Transports

On s’accroche.

Alors que j’étais au volant de la voiture de Beau-père, m’apprêtant à quitter Namur afin de me rendre à la capitale, le drame que chacun redoute tant est survenu : j’ai eu un accident.

En réalité, le mot « accrochage » serait plus réaliste et collerait mieux à la situation. Mais mon sens de l’exagération étant parfois exacerbé, je préfère dire accident. (D’ailleurs, cette propension à en faire des tonnes était si forte dans mon enfance que mes parents m’avaient surnommée « Hollywood banana », mais on s’éloigne du sujet)

Un camion m’est rentré dans l’arrière-train.

Avec tout son chargement.

Et là, je n’exagère pas. Tout ça parce que j’ai pilé net en vue de laisser sortir un bus de son arrêt.

Le chauffeur s’est arrêté et, comme j’étais sous le choc, j’ai enclenché le mode « Je ne suis qu’une faible femme qui vient d’obtenir son permis, conduit une voiture qui n’est pas la sienne et ne sait même pas quelles paperasses il faut remplir » Je lui ai même dit « Je sais juste qu’ils sont roses, les papiers ».

Le jeune homme, tout tremblant (car je le mettais en émoi ?) a donc galamment rempli les papiers pour moi. Il m’a dit « Signez en bas ».

Plus tard – c’est-à-dire après avoir : annoncé à beau-père que j’avais amoché sa voiture, appelé S. pour qu’il me plaigne, été jusqu’à Bruxelles en tremblant et en me faisant klaxonner par tout le monde parce que j’avais « perdu confiance en ma conduite », je me suis rendue compte qu’en fait :

–   C’est le camionneur qui était en tort parce qu’il n’a pas à rentrer dans l’arrière-train des faibles femmes, du moins sans leur consentement

–    Ses mains ne tremblaient pas devant ma beauté déstabilisante, mais plutôt parce qu’il avait abusé du whisky dès le matin, ou parce qu’il était nouveau dans sa société et qu’il causait déjà un accident, ou encore parce qu’il en provoque à peu près tous les trois jours.

–   Il m’avait fait signer un aveu de culpabilité.

Avouez que pour une première, c’est assez éclatant.

Et rassurons-nous, « Il y a eu plus de peur que de mal ».

Enfin, ça c’est moi qui le dis. Je ne crois pas que ce soit de l’avis du coffre de la voiture…

accidentok

Un commentaire sur “On s’accroche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.