Mode·Top moumoute

Notre journée Marie-Antoinette : soldes et solde insuffisant

Hier, tous les éléments étaient réunis pour que Noémie, Adèle et moi passions une bonne après midi.

  • On était dimanche.
  • C’était le premier jour des vacances.
  • Accessoirement le premier jour des soldes.
  • Il faisait à tout casser 30 degrés à l’ombre.
  • Le solde de notre carte gold était à son apogée.
  • On n’avait plus rien à se mettre.

Vous me voyez venir ?

Je suis en train de vous dire qu’hier, les axes étaient alignés en un combo gagnant pour passer une journée Marie Antoinette.36479508_1801778706579782_8684297621948334080_n

C’est Mathilde et ses amis qui ont inventé le concept de la journée Marie-Antoinette : il s’agit de faire du shopping en buvant du champagne et en mangeant des pâtisseries.

Lire la suite « Notre journée Marie-Antoinette : soldes et solde insuffisant »

Home sweet home·Top moumoute

Gangs de goumiches

C’était un dimanche soir habituel au 60, rue des fonds-de-bouteilles.

Par dimanche soir habituel, comprenez que Caro, Steph et moi-même étions vautrées sur le canapé, parées de nos plus belles tenues d’intérieur.

Nous buvions du gin-lavande et grignotions des cookies tout en regardant « Accouchements miraculeux » sur AB3.

chiencocoon

chiencocoon2

« La péridurale se passe nickel »

Caro et Steph essayaient de me forcer à me lever pour que j’aille leur acheter de la crème glacée quand un cri a retenti dans la nuit.

Lire la suite « Gangs de goumiches »

Tâches ménagères·Top moumoute

Bref, on est allées chez Ikea

Oui, je suis allée chez Ikea un samedi après-midi pluvieux.

Si vous voulez savoir comment je me suis retrouvée dans ce pétrin, sachez que Caro m’a fait le chantage suivant : « Si tu veux avoir le droit de t’affaler dans mon nouveau canapé, tu vas devoir m’accompagner et donner un coup de main ».

Comme dirait Mélanie : « Aller chez Ikea un samedi après-midi de pluie, c’est un peu comme tirer la boule noire à Koh-Lanta ».

kho lanta

« Encore pour ma gueule »

Lire la suite « Bref, on est allées chez Ikea »

Top moumoute

Tribune sur les vieux

Père est pensionné depuis peu.

Et comme il grognait un peu à la maison en tournant en rond (Père s’est dévoué corps et âme à son métier), Belle-maman lui a intimé l’ordre de se trouver une nouvelle occupation.

Alors Père s’est inscrit dans un groupe de marche pour seniors (nous, on aime mieux dire « les vieux », mais il parait que ce n’est pas assez bien pensant).

Indiana-Jones

« Je vais faire un petit tour en Gaume »

Quand on se moque de son groupe de vieux, Père nous répond inlassablement : « Eux ? Ils vous enterreront tous. Ils ont une forme de tous les diables. Ce sont des sportifs, hein. Pas des vieux grabataires qui marchent derrière une tribune ».

Lire la suite « Tribune sur les vieux »

Randonnée·Top moumoute

La montagne, ça vous gagne

Un célèbre adage dit : « on ne naît pas tous égaux ».

Et c’est vrai.

Moi, par exemple, j’aurais pu grandir dans une famille d’oisifs.

Chaque été, nous serions partis à la Costa del Sol avec pour tout bagage : un tube de crème solaire à indice 50, un bikini à pois, un paréo, une paire de tongs et des lunettes de soleil avec montures à paillettes.

barbie vintage

« T’as le look, cocotte »

Lire la suite « La montagne, ça vous gagne »

Bibliothèque·Top moumoute

Bibliothécaire : un métier sexy ?

Je l’ai dit, je l’ai redit et je le répéterai encore souvent : Oui, bibliothécaire est un MÉTIER, au même titre que boucher, dentiste ou chiropracteur. Même si cela a l’air de vous étonner.

bibliothécaire3.jpg

C’est quoi votre métier, jeune fille ?

– Bibliothécaire. Ca ne se voit pas ?

– Et qu’est-ce qu’il faut faire, comme études, pour être bibliothécaire ?

Pour devenir bibliothécaire, il faut faire des études de bibliothéconomie et documentation.

bibliothécaire4.jpg

Un jour, dans une administration, j’ai dû préciser quelles études j’avais faites.

bibliothécaire.jpg

J’ai fait un graduat en bibliothéconomie et documentation.

Et l’employée l’a orthographié comme ceci :

Si je dis que c’est un métier, c’est que j’ai reçu, au bout de trois interminables années, un papier attestant que j’ai séjourné, avec mes amis et mes professeurs, dans un orphelinat insalubre construit sur un cimetière indien, que j’ai participé à leurs examens (examens visant une matière la plupart du temps inaccessible à la compréhension humaine mais étant censée nous être limpide) et que, non contente d’y avoir participé, je les ai réussis (haut la main, bien entendu, mais est-ce la peine de le préciser ?)

gradués

« Ca y est, les gars, on est des gras d’Huez »

Oui, c’est vrai, ma profession inspire nombre de stéréotypes.

Une bibliothécaire, c’est une vieille fille qui :

  • N’a pas trouvé de mari et vit chez ses parents.
  • Se coiffe avec un chignon.
  • Porte des lunettes qui tiennent avec un fil.
  • Porte des jupes qui tombent pile en dessous des genoux.
  • Montre une certaine addiction pour les pulls en angora arborant une tête de chat ou de berger allemand.

bib1.jpg

D’ailleurs, les chats, elle les adore.

Et les plantes vertes, aussi.

Et puis, elle est obsédée par l’ordre (tout comme moi) et rêve de coucher avec un écrivain célèbre (Sartre ou Camus), et tant pis s’ils ont franchi il y a bien longtemps les barrières de l’au-delà. Car ce n’est pas l’enveloppe corporelle qui importe le plus chez un homme : il faut qu’il phosphore du bulbe rachidien avant tout.

« Jean-Paul, vos écrits m’ont percutée »

Comment nait une vocation de bibliothécaire ? me demanderez-vous fort à propos.

Eh bien, je n’en sais fichtre rien.

Mes professeurs disaient souvent : « Détrompez-vous, il ne suffit pas d’aimer lire pour devenir bibliothécaire ». Et ils avaient raison. Car en réalité, nous avons très peu de temps pour lire, submergés que nous sommes par toutes les autres tâches qui nous incombent.

bib2.jpg

  • On apprend à plastifier les livres.

C’est très pratique. D’ailleurs, chaque mois de septembre, je me coltine les piles de livres scolaires de mes amis qui ont des enfants.

Leur technique pour me pigeonner : soit ils me caressent dans le sens du poil en me disant que je suis une experte, soit ils m’amènent de pauvres cahiers martyres couverts d’énormes bulles d’air, et là je dis « Donne-moi ça ».

chat-gaston.jpg

  • On apprend à transformer les lettres en chiffres.

Par exemple, A c’est 1, B c’est 2, N c’est 14, … Allez-y, lancez-moi une lettre : je sais vous répondre du tac au tac, c’est très utile dans la vie courante (si,si, je vous jure).

c5bd21d5098ba3c2c20da4c661dddccf

« Je vous mets au défi »

  • On doit savoir pousser des chariots.

Alors là, à charge de revanche contre de permis de conduire que j’ai eu beaucoup de mal à obtenir, avec ces engins, je m’en donne à cœur joie. Je suis même devenue experte dans les créneaux, c’est vous dire.

bibliothécaire2.jpg

  • On apprend à catégoriser le Savoir (qui est infini) et à le faire rentrer dans les cases étriquées du monde des chiffres.

Par exemple : les livres sur la sexualité des fourmis rouges d’Australie seront classés en  595-176 (994). (En France, on utilise la Dewey et en Belgique la CDU)

dewey« Ce genre de langage m’excite, Herbert »

dewey2

  • L’œuvre de Barbara Cartland n’a plus aucun secret pour nous.

Dame Barbara Cartland« Barbara. Sa vie, son œuvre, son bichon »

  • On côtoye nombre d’enfants

Pour leur raconter des histoires et établir avec eux un lien de confiance et leur transmettre le goût de la lecture.

« Et à la fin ils meurent tous dans d’atroces souffrances »

Voilà quelques raisons parmi tant d’autres qui font de mon métier un métier cool et sexy.

Et si, malgré tout, vous avez encore quelques doutes quant à la Beauté de cette vocation, demandez à Batman ce qu’il a de prévu cet après-midi.

40de823089c1270b4debe49d8eb9b6a5« ça vous en bouche un coin, hein ? »