etoile » (drôle de nom pour un garage), donc on a surnommé nos voitures « Grande Ourse » et « Petite Ourse ».

ours

trait

Quelques jours après l’acquisition de cette merveille, je suis allée conduire Aglaé je ne sais où et elle m’a dit : « Regarde, marraine : il y a un éclat dans ton pare-brise. Oh, et même deux « .

C’est vrai qu’il y avait eu de la grêle le lendemain de mon achat.

D’ailleurs, j’en avais bien chié des barres parce que c’est à ce moment là que je me suis rendu compte que mes essuies-glace ne fonctionnaient pas super bien.

degrelle

Léon de Grêle

trait

Ensuite, mon frigo s’est mis à faire des bruits de tondeuse en pleine nuit.

J’ai essayé de faire abstraction, mais ce n’était pas évident parce que, comme je vis dans un studio, mon lit est en ligne directe avec ledit frigo, ou presque.

frigoléguman

Quand j’ai commencé à me réveiller en pleine nuit en sueur parce que je rêvais que Léguman roulait en voiture dans mon frigo et qu’il appuyait sur les gaz de rage parce qu’il ne parvenait pas à faire ses créneaux, j’ai compris qu’il était temps que je le débranche (le frigo, pas Léguman. Ni mon cerveau).

Si vous ne connaissez pas Léguman, vous ne pouvez peut-être pas concevoir ce que cela a d’horrible, mais croyez-moi, ça la fout vraiment mal.

telechat

J’ai donc expliqué le problème à mon propriétaire en lui demandant s’il voulait bien remplacer mon frigo mais il a répondu : « Achetez-vous un nouveau frigo, comme ça il sera à vous ».

Ce qui tombe bien, parce que j’ai toujours rêvé de m’acheter un frigo.

Mon propriétaire est donc venu avec son frère et ils ont emmené mon frigo dans un  lieu sûr, un lieu où il ne troublerait plus le sommeil d’autrui.

leguman

Seulement voilà : je suis pauvre.

Alors Caro a décidé de me prêter momentanément une planche de son frigo. J’y dépose donc mes affaires et, chaque fois que j’ai besoin de quelque chose, je passe chez ma voisine (qui n’en n’a jamais marre de me voir) et je lui tends mon aliment bien à vue pour lui prouver que c’est bien quelque chose qui m’appartient et que je ne suis pas encore en train de lui dérober de la nourriture.

jacqueschirac

C’est MA brique de lait

trait

Aussi, un jour, dans la nuit noire et obscure, un automobiliste m’a fait des appels de phare. Je n’ai pas trop su ce qu’il voulait jusqu’à ce que je comprenne le lendemain, quand un gentil monsieur qui venait en sens inverse s’est arrêté et a baissé sa vitre pour me prévenir qu’un de mes phares ne fonctionnait plus.

trait

Après, Donovan s’est mis à faire des siennes.

Donovan, c’est mon ordinateur.

Il déconnait tellement que je suis allée le conduire chez le réparateur. Je lui ai expliqué qu’il s’appelait Donovan ainsi que tout ce qui n’allait pas dans son comportement (des problèmes évidents de désobéissance).

Le réparateur a rempli une petite fiche listant tous les problèmes. Sur sa fiche, il a même inscrit : « Cet ordinateur s’appelle Donovan ».

Quelques jours plus tard, le réparateur m’a appelée en me disant : « C’est plus grave que prévu, Mademoiselle : votre ordinateur a un problème de disque dur. ça demanderait 250 euros de réparation ».

Que pouvais-je faire ? Une accro à l’ordi comme moi ? J’ai dit « OK, emmenez-le au bloc ».

Puis Adèle, qui entendait ma conversation et qui s’y connait bien mieux que moi m’a dit : « Tu sais Natha, je crois que tu peux considérer que Donovan a un cancer du cerveau et qu’on ne peut plus rien pour lui. Il faut abréger ses souffrances. Il faut le débrancher. Et t’en acheter un nouveau ».

casserordi

J’ai retéléphoné au type en disant que je changeais d’avis, qu’avec ma famille on en avait pas mal discuté et que l’on pense que Donovan n’aurait pas voulu souffrir plus longtemps. J’ai demandé s’il fallait signer une décharge mais le type a répondu, le plus sérieusement du Monde : « C’est comme vous voudrez, Mademoiselle. Mais ça fera quand-même 30 euros ».

Alors chaque soir j’emprunte le Mac de Caro pour vous rédiger cette belle chronique.

Et non, ma sœur n’en n’a pas marre de toujours tout me prêter. Parce qu’elle est habituée à le faire depuis toute petite.

mere-teresa-1

Je donnerais ma chemise à cette Sainte Enfant

trait

Enfin, mardi, Maryline, la-femme-de-ménage-de-la-bibliothèque-de-Flawinne, est venue me trouver en me disant : « Le pneu de ta voiture est sacrément dégonflé. Je me demande même s’il n’est pas crevé ».

Je suis allée voir, et c’est vrai qu’il n’avait pas bonne mine. Il était raplapla. Ce qui est quand-même le comble pour un pneu.

 Je suis allée jusqu’à la pompe à essence la plus proche et j’ai garé Etoile pile à côté de la-machine-qui-regonfle-les-pneus. Là, un immense abattement m’a submergée car j’ai réalisé que, malgré que Jean-Chri m’ait expliqué à peu près 72 fois comment on procédait pour regonfler un pneu, je ne m’en souvenais plus.

Je suis restée là les bras ballant pendant un temps incalculable. J’ai pensé à ce film « Rubber » qui met en scène un pneu qui tue des gens et j’ai décidé qu’il ne fallait pas que je termine de façon aussi surréaliste. Que gonfler un pneu de voiture devait sensiblement être la même chose que gonfler un pneu de vélo, mais en plus gros.

Mais je suis assez loin d’être bricoleuse et le résultat de mon essai ne me satisfaisait pas, donc, les mains pleines de cambouis, je suis allée faire ma poule crevée chez le pompiste qui s’est proposé de m’aider, moi, jeune demoiselle en péril.

pneulapin

Je pense que lui aussi est en péril

Là, le petit pompiste freluquet a confirmé le verdict de Maryline, à savoir que mon pneu était crevé.

Et moi aussi je me suis sentie crevée.

Dégonflée.

Aussi à plat qu’une vieille chambre à air.

Pneu mieux faire

trait

Enfin, tout cela pour vous dire que

j’en ai marre que Patricia Kaas mes affaires dès que j’ai le dos tourné.

toutcasser.gifVivre quand tout lâche

La bonne résolution 2018

Allons, matelots.

Tout comme il est habituel d’entendre que nous avons tout le mois de janvier pour souhaiter les bons vœux, je m’octroie le même laps de temps pour vous dévoiler quelle sera ma bonne résolution pour 2018.

Les bonnes résolutions, je ne les tiens jamais. Je me fous la pression à fond pour tenter vainement de transformer mes faiblesses en atouts et, au bout du bout de l’année je constate toujours avec amertume que je reste pareille à moi-même, alors je trempe des Dinosaures russes dans des Danettes par dépit et c’est encore pire.

Avec la tragédie qui a marqué ma famille, 2017 aura été plus qu’harassante et je m’octroie donc une année de douceur et de réparation.

J’ai décidé de prendre soin de moi, vaste programme s’il en est.

Une seule résolution, donc, mais tentaculaire car elle a autant de bras qu’un poulpe, c’est-à-dire au moins huit, pour ceux qui suivent un  peu.

Prendre soin de moi, ça signifie :

Me détendre, plonger dans la mousse, buller.

Me shooter aux greensmoothies, devenir healhy/vegan/proana

Etre une vraie yogi qui fait des postures sur la tête pour voir le Monde sous un autre point de vue.

Ecouter de la musique, chanter fort pour mes voisines, danser.

Lire.

Peindre, peindre et peindre encore.

Devenir une vraie petite randonneuse, faire des concours de pas avec la Moeder, m’émerveiller devant l’immensité de ce vaste monde.

Claquer mon pognon dans des fringues. Avoir les doigts qui brûlent.

Je vous souhaite à tous une excellente année à prendre soin de vous.

 

Bref, on est allées chez Ikea

Oui, je suis allée chez Ikea un samedi après-midi pluvieux.

Si vous voulez savoir comment je me suis retrouvée dans ce pétrin, sachez que Caro m’a fait le chantage suivant : « Si tu veux avoir le droit de t’affaler dans mon nouveau canapé, tu vas devoir m’accompagner et donner un coup de main ».

Comme dirait Mélanie : « Aller chez Ikea un samedi après-midi de pluie, c’est un peu comme tirer la boule noire à Koh-Lanta ».

Lire la suite

Je suis passée à un écran tactile

La plus jeune de mes sœurs, celle qui a treize ans et qui est née avec un Smartphone en mains (il parait qu’il y a une génération technologique entre nous) a décidé de m’offrir un téléphone à écran tactile.

Elle en avait marre de voir que je mettais des plombes à répondre aux sms sans le mode dictionnaire sur mon vieux Samsung à clapet.

téléphone ancien

« Qui va là ? »

Mélanie, toujours prompte à se moquer de moi, lui a dit : « Oh trop génial ! Je veux être là le jour où tu lui offres ».

D’abord, j’ai paniqué.

  • Parce que j’ai reçu mon téléphone le jour où les services de téléphonie ont coupé les réseaux à cause des attentats et que je l’ignorais. Du coup j’ai cru qu’il ne fonctionnait pas.
  • Parce qu’il n’y avait pas de touches.
  • Parce que j’avais l’impression que mes mains étaient des moufles quand j’essayais de faire une manipulation.
  • Parce que j’avais perdu l’étendue de mon répertoire.
  • Parce que quand j’ai enfin réussi à passer mon premier coup de fil (à Caro) je suis tombée sur sa messagerie, mais je ne suis pas parvenue à raccrocher. D’ailleurs, elle m’a dit que le message avait duré 20 minutes et qu’il était trop marrant à écouter (même si un peu long) parce que je répétais tout le temps : « Rha ben merde, je ne trouve pas le bouton pour raccrocher ».

telephone.jpg

Mais quelques jours plus tard, tout allait mieux.

  • Les réseaux de téléphonie avaient repris leur activité.
  • J’ai enfin compris qu’il n’y avait pas de touches sur un écran tactile.
  • J’étais devenue experte en déverrouillage TACTILE de clavier.
  • J’avais mystérieusement réussi à importer mes contacts.
  • Je raccrochais en dessinant le Z de Zorro sur mon écran.

telephone2.jpg

Ensuite, Lizzie m’a envoyé un message disant « Je t’apporte tes clés » suivi d’un bonhomme de neige, d’une demie lune et d’un flocon.

Je lui ai répondu « Merci beaucoup » avec une maison entourée de cœurs et une grenouille (il n’y a pas de raton-laveur, ça ça craint vraiment).

Ce sont ces quelques émoticônes qui m’ont rapprochée affectivement de mon nouveau téléphone.

Je sens que je vais faire une grosse utilisation des smileys.

Pas abusive du tout, et toujours fort à propos.

Par exemple :

« Tu passes prendre un dernier verre à la maison ? »

les-emojis-comme-outil-de-don