La Violette Nozière de Saint-Servais

La semaine passée, Père se lève plein d’entrain et prépare son sac de voyage : Lui, Belle-Maman et l’Ado partent se ressourcer quelques jours à Sunparks.

Au programme :

Se reposer au chalet.

Organiser un grand barbecue

Lézarder au bord de la piscine

Se retrouver en famille.

Il faut dire que ce repos était amplement mérité car l’Ado leur donne depuis quelques temps déjà pas mal de fil à retordre.

Pas du fil à retordre comme si vous deviez élever un ado, non. Plutôt du fil à retordre comme si vous deviez dresser un troupeau de chimpanzés en colère.

Tellement de fil à retordre que le psychiatre a conseillé à Belle-Maman de mettre un tranquillisant dans son verre, ni vu ni connu pour avoir un peu la paix.

Je sais que ce conseil semble carrément peu orthodoxe, mais nous parlons ici d’un cas extrême qui peut nécessiter des actions extrêmes et Belle-Maman, d’abord septique, s’est laissée tenter par l’affaire et a versé une grande dose de sédatif dans la brique de lait que l’Ado s’envoie le matin.

Père, après avoir préparé son sac de voyage, est descendu pour se faire un petit-déjeuner et, râlant car il ne restait pas le moindre quignon de pain, a décidé de se rabattre sur quelque chose qu’il n’avait plus mangé depuis au moins une décennie : des céréales avec du lait.

Vous la voyez venir, l’enroule ?

Quand Belle-Maman est arrivée, elle l’a vu affalé dans le canapé, chose impensable en pleine journée car Père est plutôt du genre hyperactif et elle lui a demandé : « Tu ne te sens pas bien ? », ce à quoi il a répondu : « Je ne sais pas ce qu’il m’arrive, je me sens tout somnolent. Mes paupières sont lourdes et je ne parviens pas à lutter contre le sommeil ».

« Est-ce que tu as bu la brique de lait ? » a demandé Carine, en panique. « Oui, pourquoi ? » a-t-il répondu, vaseux, et peinant à comprendre ce que sa question venait faire dans la discussion.

Là, Belle-Maman a émis un grand rire sardonique.

et elle a dit : « Bon, c’est moi qui vais conduire jusqu’à la mer, si j’ai bien compris ? »

Pendant le trajet, comme Père dormait comme une enclume dans la voiture en émettant de gros ronflements, Axelle, un peu inquiète, a demandé : « Qu’est-ce qu’il a, Parrain ? » « Rien, ma chérie », a-t-elle répondu « Il est juste un peu fatigué, c’est tout ».

Maintenant, Père a surnommé Carine : « La Violette Nozière de Saint-Servais » et, dès qu’elle lui donne une boisson, il la renifle d’un air suspicieux.

Je crois que quelque chose dans sa confiance en elle est un peu brisé…