Islande. Jour 1. Silfra – Geysir – Gulfoss

Tout comme mon amie Christine (toujours prompte à nourrir sa matière grise), penchons-nous quelque peu sur l’étymologie du mot Islande, afin de mourir moins sots.

Au-dessus de l’Islande, il n’y a rien du tout, si ce n’est le cercle polaire.

Comprenez :

  • Qu’on s’y gèle les miches.
  • Que ça caille sévère.
  • Qu’il y fait un froid de canard.
  • Que ça pèle sérieux.
  • Qu’il gèle à pierre fendre.

Très honnêtement, je dois bien avouer que venir passer un séjour ici lors du seul et unique bel été que la Belgique ait connu est une idée incroyablement originale.

C’est qu’elles s’annoncent belles, nos vacances d’été.

On peut dire que le voyage a mal commencé.

Dans le train, quand le contrôleur est arrivé et qu’il a vérifié nos billets, il a tiré une drôle de tête. Il a levé les sourcils et nous a regardées fixement, en silence. On s’est un peu regardées sans trop comprendre puis il a recommencé son manège.

On pressentait qu’il y avait un problème, mais on ne savait bien lequel.

Il a dit : « Go-pass ?! » et il a recommencé à lever les sourcils, essayant de nous faire deviner ce qui clochait.

Là, j’ai eu une illumination : « Moins de 26 ans ! C’est pour les moins de 26 ans !  » et il a acquiescé.

Mère a rétorqué : « J’ai 26 ans à l’envers », et il a tiqué.

« C’est vrai, en plus ! », a-t-elle ajouté.

Heureusement pour nous, il était très sympa et, au lieu de nous faire la morale et de nous emmener au commissariat avec des menottes, il a dragué Mère.

Il a dit : « Je dois quand-même faire un constat d’irrégularité ».

Mais à part cet incident, le voyage s’est bien déroulé.

Nous avons débuté ce voyage en Islande en visitant la faille de Silfra.

Dans mon carnet de voyage, j’ai fait une erreur et j’ai noté « Sifra ». J’ai fait un trop cool jeu de mots météorologique. Le premier d’une longue série.

Mais comme l’endroit s’appelle « Silfra » au lieu de Sifra, mon dessin tombe à-côté. On n’a qu’à dire que j’ai écrit : « Nous irons plonger là s’il f’ra beau ».

Car Silfra est une faille où de beaux vikings musclés plongent en eau froide.

Dans une eau à deux degrés, tout de suite, on comprend bien pourquoi les vikings sont de solides gaillards prêts à tout dégommer.

Comme son nom l’indique (ce qui est assez rare pour être souligné), et comme ne l’indique absolument pas du tout l’affiche, Geysir est un geyser.

Martine : «Quelle tronche elle tire, celle-là. On dirait qu’elle a perdu sa quinzaine».

Le principe :

Attendre, au bord d’un trou qui pue l’oeuf pourri que de l’eau chaude en sorte.

Personnellement, l’odeur ne m’a pas trop incommodée. Au contraire, je me sentais un peu comme à la maison, quand Happy-le-chien pète le soir sur sa carpette.

 

Bordel qu’il fait froid…

Ce n’est pas aujourd’hui que l’on va sortir les pinceaux… Sous peine de perdre des doigts.

 

Une réflexion sur “Islande. Jour 1. Silfra – Geysir – Gulfoss

  1. La tête sur l’affiche, c’est une publicité pour la clinique psychiatrique locale ? En tout cas c’est très réussi !

    Si dans ton road movie islandais, tu passes par Siglufjordur, est-ce que tu pourras saluer l’inspecteur Ari Thor pour moi ? C’est un coin qui devrait te plaire, c’est au nord du nord de l’Islande et les habitants y sont un peu désoeuvrés depuis qu’ils ont pêché le dernier hareng

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.