Foot

Fierté nationale et frites à volonté

Vous savez déjà que Père est foot.

Lundi, il nous a invitées à aller regarder le match chez lui.

Il était tout bonnement impossible de refuser car même quelqu’un qui se désintéresse du foot (comme moi, par exemple) se passionne immanquablement pour Père comme d’un sujet sociologique.

Regarder Père en train de regarder le foot : en voilà une belle mise en abîme.

Comme d’habitude, il nous a obligées à venir habillées en noir-jaune-rouge : c’était le dress code de la soirée, et celle qui ne le respectait pas se retrouvait bannie.

Lire la suite « Fierté nationale et frites à volonté »

Yoga

Yoga : Les raisons de ne pas s’y mettre

En général, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas se mettre à une nouvelle discipline, surtout si celle-ci ressemble de près ou de loin à un SPORT.

Et si j’évoque ce sujet avec vous, c’est que j’en connais un rayon.

Parmi les bonnes raisons de ne pas se mettre au yoga, voici celles qui reviennent le plus fréquemment.

trait

« Je manque de souplesse »

Aussi vrai qu’il est vrai (cette tournure de phrase craint un peu) que c’est en forgeant que l’on devient forgeron, c’est en pratiquant le yoga que l’on s’assouplit.

Pas de fausse excuse : Ce n’est pas parce que tu es aussi raide qu’un piquet de clôture qu’un Maître Yogi ne pourra pas faire de toi un futur spaghetti.

Les deux orteils dans le nez

trait

« Je ne peux pas, j’ai aquaponey »

Quand Sandrine vous dit qu’elle ne peut pas vous rejoindre au yoga le lundi matin parce qu’elle a aquaponey, cela ressemble à s’y méprendre à une excuse bidon, n’est-ce-pas ?

Eh bien, il ne faut pas juger trop vite car il se pourrait que ce soit vrai.

(Ne me demandez même pas où je suis aller chercher ça : c’est que j’ai plus d’un tour dans mon sac, savez-vous)

trait

« Cette discipline est trop saine pour moi »

Il est vrai que sur Instagram, on est bombardés en permanence par des profils de bombasses qui, la tête posée entre les jambes, se font péter de graines germées « trop rassasiantes » et qui boivent des eaux détox gingembre/concombre « trop yolo ».

que_es_el_beer_yoga_9953_980x560.jpg

Bien-sûr, le yoga est sensé nous apporter un bien-être corporel qui nous inscrirait dans un cercle vertueux « bien dans mon body, je bois un green smoothie ».

prendresoindesoi2

Attention aux vitamines

Mais merde à la fin, rien dans le règlement d’ordre intérieur du yoga ne vous interdit de vous envoyer une mitraillette sauce andalouse à la fin de la séance, accompagnée d’une petite canette de Red bull pour faire descendre le tout.

yogafrites

trait

« C’est trop calme, je suis trop nerveux pour ça »

Evidemment, que le yoga est une discipline calme.

Et je ne suis pas une grande spécialiste, mais je dirais qu’un de ses objectifs est justement de permettre d’aller vers plus de calme et moins de nervosité.

café

trait

Alors… Ai-je réussi à te convaincre que le yoga est aussi fait pour toi ?

Yoga

Le yoga : une philosophie de vie

Plus qu’un hobby (macramé, cuisine moléculaire, puzzles) ou qu’une gymnastique (69, brouette indienne), le yoga est une philosophie de vie qui, si elle est adoptée par le disciple, le conduira vers la lumière. (Bien entendu, je ne fais ici nullement allusion à « la Lumière » dans le sens christique du terme, mais plutôt à la lumière dans ce qu’elle a d’éclairant).

lacherprise

Dans notre société consumériste, notre mode de vie est devenu contraignant et nous, pauvres petits individus pourtant pétris de bon sens et de spiritualité, sommes constamment écrasés, écrabouillés, réduits en bouillie par :

  • La sonnerie stridente du réveil à une heure où même les poules dorment encore.
  • Les embouteillages du matin et du soir ou les trajets en train, debout et serrés comme en 40.
  • Jean-Pierre, notre collègue lourdingue qui, debout devant la machine à café (nous empêchant d’y accéder) nous raconte son week-end qui semble tout sauf trépident.
  • Ces gens qui nous parlent de leurs enfants.
  • Nos drames personnels (mort d’un proche, divorce, crises d’angoisse).
  • Les dimanches où les enfants (ou les chats) nous réveillent à 5h40 en sautant sur notre lit.
  • Les cheveux qui se mettent mal et nous donnent une allure de dessous de bras.
  • L’addiction au sucre et les Dinosaursus sans chocolat.
  • Les intestins poreux.
  • Notre père qui nous sert des tomates tous les vendredis alors que ça fait 37 ans qu’on lui dit qu’on aime pas ça.
  • L’état de notre compte en banque dès le 8 du mois.
  • La pauvreté de l’offre sur le marché du beau célibataire quadragénaire.
  • Les radios qui diffusent Maître Gims.
  • Ces injonctions permanentes à la perfection (sois mince, sois sportive, adopte la parentalité positive, parraine un bébé gorille, deviens une famille zéro-déchet, deviens vegan et surtout reste-le).
  • Et par-dessus tout cela, le JT qui nous assène le coup de grâce (guerres, famines, Donald Trump).

Face à ces mille et une vicissitudes auxquelles personne ne réchappe, il est de bonne augure de s’accorder cette denrée devenue rare : du temps pour soi.

Et c’est précisément ce que vous propose le yoga.

stress1

stress2

stress3

stress4

En effet, le yoga se situe à l’opposé de tout cela.

Il véhicule nombre de valeurs humanistes qui, sous la couche de tout ce qui vient d’être évoqué, dorment en nous :

  • L’amour pour nous-même et pour notre prochain.
  • La connaissance de notre corps et l’acceptation de ses limites.
  • L’Amour illimité.
  • La sagesse de Vishnou.
  • Le lâcher prise.
  • L’Eveil.

En conclusion de ce chapitre, je dirais que dans le yoga, comme dans toute philosophie de vie qui tienne un tant soit peu la route, il est important de s’éloigner du consumérisme ambiant pour se rapprocher de valeurs plus humanistes.

namasté1

namasté2

 

Yoga

Quelques notions de yoga

Comme tout un chacun, « j’ai mes problèmes » (manque de confiance en moi/manque de conscience corporelle/hyperphagie/humour pourri/deuil douloureux).

C’est pourquoi, en septembre, me souvenant de l’adage de Krishna qui dit : « Le yoga, c’est bon pour c’que tas », je me suis inscrite au cours que Mère suit déjà depuis quelques années.

Vu que je pratique cette discipline depuis plusieurs mois maintenant, je me sens tout à fait légitime pour vous inculquer quelques notions de base de cette philosophie millénaire à travers une série d’articles dont le premier numéro parait en ce jour de grosse glandouille.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’il existe différents types de yoga (ou, si vous ne le saviez pas, eh bien, je vous l’apprends).

Moi, j’ai choisi le hatha yoga.

(Enfin, je n’ai pas choisi, c’est juste que c’est ce qui se donnait, et puis, je trouvais que ça collait bien avec mon nom).

C’est très simple à pratiquer. Il ne vous faut que très peu de matériel : Des bras, des jambes (et encore ?), des poumons, un vieux training souple (moi j’appelle ça un « pantalon mou » mais ma sœur déteste quand je dis ça), un tapis de sol, un plaid, un zafou.

Si je vous dis qu’il faut des poumons, c’est que le yoga s’articule autour de la respiration.

Il faut donc savoir inspirer et expirer, ce qui est très simple quand on le dit (moi, perso, ça me vient assez naturellement), mais une fois que l’on démarre, on se rend vite compte que notre respiration n’est pas ample.

Au début, j’avais le temps d’inspirer et d’expirer 18 fois sur le temps que les autres le fassent une seule fois.

Maintenant, je peux presque suivre un cours entier sans avoir l’impression que je vais claquer devant les autres élèves tel un chihuahua qui aurait une crise d’asthme.

Et ça, c’est vraiment appréciable.

Je sais qu’il est un peu tôt pour déjà refermer ce premier chapitre, mais bon, il faut bien laisser un peu de matière pour la suite.

Le chapitre suivant s’intitulera : »Le yoga : une philosophie de vie »

Randonnée

(Petite) randonnée du lundi

Lundi, Mère et moi avons brossé le yoga (quoi ? Je ne vous avais pas encore dit que je me suis mise au yoga ? Grave lacune qu’il va falloir combler) pour aller randonner dans la région que Jean-Chri aimait tant.

shiva

Je ne me sens pas la prose de vous décrire cette journée riche en beauté, mais je vais quand-même vous en dresser un petit topo.

Le bilan :

  •  Six heures de marche sans aucune pause si ce n’est 10 minutes à midi pour partager une pomme en deux (je vous avais bien dit que je viens d’une famille pro-ana).
  • Un chien qui se prend pour un canard et qui veut se jeter dans l’eau toutes les six secondes.
  • Des paysages sublimes – ceux de mon enfance – avec ce qu’ils ont réveillé de tristesse et de béatitude.

A l’arrivée, chez Mamy-Tine :

  • Des carottes râpées (celles-là même que je voyais défiler sous mes yeux depuis une heure au moins) – NOURRITURE.
  • Les jambes à la fois rouillées et en compote (sensation pire qu’étrange).
  • Une migraine parce que mon crâne avait bouilli sous le soleil.

happy

walzin

Aussi, je sais que mes connaissances des règnes animal et végétal laissent parfois à désirer, mais tout de même, Mère m’a fait cette remarque alors que je m’extasiais devant les couleurs que peuvent revêtir les créatures de ces bois.

pissenlit1

pissenlit2

(Soupir)

Course à pieds·Top moumoute

Je cours pour mes formes

Nous étions dimanche et il était 7h30.

Notez bien : DIMANCHE, SEPT HEURES ET DEMIE.

Mon téléphone a émis un « ding ». C’était Mel-Bichon qui me disait : « Lève-toi, mon bichon, on va courir comme convenu« .

reveildifficile

J’avais convenu quelque chose, moi ? D’aller courir ??? Qui plus est un dimanche matin aux aurores ???

QUE NENNI. C’est absolument impensable.

Lire la suite « Je cours pour mes formes »

Fitness

Allumez le feu

Ce matin, tout en me servant mon green-smoothie, Sophie m’a dit : « Tu sais, Nathaliochka, ce n’est pas parce que tu n’aimes pas le sport que tu devais pour autant mettre le feu à la salle« .

feu« Adieu, les abdos »

C’est vrai que c’était peut-être un rien excessif.

 

trait

Vous ne savez pas de quel incendie criminel je parle ?

Cliquez ici.

pompes

Fitness

Je l’ai échappé belle

Ce soir, toute fière de la-nouvelle-personne-que-je-suis-devenue (sportive), j’ai enfilé mes baskets et empoigné mon sac de sports et j’ai filé telle une svelte gazelle pour DEUX HEURES de cours avec Christian Grey (body combat/zumba).

6a2

Au bout de la première heure, c’est-à-dire au moment où nous terminions par quelques menus pompages et que j’étais écarlate, dégoulinante et que mon cœur allait tomber sur le sol, deux hommes sont rentrés dans la salle et ont interpellé Le Coach.

Christian nous a annoncé tout de go : « La salle doit être évacuée, car il y a un incendie dans l’usine d’à côté« .

Nous, on s’est levées comme d’une seule femme. Mais il nous a dit : « Restez encore quelques minutes, les filles, on va faire les étirements« .

Là, une des élèves a déclaré : « Tu nous excuseras, Christian, mais on préfère être un peu rouillées demain mais être en vie ». Et on a sauté dans nos manteaux puis dans nos voitures.

Dehors, des dizaines de camions de pompiers évacuaient le quartier. Il faisait étrangement calme, personne ne cédait à la panique, mais je dois bien reconnaître que c’était assez impressionnant, tout ce déploiement de lumières bleues dans la nuit.

Je suis rentrée chez moi soulagée d’être en vie.

  •  Parce que j’aime la vie, et que j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux.
  • Aussi parce que je ne voudrais pas infliger une nouvelle épreuve à ma famille.
  • Mais surtout parce que si j’avais péri dans les flammes (pas cool, d’ailleurs), la dernière chose que j’aurais faite sur cette vaste Terre, c’est de faire des pompages avec Christian Grey.

Et ça, vraiment, ça craint le boudin.

rocky

Fitness

On a retrouvé Christian Grey

Vous souvenez-vous de Christian Grey ?

christian grey« On va au bal masqué ? »

Non, pas celui qui met la fessée quand on a été vilaine.

L’autre : mon prof de sport.

Eh bien, on l’a retrouvé.

Oui, je sais, cette phrase sonne bizarre.

Ton prof de sport avait disparu ? Comment se fait-ce ?

Un peu comme s’il s’était subitement dématérialisé.

paranormal-poltergeist

« Christian, c’est toi ? »

Ou comme s’il avait dû suivre le programme de protection des témoins et disparaître sans laisser de trace afin de continuer sa vie en toute sécurité.

Ou même comme si j’avais soudainement oublié le chemin qui va de chez moi à la salle de sport et qu’après avoir erré pendant des semaines dans les rues environnantes, j’aie décidé d’abdiquer et de rentrer chez moi me vautrer dans le canapé.

garfield

« C’est pas de ma faute, mon prof de sport a disparu »

Non, ce n’est rien de tout cela.

Christian Grey avait disparu de notre environnement parce que la salle de sport avait fermé.

Mais moi, j’aimais bien Christian Grey, ce tortionnaire.

Même si quand je rentrais chez moi j’avais les jambes en mousse et que le lendemain, je me transformais en bonhomme de fer. Celui dans le Magicien d’Oz.

magicien d'oz

« Mettez un peu d’huile dans mes rouages, please »

Je l’aimais bien, Christian Grey.

Même si notre entraînement était le même que Rocky Balboa qui aurait eu Jackie Chan comme meilleur ami.

Rocky_IV

« Je soulève une brindille »

giphy

(Spéciale dédicace, Maximilien)

Ou même si ses cours faisaient penser à une épreuve de Colle-en-tas.

l-epreuve-de-confort-aventuriers-coude-a-coude-954196-21x

« Allez, Germaine, soulève ton cul « 

Puis un soir, je reçois un message de Mel-Bichon : « Je crois que j’ai retrouvé la trace de Christian Grey« .

Elle n’avait jamais vu Chrisitian Grey, mais elle en avait entendu parler à travers mes récits palpitants et, en s’inscrivant à la nouvelle salle qui s’ouvrait près de chez elle, elle se rendit compte qu’un type pareil, il ne pouvait pas y en avoir 36. La description que j’en avais fait collait parfaitement au personnage qui se trouvait en face d’elle et qui l’obligeait à faire 7622 pompes en frappant dans les mains.

rocky

« Et de trois, et de quatre »

« C’est horrible« , m’a-t ‘elle confié. « J’ai l’impression d’être Monsieur Patate« .

-Monsieur Patate ?!

-Oui : tu sais : celui qui perd ses bras et ses jambes ».

-Aaaah, ai-je répondu.

« Je pense en effet que tu as retrouvé Christian Grey ».

monsieur patate

« Putain de sa race »

christian

Quoi ? Vous ne connaissez pas Christian Grey, mon coach sportif ?

Cliquez sur Véronique et Davina pour en savoir plus.

Course à pieds

Bouge ton boule

« Etre au régime, ce n’est pas une mince affaire« , ai-je déclaré à mes collègues ce matin dans un éclair au chocolat de lucidité.

Cette phrase, on peut le dire, est une sorte de fulgurance.

« Oui oui, je suis en pleine crise d’inspiration »

Ce qui n’est pas simple, c’est que c’est une question de mathématique et de bon sens : il faut éliminer plus de calories que ce que l’on en ingurgite. CQFD.

Mais dans mon cas, je devrais faire trois triathlons par semaine et un marathon chaque weekend pour parvenir à un équilibre satisfaisant.

Impossible ?

OUI.

Car cela demande du temps. Et du temps, bien entendu, je n’en n’ai pas.

Ce n’est donc pas le courage ou les capacités qui me manquent, mon amour pour le sport étant de notoriété publique.

« Allez Ginette, on sort le turban en mousse »

Si je n’ai certes pas assez de temps pour embrasser une carrière de coureuse d’extratrail, je peux tout de même me mettre en mouvement.

C’est toujours ça de pris, c’est bon pour le cœur, c’est bon « pour ce que j’ai » et, comme le disait la Compagnie Créole : « C’est bon pour le moral ».

J’ai donc enfilé mes baskets, direction le halage. Et hop hop hop, je me suis mise à courir telle un cabri (ou telle une antilope, c’est comme vous voudrez). Traduisez : avec grâce et assurance.

Je sais que je suis faite pour le sport. C’est génétique. Mes parents sont sportifs. Et puis, quand j’étais adolescente, j’étais la baby-sitter des enfants Borlée. Ca compte, ça, non ?!

Allez hop, go to the ligne d’arrivée.

« J’aime bien quand les Romains m’applaudissent »

Trampoline

J’ai testé pour vous : le u-bound

Quoi ? Vous ne connaissez pas le u-bound ? (prononcez « youbonde »)
Mais vous sortez de votre campagne ou quoi ?!
Même si la sonorité du terme fait plutôt penser à une pratique sexuelle déviante, il s’agit d’un sport. (Dites-moi, Chantal, avez-vous déjà pratiqué le u-bound ? Oh oui Jean-Pierre, tous les mercredis, et je ne raterais une séance pour rien au monde)
james-bond-1Mon nom est Bond. U-bound.
Personnellement, je suis tombée sur une vidéo sur youtube il y a de ça un an à peu près.
On y voyait des femmes sauter avec allégresse (le mot est faible) sur des petits trampolines individuels. J’ai trouvé ça génial !
(Ici, je vous conte mon désarroi. J’ai recherché pendant plus de deux heures LA vidéo qui a fait naître ma vocation et, une fois que je l’ai enfin trouvée, j’ai réalisé qu’il est impossible de poster une vidéo sur ce blog. Donc vous seriez bien gentils de cliquer ICI pour la voir, merci.)
e0137386_1815494
« Wopélop »
A l’époque, j’osais encore affirmer que j’étais sportive, ou du moins sportive en devenir et, du coup, j’ai eu envie d’essayer (vous connaissez on attrait pour les expériences nouvelles et enrichissantes).
Stéphanie, toujours désireuse de se lancer dans de nouvelles aventures avec moi, m’a affirmé que sur ce coup là, elle me suivrait.
Comme nous ne savions pas si notre petite ville pouvait proposer ce sport hautement tendance, nous avons pris nos renseignements. Un club en proposait, mais les horaires ne nous convenaient pas.
J’ai donc dû abandonner ma N.G.I. (Nouvelle Grande Idée).
snoopy-trampoline
Stéphanie, quant à elle, a pris l’option « Je fais du sport dans mon salon en suivant un tuto sur internet ».
Elle a filé chez Décathlon (à fond la forme) pour s’acheter un petit trampoline, et je l’ai aidée à sélectionner un coach en ligne.
Vautrées dans le canapé, nous regardions différents profs de fitness sautiller et se donner beaucoup de mal pendant que nous engouffrions des poignées de cacahuètes enrobées au paprika en faisant nos commentaires.
« Celle-là, elle a l’air bien, mais je n’aime pas trop sa tenue. »
« Oui, rien à faire, je ne crois pas au revival du fluo »
« Moi non plus. Le fluo appartient aux années 80 ».
« Mate celui-là, il est ultra sexy ! « 
« Trop musclé pour moi, je préfère plus de finesse »
« Diantre, comme ils ont l’air fatigants, ces exercices. »
 » Je suis fourbue rien qu’à les regarder ».
megot
Si on s’en tient à sa version des faits, Stéphanie a suivi quelques séances avec son sexy-coach online (mais je n’en crois rien).
Puis elle a déménagé en-dessous de chez moi et sa vie en appartement a signé son arrêt de trampoline.
Dans un studio, il est tout bonnement impossible de pratiquer ce genre de sport sous peine de se faire une commotion en se frappant la tête au plafond ou de se retrouver dans la cuisine de Didier, le voisin du dessous.
gastonlagaffe-1
Salut, Didier 
Depuis cette découverte, un an a passé.
De l’eau a coulé sous les ponts.
Et la semaine dernière, je me suis enfin rendue à mon premier cours de u-bond.
BRAVO, NATHALIE SACRé.
Un miracle que je sois toujours en vie pour vous le raconter.
Tout d’abord, le prof est venu me voir pour m’expliquer dans quelle position je devais me tenir.
Il m’a aussi expliqué que comme les pieds du trampoline se dévissent, je devais être prudente.
Voilà qui était engageant et rassurant.
La première chanson a commencé.
TOP DEPART.
Sauter en l’air.
Pas si aisé. Surtout quand on n’a rien pour se tenir, qu’ils ont tamisé les éclairages (Est-ce que ce maudit engin est toujours bien sous mon axe ?) et que les pieds se dévissent.
u-bond1
Au bout de quelques minutes seulement, je sens mon cœur qui se fait la malle. Tenir une heure à ce rythme ??? Est-ce seulement envisageable ?
Je décide alors de ralentir la cadence, histoire de ne pas mourir foudroyée d’un infar au milieu de la salle de sport.
Un choix stratégique, en somme.
Au bout de quelques chansons, le prof vient vers moi et me demande comment je vais.
Je lui halète un douloureux (et un rien agressif) « Je crois que mon cœur va tomber sur le sol d’un moment à l’autre ».  Il fait la grimace et j’ajoute : « Si je vous le dis, c’est pour que vous soyez prévenu ».
Là il a ri de ses grandes dents blanches et il a déclaré :
« Si c’est trop difficile pour toi, tu peux partir maintenant. Tu as bien travaillé. »
Moi ? Abandonner au milieu d’une séance de sport ? JAMAIS.
Voilà comment votre reporter a testé pour vous une séance de u-bond.
u-bond-2