Le syndrome du dimanche soir

Déjà, l’été a super mal commencé.

Un matin, alors que je m’apprêtais à mordre dans mon pistolet au gouda en m’éventant avec une revue « Mon jardin ma maison », ma cheffe (Appelons-la Eugénie)  m’a appelée dans son bureau. Je m’y suis rendue avec diligence, légèrement inquiète, me remémorant un âge ingrat heureusement révolu durant lequel planait cette menace : être appelé dans le bureau du Directeur.

J’ai enjambé les quelques (piles de) bouquins qui envahissent son bureau et je me suis assise en face d’elle.

« C’est à quel sujet ? » lui ai-je demandé, faussement décontractée, terminant de mâchouiller mon pistolet. « Nous t’avons trouvé un temps plein » a-t-elle annoncé sans ménagement. « Un temps plein ?! Mais… ça veut dire que je vais devoir venir travailler tous les jours ?! » « Précisément, Nathaliochka. C’est bien de cela qu’il s’agit ».

Comprenez mon désarroi : C’est une révolution copernicienne pour moi qui ai passé les 15 premières années de carrière à mi-temps, justifiant cela à grands coups de nobles idéaux tels que : J’ai besoin de temps pour mon Art, j’ai l’intention de publier mes mémoires dans la collection de la Pléiade, je vais peindre de grandes fresques qui seront exposées au MoMa. Idéaux qui n’ont pas vu le jour, si ce n’est des petits Mickey gribouillés dans des carnets de brouillon.

Tout de suite, elle a abattu ses cartes en déclarant : « Tu devras peut-être venir travailler tous les jours, oui, mais tu seras riche ».

A cet instant, je me suis vue à Saint-Tropez, en train de piloter un yacht, avec sur le nez des lunettes de soleil Gucci et j’ai dit « Ok. Même s’il y a quand-même une ombre au tableau » « Laquelle ? » a-t-elle demandé. « Je vais devoir vous supporter tous les jours ». Et là, Eugénie ne s’est pas laissée démonter car elle m’a répondu du tac au tac : « Oh, tu sais, Nathaliochka : C’est réciproque. Nous aussi on va devoir te supporter tous les jours ». (Comme quoi, parfois, dans cette bibliothèque, il faut bien reconnaître que l’ambiance est un peu « joutes verbales » sur les bords).

Après quelques jours de réflexion, je suis allée signer mon contrat, qui prend acte le premier juillet. Au moment où tout le monde file se la couler douce sur les plages d’Honolulu, quoi. J’ai trouvé cette disparité très injuste alors j’ai décrété que je ferais une semaine test (première semaine à temps complet), suivie de trois semaines de repos, histoire de me remettre de mes émotions.

Vendredi, Mère m’a un peu taclée en disant : « Est-ce que tu te rends compte que c’est le dernier vendredi de ta vie où tu peux glander ? ».

On peut dire que la pression commençait à monter.

Dimanche, j’ai commencé à ressentir des bouffées de stress, un peu comme si c’était le dernier jour des vacances avant la rentrée scolaire. Le syndrome du dimanche, on appelle ça.

J’étais déboussolée, et ce n’est rien de le dire, vous allez voir.

A midi, j’étais invitée à l’anniversaire de Sacha.

Le matin, je l’ai appelé pour qu’il me donne son adresse. Il m’a dit : « Mais enfin, Natha, tu es déjà venue plein de fois chez moi ! ». Je crois que la plupart des mortels ignore que pour moi, cela ne change strictement rien. Un peu comme si tout était toujours à refaire, comme s’il fallait repartir de zéro. Il m’a dit : « C’est à Braine-l’Alleud » « Oh, j’allais aller à Braine-le-Comte, moi ».

Pour vous dire que ce dimanche commençait mal. 

Je suis montée dans Etoile, ma voiture, et j’ai enclenché Morgan, mon GPS.

Mais je crois qu’il y a des gros problèmes de communication entre Morgan et moi car quand il me disait de rester à droite, je suis restée à droite. Or, il faut savoir que la vie n’est jamais aussi simple qu’une consigne verbalisée par un GPS. En réalité, je crois que Morgan voulait que je m’interroge plus profondément sur le sens de rester à droite sur une autoroute et j’ai compris, mais hélas trop tard, que peut-être, quand il me disait de rester à droite, en réalité, il voulait que je tourne à droite, ce qui n’est pas pareil du tout, vous en conviendrez.

Le trajet devenait si long que cela m’a mis la puce à l’oreille et j’ai commencé à m’inquiéter. Une inquiétude d’abord vague qui est devenue peu à peu plus sourde quand j’ai aperçu le panneau Pairi Daïza orné d’une tête de raton laveur.

Je m’y connais en animaux. C’est pour voir si vous suivez.

Puis j’ai vu un panneau Mons et, même si je suis une bite en géographie, cela m’a paru très étrange. Quand je suis arrivée à Dour, j’ai définitivement perdu les pédales et je suis sortie de l’autoroute en beuglant sur Morgan qui m’a annoncé cette chose horrible : « Il te reste 80 km entre ici et ta destination », ce qui est une chose tout à fait étrange puisqu’il y a une cinquantaine de kilomètres entre chez moi et chez Sacha et que je roulais maintenant depuis plus d’une heure et demie.

Bien-sûr, j’ai eu envie de m’arrêter là et de pleurer sur le bas-côté de la route.

Mais j’avais conscience que cela ne m’aiderait en rien, et qu’il fallait que je fasse demi-tour. Je suis donc repartie dans l’autre sens, bien décidée à faire de cette expérience une mise en pratique de la méthode essai-erreur et, noble comme une guerrière qui se déteste de toutes ses forces, j’ai tourné à droite chaque fois que Morgan me disait de rester à droite.

A un moment, j’ai vu un panneau indiquant Namur et j’ai eu très envie de le suivre et de rentrer chez moi et d’expliquer à Sacha que j’avais attrapé une méningite, ce qui n’était pas loin d’être vrai.

Mais j’ai tenu bon et, à force de tourner à droite, je suis arrivée à bon port.

J’avais les jambes qui flageolaient et une furieuse envie de vider d’un seul coup la bouteille de rouge que je lui amenais quand Marion est arrivée vers moi et qu’en guise de salut elle s’est exclamée : « Mais alors ! C’est à cette heure-ci que tu arrives ?! Ton réveil est tombé en panne ou quoi ?! ». Là, pour le coup, j’ai été obligée de raconter à tout le monde que je m’étais égarée du côté de Dour. Bien-sûr, il y a eu des blagues disant que le festival n’avait pas encore commencé, et un type me regardait comme si un extra-terrestre s’était matérialisé devant lui. Je voyais sortir de son crâne de longs points d’interrogation et de la stupeur à l’état pur « Comment est-ce diantre possible ?», mais je pense que ses questions sont restées sans réponse.

Une fois rentrée chez moi, je me suis effondrée de fatigue dans un petit fauteuil en osier et j’ai raconté ma mésaventure à Mère qui, malgré le fait qu’elle m’ait mise au monde, ne semblait pas comprendre comment cela était ne fût-ce qu’envisageable et, douce comme le miel, elle m’a un peu rudoyée au lieu de me réconforter dans mon immense tristesse d’être moi-même.

Mais ce n’est pas tout.

Mon syndrome du dimanche s’est encore amplifié quand, une légère boule au ventre, vérifiant mentalement que je n’avais rien oublié (cartable, perforatrice, stylo bille), je suis allée me coucher – tôt pour être en forme pour mon premier lundi de travail.

L’anxiété de cette journée de perdition, sur laquelle s’est greffée mon angoisse d’oublier quelque chose de fondamental, sur quoi s’est ajoutée une invasion de moustiques sanguinaires ont fait en sorte que j’ai eu beaucoup de difficulté à fermer l’œil.

Vers quatre heures du matin, alors que je commençais enfin à doucement voguer vers l’oubli, un bruit suspect a éveillé mon attention vacillante : quelqu’un remuait dans le buisson en face de ma fenêtre. Je dis quelqu’un parce que le bruit et les mouvements de branches étaient tels que cela ne pouvait provenir que d’une taille humaine. Cela semblait se débattre dans les feuillages. Ma première hypothèse a été qu’il s’agissait d’un membre de la famille O’Connor, une famille de chevreuils coutumiers du jardin, et qu’il était coincé dans le buisson. Il semblait se débattre dans les branches sans pouvoir s’extraire du buisson.

Je suis restée postée à ma fenêtre pendant une bonne demi-heure, entre angoisse de voir sortir un ours sanguinaire, crainte qu’un O’Connor ne soit empêtré dans un filet, et impatience liée à la curiosité de voir de quoi il s’agissait.

A un moment, j’ai pensé réveiller Mère afin que nous allions prêter main forte à notre ami O’Connor, mais quand je suis passée devant sa porte, je l’ai entendue ronfler comme une bienheureuse et j’ai pensé que si je la réveillais pour lui dire que nous allions passer le reste de la nuit à manquer recevoir des coups de sabot dans le visage, il y avait un risque que je me fasse marabouter, donc je suis retournée dans ma chambre.

Et c’est là que j’ai vu un kangourou sortir du buisson.

Oui, je sais, ce n’est pas possible. C’est exactement ce que je me suis dit en rectifiant le tir et en concluant qu’il s’agissait vraisemblablement d’un renard.

Puis le buisson a continué à bouger et j’ai vu un mouvement se faire sur le toit de la cabane de jardin. Une fouine me regardait droit dans les yeux, immobile.

J’ai pensé : « Il y a une bagarre de fouines sous ma fenêtre ». Des gangs de fouines ennemies qui se promènent nuitamment dans Wépion en agitant des grands lacets de cuir, faisant fuir les kangourous et réveillant les gentils êtres humains.

Une fois tous les animaux partis (moustiques, kangourou, fouine), j’ai enfin pu sombrer dans le sommeil et j’ai commencé à faire des cauchemars dans lesquels Bébédoux se faisait égorger par une fouine en furie.

Tu m’étonnes que le lendemain, je suis arrivée hagarde à la bibliothèque pour mon premier jour de temps plein.

Une réflexion sur “Le syndrome du dimanche soir

  1. Ha mais bravo ! Te voilà devenue une citoyenne productive parfaitement intégrée à notre société. Et ça te tombe dessus comme ça, sans crier gare ?

    Je pense que Morgan et toi avez un problème de communication. Et ne te fait pas d’illusion, il ne changera pas, j’ai moi-même le problème avec la mère de mes enfants. Remplace-le avant qu’il ne te rende folle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.