Soirée riz frit-chaton-Riverdale

Nous étions samedi soir. Les fêtes de Wallonie battaient leur plein, mais malgré cela, ni Adèle ni moi n'avions envie de sortir. Trop la flemme Il faut dire qu'elle avait été chercher son nouveau chaton la veille et que, bien entendu, nous étions en adoration - que dis-je : en pâmoison - devant l'animal. L'Adoration... Lire la Suite →

Sainte-fête-de-la-grosse-glandouille

C'est vrai que j'étais très fatiguée. Et ce pour des raisons que je ne puis évoquer ici (car elles sont essentiellement professionnelles et, comme je suis un agent communal, je suis tenue au droit de réserve (vous pouvez aussi appeler cela l'obligation de fermer sa grande gueule)). Alors, quand Caro a toqué à ma porte... Lire la Suite →

Sur la simplicité involontaire

Avec notre société de consommation, la simplicité volontaire a assurément de beaux jours devant elle. Mais je sens qu'avec les problèmes techniques en série que je viens de me coltiner (et encore, j'ai oublié de vous dire que ma chasse d'eau coulait et que pour pouvoir la réparer j'ai dû suivre une formation accélérée en plomberie... Lire la Suite →

Gangs de goumiches

C'était un dimanche soir habituel au 60, rue des fonds-de-bouteilles. Par dimanche soir habituel, comprenez que Caro, Steph et moi-même étions vautrées sur le canapé, parées de nos plus belles tenues d'intérieur. Nous buvions du gin-lavande et grignotions des cookies tout en regardant "Accouchements miraculeux" sur AB3. "La péridurale se passe nickel" Caro et Steph... Lire la Suite →

D’habitude, le premier mars

Ce matin, en versant un chouïa supplémentaire de lait sur mes céréales déjà ramollies, j'ai  regardé d'un œil distrait le calendrier chinois accroché au mur. Il indiquait que nous étions le premier mars. Waw, me suis-je dit. Nous sommes le premier mars. D'habitude, le premier mars, je déménage. "Bye, bye, Ancienne-Vie" D'habitude, le premier mars, je... Lire la Suite →

Hiver 1 – Nathaliochka 0

Hier, j'étais fière. Parce que je pensais avoir fait la nique à Monsieur Hiver. "Je te fuck profond, mon grand" D'abord, j'ai évité les embouteillages qui immobilisaient la ville grâce à des entourloupes que seul un grand cerveau peut élaborer. Arrivée à la piscine, j'ai eu l'impression d'être la seule survivante de la guerre des... Lire la Suite →

La malédiction des voisins

Cela va maintenant faire trois ans que je travaille à la bibliothèque de Namur-city. En trois ans, j'ai déménagé trois fois. Du coup, certaines de mes collègues me trouvent inconstante. Ce que je réfute haut et fort. Il me semble au contraire que je fais preuve d'une grande constance : je déménage chaque premier mars. C'est simple à retenir, facile,... Lire la Suite →

Pourquoi j’ai traversé la ville en pyjama

Pour vous raconter cette mirifique anecdote, il me faut remonter aux sources des événements en vous plantant quelque peu mon décor. C'est-à-dire qu'il faut savoir que mon voisin du dessus souffre d'un léger souci mental. Il adore : Mettre sa musique à fond. Claquer les portes avec violence des dizaines de fois d'affilée. Hurler des insanités dans... Lire la Suite →

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :