Orage, O désespoir

C’était une nuit d’orage. (Avant-hier – 21h30, Lustin-les-bains)

Dehors, la tempête faisait rage.

Je crois que vous le savez déjà, mais j’ai peur de l’orage.

Et quand je dis peur, c’est peur.

Un peu comme ça :

jurassicparkk

Ou comme ça :

The-Shining

J’ai donc débranché toutes les prises de l’appartement et je me suis terrée dans mon lit, comme si ma couette pouvait me protéger de quoi que ce soit.

Pour éviter les boules de feu.

boules de cristal

Il pleuvait à torrent et le ciel émettait de grands flashs et moult grondements.

Caro m’envoyait des messages un rien moqueurs : « ça va ? Tu survis ? » auxquels je tâchais de répondre avec humour et détachement : « Disons que si je meurs foudroyée, c’est un peu tendu, mais au moins, j’aurai terminé par un coup de foudre« .

Mon message devait être prémonitoire car à la seconde même, la foudre s’est abattue avec grand fracas à une encablure de la maison.

foudre

J’ai hurlé.

Seule dans mon studio, j’ai entendu le son de ma voix sortir, hystérique, genre poufiasse effarouchée.

Puis, immédiatement, tout le quartier a sauté.

Enfin, je veux dire que tous les plombs ont sauté, les miens y compris.

Nous plongeant dans un noir absolu.

Caro est entrée chez moi : « Ouf, ce n’est pas passé loin, dis donc ! ».

Puis Steph est arrivée aussi : « Comment ça va, Loulou ? Tu gères ? »

J’ai répondu par un grand silence.

Pour qu’elles pensent que j’étais morte. De panique. Et qu’elles se tracassent. Et qu’elles cessent un peu de se moquer.

Mais ça n’a pas eu l’air de les atteindre.

anton

Caro : « C’est bizarre, elle ne dit plus rien ».

Steph : « Ca nous fait un peu de calme, c’est pas plus mal ».

Là, après un silence estimé assez long, j’ai répondu : « Je crois que je vais faire une jaunisse ».

Et c’est vrai.

Je me sentais littéralement devenir jaune.

x-files-tooms-2Eugène Tooms, dans X-Files. Suivez un peu.

Elles se sont installées dans mon canapé et ont regardé les éclairs zébrer le ciel, un peu comme si elles étaient au spectacle ou devant un feu d’artifice, avec les commentaires qui allaient de pair : « Waw ! Le bel éclair ! Viens voir, Natha ! Approche-toi un peu ».

orage

Elles ont décidé de ma changer les idées en me parlant d’autres choses.

Petite liste des points abordés :

  • Que faire un soir de temps modernes sans électricité ?
  • Où a-t-on diantre fichu les bougies ?
  • Jean-Guy qui a sonné à toutes les sonnettes en pleine nuit et a déambulé dans nos couloirs en quête de Stéphanie et qui s’est fait agresser par Caro qui lui a crié « Est-ce une heure pour réveiller les gens ?! »

Tout cela a contribué à me changer les idées.

Quand l’orage s’est éloigné, mes voisines ont regagné leurs pénates et, enfin calmée, je me suis rendormie.

Jusqu’à ce que l’électricité réapparaisse au plein milieu de la nuit et que ma lampe me réveille en sursaut en me braquant sa lumière en pleine tronche.

corentin

5 commentaires sur “Orage, O désespoir

Ajouter un commentaire

  1. Moi c’est tout du contraire, j’adore l’orage… (Je sais suis bizarre)
    L’orage ca me donne envie de me mettre dans une couette avec un chocolat chaud pour écouter la pluie et le tonnerre <3 😀

  2. Moi j’approuve l’illustration avec « Anton et les rabats-joie » !

  3. On rêve tous de pouvoir dire à l’orage « je vais te faire disparaitre ! »

    Mais ça ne fonctionne pas parce que ça c’est dans « Anton est magicien »…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :