Formation continue.

Dans le cadre d’une formation professionnelle, je me suis rendue quelques jours à Paris.

Lors de la réservation en ligne de ma chambre d’hôtel, je devais spécifier si je venais pour affaires ou pour tourisme.

Même si vous n’avez pas la chance de travailler dans le monde enchanté de la lecture publique, vous pouvez aisément vous douter que les voyages d’affaires n’y sont pas monnaie courante.

Au mieux, je coche dans le carnet des formations continues les journées portant sur les thèmes suivants et ô combien originaux : animations, livres jeunesse, bébés en tous genres.

Je me rends docilement en train à Bruxelles et, pour me venger du fait que j’aie dû me lever encore plus tôt qu’à mon habitude, je commets généralement un menu larcin, par pur esprit de vengeance.

N’importe quoi fait l’affaire, pourvu que ce soit dissident : m’emparer de 8 sachets de sucre, piquer des capsules de lait.

Vivre à fond aux crochets de la Fédération, quoi.

Au pire, ma collègue C. m’inscrit de force à un colloque sur « la concaténation des chaînes de caractère » à la Louvière.

Ou à un congrès de « catalographie en format Unimarc » à Charleroi, ce qui la fait bien jubiler.

Dans ce cas, pour me venger des trois heures et demie de trajet avec 8 correspondances dans des gares sordides, je frappe plus fort encore en plongeant ma main dans la boîte de mignonnettes en chocolat et j’en ramène de pleines brassées que je savoure sur le retour.

Tout en retraversant des paysages désolés, je lis les adages notés à l’intérieur des papiers d’emballage. « Depuis que j’ai appris à rire de moi-même, je ne m’ennuie plus jamais », disait apparemment Georges Bernard Shaw.

Tout cela pour vous dire que le terme « Voyage d’affaires » me fit sourire, et je le cochai avec volupté.

Un instant, je m’imaginai vivre une autre vie. Une vie de femme d’affaires.

Une vie où les conversations avec mes collègues porteraient sur l’image de marque, les statistiques et le rendement, au lieu de jouer à celui qui placera le plus habilement le mot « proctologue » dans le courant de la semaine.

Une vie où je monterais dans le Thalys chaussée de talons et vêtue en Ralf Lauren des pieds à la tête, au lieu de trébucher dans mon écharpe en escaladant le strapontin.

Une vie où je consulterais mes mails sur ma tablette pendant le trajet, au lieu de jurer comme un charretier parce que j’ai grillé mes 5 vies sans avoir réussi à passer le putain de niveau 112 de Farm Heroes Saga.

Une vie où je commanderais une eau pétillante avec une rondelle de citron au bar du Thalys en accomplissant le prodige de ne même pas devoir me tenir aux mains courantes, au lieu de renverser ma gourde de grenadine sur le sol moquetté.

img036

Un commentaire sur “Formation continue.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :