regime

Le Kho-lanta des Wich-Wach

Il y a une dizaine de jours que je me suis inscrite chez Wich-Wach.

Vous ne connaissez pas Wich-Wach ? Mais si ! La secte des Grosses. Weight Watchers, si vous préférez.

Vu qu’en ce moment, mon charisme est légendaire (j’ai les cheveux longs, le teint bronzé, j’ai perdu un kilo), j’ai fait des émules et ma collègue Bouchon a décidé de s’y mettre aussi.

Ce matin, alors que Sophie et moi étions en train de veiller à ce que les ouvriers placent correctement les nouveaux néons (traduisez : on matait), ladite Bouchon est entrée avec grand fracas et s’est exclamée : « Les filles ! Hier soir, j’ai soulevé des poids ! « 

– Mazel tov ! s’est exclamée Sophie.

Et moi, qui ne fais que penser à convertir tout ce que j’entreprends en nourriture, ai répondu : « Tu sais que si tu veux, tu peux manger tes points ? »

7833 points

– Manger mes poids ? a-t-elle compris. « Mais tu crois quoi ? Que je soulève des petits pois ? Non, hein ! Je te parle d’haltères en fonte, moi ! »

Après ce malentendu, je lui un peu expliqué les grands principes de l’Organisation.

– En fait, il y a trois équipes : les verts, les bleus et les mauves. Tu es quoi, toi ?

– Vert. Et toi ?

– Bleu.

Là, on a senti passer un petit vent glacé. Un vent de compétition. Les bleus contre les verts.

Bouchon a dit : « C’est un peu comme dans Koh-Lanta, quoi »

– Exactement. Sauf que chez eux, il y a les jaunes et les rouges.

– Enfin… De ce que j’en sais, parce que je n’ai jamais regardé Koh-Lanta.

– Moi j’ai juste regardé la demi-finale. C’était fascinant. Il y avait une bonnasse avec des seins en silicone qui a trouvé un poignard alors qu’elle n’est pas passée par la balise et elle était tellement contente que vous savez ce qu’elle a fait ?

– Nooon, ont répondu en chœur Bouchon et Sophie, captivées par mon récit.

– Elle a glissé le poignard dans sa culotte de maillot et s’est roulée dans le sable de contentement.

– Mais c’est dangereux pour sa mimine ! s’est exclamée Sophie.

– Je dirais même très dangereux.

wouh, je le sens passer

– Explosion de silicone ! a-t-elle crié dans la bibliothèque.

– Il parait même que cette fille a reçu des oranges et n’en n’avait jamais vues auparavant, ai-je ajouté.

– Encore un point commun avec les grosses de chez Wich-Wach, a conclu Bouchon.

regime

Ella fait des adeptes

L’autre jour, Nath est venue manger à la maison. Comme elle voulait offrir un petit cadeau à Mère et qu’elle m’a sondée pour avoir une idée, j’ai suggéré :  » Et pourquoi pas un livre de recettes vegan ? « .

Vous pourriez déjà dire : Autant te tirer une balle dans le pied. Vous en auriez le droit.

C’est dans ces circonstances qu’Ella Mills est entrée dans ma vie et s’est mise à bousculer mon existence faite de chips et de cacahuètes enrobées.

Pour les bienheureux qui ne la connaissent pas, il faut savoir qu’Ella Mills est à la cuisine vegan ce que Marie Kondo est au rangement ou ce que Bea Johnsson est au zéro déchet : c’est-à-dire une grande prêtresse. 

Et devant une grande prêtresse, qui plus est en matière de cuisine healthy, Adèle s’enthousiasme, Mère se prosterne et je me mets à hyperventiler car je pressens que ma vie va prendre un virage à 180 degrés.

« Dans ton cul »

Comme toute doctrine, celle d’Ella doit être prise au pied de la lettre par Mère qui s’est précipitée dans la cuisine pour nous concocter ses petits plats.

Souvent, quand on dit « petits plats », c’est une façon de parler. Pour dire à quel point c’est bon. Mais ici, c’est à prendre au pied de la lettre.

Car voici ce que cela a donné :

Un pain de graines dont une tranche ne dépasse pas la taille d’un pouce.

C’était super cool parce qu’on a pu faire plein de blagues, avec Adèle :

  • Au fait, c’est un pain par personne, c’est bien ça ?
  • Je ne vois plus très bien. Je pense que je deviens aveugle à cause de la malnutrition.

Je sais que j’ai l’air de me plaindre, comme ça. Mais on a quand-même eu droit à un dessert : un gâteau au chocolat et à la patate douce.

Non mais avouez que ça envoie du rêve.

File-moi une crème vanille aux asperges ou un sorbet de brocolis tant qu’à faire.

Là, on a pu faire des blagues sur les bouses de vache qui sèchent au soleil dans les prairies et même Mère a bien dû reconnaître que le résultat n’était pas concluant, et la bouse s’est retrouvée dans la poubelle après avoir traîné 10 jours dans le frigo.

Pour cette recette, nous avons noté un « I » pour insuffisant.

Parce qu’après chaque recette testée, nous devons décerner une cotation et la noter dans la nouvelle bible.

Quand je vous dis que quand Mère entre en religion elle fait les choses sérieusement…

Ella Mills-ouk dans ma vie et ça la fait marrer