Histoire de lard·Top moumoute

Le syndrome de Florence Stendhal

Avez-vous déjà entendu parler du syndrome de Florence ?

Moi pas.

Et pourtant, j’ai déjà eu vent de beaucoup de sujets étranges en ce bas Monde.

C’est mon amie Eugénie qui m’en a touché mot alors que nous devisions peinture tout en tentant de saisir avec nos appareils photo la beauté subjuguante des arbres dans le but de les reproduire en peinture plus tard (c’est-à-dire certainement jamais, ne nous leurrons pas).

eugéniearbres

Je lui expliquais qu’en ce moment, j’étais en train de peindre des nénuphars de façon monomaniaque et qu’à force de les peindre, naissait peu à peu en moi la conviction que je suis peut-être la réincarnation de Claude Monet (excusez du peu).

reflets sur l'eau

En me penchant un peu sur le sujet favori de Claude (une étude ultra sérieuse et rigoureuse sur Pinterest), j’ai découvert que ses Nymphéas sont des tableaux immenses et, à leur vue, mon cœur palpite et j’ai des bouffées de chaleur.

D’où est né mon nouvel objectif dans cette existence : voir des vrais Monet.

monet

vernis

« Giverny mes doigts »

« En parlant de vrais tableaux, me dit mon amie Eugénie, j’ai un jour vu des aquarelles de Turner. C’était tellement beau que j’ai eu envie de vomir »

Vomir sur un Turner.

Voilà qui le fait bien.

turner

« Cette toile me donne le quichant »

Je reconnais avoir été un peu interpellée par sa réaction. Mais Eugénie m’a dit : « Oh tu sais, ça existe, de trouver des œuvres tellement belles qu’on s’évanouit, qu’on pleure ou qu’on vomit. D’ailleurs, ça porte un nom : c’est le syndrome de Florence, comme cette ville qui regorge de merveilles »

« Diantre. Cette œuvre m’a boulversifiée ».

Divorce_de_Napoleon_et_Josephine

 » Elle a vomi sur un Monet. Elle va devoir rembourser ».

« Oh zut alors, ça vaut beaucoup de monnaie ? »

En rentrant du bois, je suis allée compulser moult ouvrages l’article Wikipédia sur le sujet.

Voici ce qu’il dit en résumé (car je trouve que faire un résumé d’un article Wikipédia, c’est une démarche qui tombe sous le sens) :

  • Le syndrome de Florence s’appelle plus communément le syndrome de Stendhal, parce que lors d’un voyage à Florence, (merde, c’est quoi le prénom de Stendhal ? Etienne ? Pierre ?) Pierre Stendhal est littéralement tombé en pâmoison devant tant d’œuvres d’art. En syncope, qu’il est tombé, le mec.

« Oh mon dieu, tout ce rouge et ce noir » !

  • Tout le monde peut développer un syndrome de Stendhal, sauf les chinois car ils ne sont pas sensibles à notre culture (ce n’est pas moi qui le dis, c’est Wiki).

manger-baguette-pour-les-nuls-5309« Nous, vous savez, tant qu’on a du riz… »

  • Les italiens n’en souffrent pas non plus car, à l’inverse, ils sont baignés là-dedans et sont donc complètement blasés.

« Tout ce qui nous intéresse, ce sont les pâtes et les meufs »

  • Les symptômes sont assez variés : malaises, vomissements, crises d’hystérie, tentatives de lacération des tableaux.

« C’est tellement beau ! ça me donne envie de pisser dessus »

  • La réalité du syndrome a été vachement remise en question car l’échantillonnage de victimes étudié était trop faible (200 personnes) et on soupçonne que les divers symptômes ne soient en réalité que des malaises dus à la chaleur ou aux trop longues files d’attente devant les musées.

image-acadienne-file-d-attente-chasse-a-l-as-lameque

« J’ai dit que je voulais voir un Monet, je verrai un Monet »

trait

Voilà à peu près ce qu’il faut savoir sur le syndrome de Florence.

Grâce à moi vous mourrez moins sots.

Mais comme dirait l’autre : Vous mourrez quand-même.

6 commentaires sur “Le syndrome de Florence Stendhal

  1. Tiens c’est marrant, je connaissais le syndrome de Stendhal (Henri Beyle dans le civil) mais je ne savais pas qu’on pouvait l’appeler « syndrome de Florence »

    Par contre y a-t-il un nom pour le syndrome inverse, ceux qui se moquent de l’art comme de leur première chaussette ? Je suis allé au Louvre voir une exposition sur les peintres néerlandais du Siècle d’Or (Vermeer et ses copains moins connus). Une fois passé la première file de l’entrée (heureusement pas aussi longue que celle de ta photo, on était allé fort tôt), il y avait une deuxième file pour accéder à l’exposition. Enfin arrive aux premiers tableaux, j’ai été surprise d’entendre une femme dire à son mari « Je t’attends à la sortie ». Et elle l’a laissé là. Alors qu’en plus de faire la file elle avait forcément dû acheter un ticket pour l’exposition, qui n’était pas compris dans l’accès au Louvre, il y avait un supplement. Bref, l’anti-syndrôme de Stendhal à Florence…

  2. Ah ah ah, très bon article ! Comme annoncé c’était complet et pédagogique. Mais Stendhal c’est un pseudo, en vrai c’est Christian Bale. Et en effet, ils sont très beaux ces Monet.

  3. Christian Bale. Ça fait un peu psychopathe, tu ne trouves pas ?

  4. Visiblement ça doit exister 🙂 Et à mon avis, hélas, les victimes de l’anti-syndrome sont probablement plus nombreuses…

  5. Je ne suis pas sûre de me remettre de la perspective du vomi sur la toile, je trouve cette histoire de syndrome fascinante en tout cas!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.