Fée du logis

Home-and-dog-and-cat sitter

 

grisou

 

Très chère Mère,

 

Je sais (enfin je crois) que tes intentions étaient bonnes quand tu m’as proposé de garder ta maison et tes animaux pendant que tu crapahutais dans les montagnes. C’est vrai, quoi. Je passe d’un studio à une maison avec jardin, étangs et piscine. Je peux même découvrir certaines merveilles de technologie que je ne connaissais pas : le lave-vaisselle (une des plus belles inventions de tous les temps) et la télévision (regarder des épisodes des Experts en mangeant de la Häagen-Dazs à même le pot, ça le fait bien)

Mais cette responsabilité, qui peut sembler alléchante à priori, draine avec elle son lot de tracas.

Voici un petit résumé de ce qu’il s’est passé ici durant ton absence :

  • Happy-le-chien est persuadé que quand tu n’es pas là, il peut présider à table. Je crois qu’il profite légèrement de mon laxisme légendaire.

happy le chien

Je reprendrais bien un peu de steak

  • Aussi, il passe son temps à péter (mais qu’a-t’il donc mangé pour puer du cul à ce point ?!) et, comme en sus il adore se jeter dans les flaques de boue et le purin, son odeur est pestilentielle.
  • Quand Grisou estime que le moment est venu pour moi de faire des courses, il tente de me le faire comprendre avec des messages subliminaux.

chat dans panier

Et n’oublie pas le Whiskas. Celui avec du poulet.

  • Comme si je n’avais pas assez à faire avec toute ma ménagerie, Mathilde est venue un soir me déposer son chaton. Elle m’a fait un kit avec ses croquettes et sa litière et elle est partie aussi vite qu’elle est arrivée en déclarant : « Je pars en vacances. Je reviens le chercher dans six jours ».
  • SIX JOURS AVEC UN CHATON, maman. Je ne sais pas si tu te rends bien compte.
  • Je crois que Stanislas-le-chaton carbure à quelque chose. Quelque chose qui serait un mélange savant de speed et d’amphétamines.
  • Akatek a appris à Stanislas à chasser, et je dois reconnaître qu’il est plutôt bon élève car, pas plus tard qu’hier soir, il m’a ramené une souris. Oui, une souris. Il l’a ramenée dans la cuisine, la saisissant fièrement entre ses crocs et il a commencé à la dépecer dans des cris stridents.  Du sang giclait sur ton carrelage blanc. A ce stade là, j’ai décidé d’intervenir en chassant le chaton vers l’extérieur à coups de revue « Club alpin ». Seulement voilà, maman, tu sais à quel point j’ai peur des souris. Je me suis donc mise à pousser des cris d’épouvante et j’ai rebroussé chemin. J’ai dû attendre que Stanislas décide d’emporter le cadavre à l’extérieur pour pouvoir commencer à nettoyer les traces du carnage. Mais j’aimerais te préciser qu’il y a plus passionnant dans la vie que de se mettre à nettoyer du sang de souris à 22h30.

stanislas

On peut clairement lire la perversion dans le regard de cette créature diabolique

  • En parlant de sang qui gicle, j’ai mené pendant des semaines un combat sans fin contre une horde de moustiques qui a décidé de pourrir mes nuits. J’en ai écrasé 18 par chambre. Je les ai raplatis avec le roman qui était sur ta table de nuit, qui s’intitule à très juste propos « Erreur fatale ». Il est plein d’éclaboussures. Si je te préviens de cela, c’est pour que tu anticipes. Que tu en conclues que tu devras repeindre toutes les chambres cet hiver.
  • Ce qui devrait te plaire, par contre, c’est que Stanislas, ce chasseur invétéré, est tout aussi efficace avec les mouches que tu as, comme lui, en horreur. Par contre, il n’a pas encore tout à fait saisi le principe de transparence des fenêtres. Il s’y cogne beaucoup en chassant vos ennemies.
  • Stanislas est un chat abandonnique. Dès que je quitte une pièce, même un seul instant, il se met à miauler. Du coup, je culpabilise comme une malade dès que je dois le laisser seul, un peu comme si j’avais lâchement abandonné mon enfant sur le bord de la nationale 4.
  • Ce dernier point sous-entend évidemment qu’il ne tolère pas de dormir seul dans la salon. Je dois donc l’emporter avec moi dans la chambre. Heureusement, son cocktail speed-amphètes semble perdre ses pouvoirs à la nuit tombée. Par contre il veut dormir SUR ma tête. Pas évident, de dormir avec des coussinets dans les yeux, une queue dans le cou et des ronronnements intempestifs dans les oreilles.
  • Heureusement, dans la journée, j’ai parfois droit à des minutes entières de répit. Lors de la sieste, par exemple. Ici, une photo prise quelques secondes avant que le chaton ne vienne les réveiller à coups de griffes dans le visage.

 

13781877_1092627060828287_241073815048543386_n

 

  • La piscine autrefois turquoise a perdu de sa superbe. On dirait qu’une algue géante y a élu domicile, lui donnant une teinte vert moussu.

piscine turquoise

La piscine avant le drame. Quand je paradais avec mon vernis Chanel  » orange radical »

  • Tu ne m’avais pas prévenue que le fil de ton aspirateur est dénudé. Alors, ne viens pas t’étonner si en rentrant de vacances, tu retrouves ta fille aînée gisant au milieu du salon, les cheveux en pétard et le cerveau calciné, tenant dans sa main le manche de l’aspirateur.
  • Stanislas a fait ses griffes sur mon sac à mille euros. (Mais non, maman, il ne m’a pas vraiment coûté mille euros. C’est une façon de parler).
  • La nature a repris ses droits dans le jardin, et aussi dans le potager. Quand j’aperçois une chose rouge parmi les lianes et les hautes herbes, j’en déduis qu’une tomate a mûri, mais je ne la cueille surtout pas. Tu sais bien que je n’aime pas les tomates. Ça fait 35 ans que je te le dis.
  • J’ai décidé de te faire plaisir en arrachant les mauvaises herbes qui jonchaient le sentier. Mais pourquoi ai-je omis que je suis allergique à l’herbe ??? J’ai eu de l’urticaire sur les mains et les avant-bras pendant au moins 48 heures.
  • Même les pastèques se rient de moi.

pastèque souriante

Je vous présente Wilson, la pastèque narquoise

C’en est trop, maman.

Il faut que tu rentres vite.

Laisser un commentaire