Célibattante

Le top 10 des phrases que l’on entend souvent quand on est célibataire

Aujourd’hui, je vous propose :

Le top 10 des phrases que l’on entend souvent quand on est célibataire.

bridget jones« Allez-y, j’écoute »

« Il faut d’abord apprendre à s’aimer soi-même », m’affirme haut et fort Amanda, ma  copine New Age qui est casée depuis ses 17 ans avec Thierry et qui, chaque fois qu’elle se regarde dans le miroir, trouve son cul trop gros et son nez trop de travers.

Sûr qu’en matière de célibat et d’amour de soi, Amanda en connaît un rayon.

miroir blanche neige

« Miroir, mon beau miroir, tu trouves aussi que je suis une connasse ? »

trait

Sinon, dans le genre phrase bateau, j’aime aussi beaucoup celle-ci :

« L’amour arrive toujours au moment où on l’attend le moins »

Ben là tu vois, ça fait 37 ans que je ne l’attend pas du tout.

« C’est bon, là, il peut ramener ses miches ? »

« Je vais te présenter Jean-Charles, il est célibataire, lui aussi »

Peu importe que Jean-Charles soit chauve, manchot, paralytique, comptable et/ou fan de philatélie. Il est célibataire. Et ce critère est amplement suffisant.

Souvent, cette proposition émane d’une vague connaissance qui, un verre à la main et bourrée de bonnes intentions (ou bourrée tout court), s’est mise en tête de vous rendre service alors que vous ne lui avez rien demandé. Juste, vous avez répondu « Je suis célibataire » à sa question sur le nombre d’enfants que vous avez. Ravie de parler drague, elle fait une goutte dans sa culotte en proposant son seul ami célibataire. Mais oui, Jean-Charles. Mais enfin, voyons, comment se fait-il qu’elle n’y ait pas pensé plus tôt ? Il est AUSSI célibataire, Jean-Charles.

C’est vrai quoi : on en connaît au moins tous un, de célibataire, si on réfléchit bien.

« Et pourtant, j’ai eu mon petit succès avec les femmes »

« Fais un petit effort »

Michel, il est bien. Comment ça, vous êtes juste amis ? Comment ça, tu ne ressens pas la flamme ? Et si tu faisais un petit effort ? Il est gentil, Michel. Il est célibataire et vous vous entendez bien.

Alors je ne sais pas trop ce qu’il te faut. Ne viens pas te plaindre, dans ce cas.

jean michel

« Tu ne sais pas ce que tu rates, Nathaliochka »

« Tu ne crois pas que tu es trop exigeante ? »

J’aimerais qu’il soit célibataire, drôle, attentionné, beau, chevelu, grand et mince. Qu’il ait un sourire éclatant, les dents bien alignées, un regard de braise, qu’il aime les caniches, qu’il soit sportif mais pas trop, qu’il s’habille avec soin, qu’il brille en société, qu’il gagne de l’or en barre. Qu’il soit une bête de sexe, bien évidemment. Qu’il soit gentil avec les animaux, qu’il plaise à mes parents, à mes sœurs et à mes amies (mais pas trop non plus). Ah, et qu’il n’ait pas de mioches, non plus.

Comment ça, je suis trop exigeante ?! Non mais vous voulez rire ?

hommes« Ca fait beaucoup de qualités. Tu postules quand-même ? »

« Tu ne serais pas une lesbienne refoulée, par hasard ? »

Sans déconner ? Il est réel, ce cheminement dans ton esprit qui, une fois lancé sur l’anomalie d’un célibat longue durée te mène à la conclusion que je rêve en secret de rejoindre l’autre rive ?

Crois-moi : si j’étais lesbienne, je le serais.

C’est aussi simple que cela.

« jamais sans Samantha »

« Tu as de la chance, tu peux coucher avec qui tu veux »

C’est bien connu, ma vie sexuelle est un vrai feu d’artifice. Je mène une vie orgiaque, de débauche et de luxure. Quand je rentre quelque part, les hommes sont à mes pieds. Je n’ai qu’à claquer dans les doigts et hop, mon lit se remplit par magie.

Bien-sûr que je couche avec qui je veux.

« Hep hep hep, Jeune Homme, on ne s’enfuit pas »

« Tu devrais sortir plus »

Moi, sortir plus ?

Tu veux rire, Patricia ?!

« C’est ma tournée »

« Profite »

Ouais ouais, c’est sûr qu’à 37 ans, j’aimerais encore en profiter un peu.

« Je me sens bientôt prête à rencontrer l’amour »

« Et si tu prenais un chien ? »

Un chien, c’est bien connu, ça remplace amplement un homme. Ca donne de l’affection. Et on peut lui en donner, aussi.

D’ailleurs, si je ne vivais pas dans un studio au troisième étage sans balcon, j’adopterais un caniche royal.

Je vivrais avec lui par procuration. Il regarderait le foot en décapsulant des bières pendant que je fais la vaisselle, je lui raconterais ma journée, je lui demanderais comment s’est déroulée la sienne, on aurait des projets de destinations pour l’été, il me masserait les orteils et dormirait dans mon lit.

Ben oui, c’est une évidence qu’un animal de compagnie puisse remplacer un homme.

« Et si nous retapissions le salon, mon chéri ? »

« Tu n’es plus toute jeune, tu sais »

OUI JE SAIS. J’ai 37 balais. Ma date de péremption approche irrémédiablement. J’entends le tic-tac de mon horloge biologique se répercuter à chaque seconde de mon existence.

Vous avez aimé ceci ?

Alors vous vous intéresserez certainement à la banalisation des relations humaines.

Célibattante

Le jour où j’ai découvert le monde du métal

J’avais promis que je vous expliquerais d’où provenait ma lampe de poche qui est tombée dans le grille-pain.

trait

Avec mes copines célibataires, on organise des PEH (Plans d’Elargissement d’Horizons).

Késako un PEH ? Clique ICI si tu veux mourir moins bête.

Et clique  si tu veux quelques exemples concrets.

trait

Ce soir là, pour notre PEH, on avait décidé de s’inscrire à un blind test.

De métal.

Alors qu’aucune de nous n’écoute de métal.

Je sais que cela peut sembler intriguant, mais c’est bien ça le concept, après tout : élargir nos horizons. Et nous, on avait naïvement pensé que l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne.

« Un vrai courant d’air »

On a donc uni nos attitudes positives afin de former une équipe. Une team du feu de l’enfer (Vous voyez ? Je commence d’ores et déjà mon immersion en milieu métalleux)

enfer 9

« Soirée blind test »

Mis à part élargir nos horizons, une soirée PEH a deux autres objectifs : briser les aprioris (ne nous leurrons pas, on en a toujours) et, but ultime, faire LA rencontre d’une vie. Ici : trébucher dans les ABL d’un type barbu qui porte une veste sur laquelle il est écrit en lettres de sang « Fuck Jesus » et qui porte des bagues en forme de dragons. (Je vous avais bien prévenus que j’ai le cerveau gangréné par des clichés en tous genres).

metalleux« Tu serais dispo vendredi soir ? »

Question aprioris, on pensait qu’on allait se retrouver avec huit autres tables dans un petit café pourrave le long d’une gare de chemin de fer et qu’on écouterait des extraits chantés hurlés par des sauvages et que, tout en observant la faune environnante, une petite mousse bien fraiche à la main, nous écririons de temps en temps dans une colonne « Marylin Manson » ou « les Hanson ».

« Je suis métal et je le reste »

QUE NENNI.

C’est que c’était du sérieux, cette affaire là.

Nous avions sous-estimé notre adversaire.

Il y avait, dans une immense salle des fêtes, des dizaines et des dizaines de tables. Des centaines de métalleux. Une foule. Un troupeau. Une horde.

Sûr qu’on allait faire tache, mais en gardant notre air le plus naturel, nous parviendrions certainement à nous fondre dans le décor.

« Je vois un tatouage tête de mort »

« Sympa, la petite sauterie »

Il nous fallait un nom d’équipe. En général, on se fait appeler  » Les petits poneys en foufette « , mais on a eu peur qu’on nous jette des bracelets à clous au visage, donc on a opté pour  » Les dark caniches « , ce qui a un peu plus de gueule et de mordant.

« Craignez-nous »

Ceci étant fait, nous avons rejoint la table qui nous était assignée et le jeu a commencé. Ils l’ont annoncé de but en blanc : il y aurait 7000 questions. Pire qu’un examen à l’Université. (Et non, je n’exagère JAMAIS).

Les questions ont commencé à défiler, nous laissant pantoises et silencieuses (chose rare, au demeurant).

Entre chaque manche, les résultats défilaient sur l’écran géant, rendant notre humiliation publique.

shame

On a un peu ri en notant ça et là « Joe Dassin » ou « Chantal Goya ». Mais en vrai, on ne s’amusait pas tant que ça.

C’est alors qu’ils ont annoncé que la première équipe recevrait des cadeaux, ainsi que la dernière.

Et cela nous a donné le sens du challenge : nous avons décidé d’en faire notre parti en essayant de terminer les dernières.

Et plus on restait les dernières plus on rigolait, ce qui a provoqué des regards de pitié de la part des autres joueurs, qui ne comprenaient pas bien notre trip.

A la fin de la soirée, après avoir rendu 30 pages quasiment vides, on nous a appelées à monter sur le podium car nous avions relevé le défi : être les lanternes rouges.

huer« Rentrez chez vous, les grognasses »

Dans le sac, il y avait des CD de chanteurs qu’on ne connaît pas, un beau T-shirt David Bowie (ce qui tombait bien parce que Tina est fan) et, vous vous en douterez, des lampes de poche qui finissent par tomber dans des grille-pain à en faire sauter les plombs.

Comme cela, vous saurez tout sur nos engagements visant à élargir nos horizons

BeavisandButthead-BlackMetal

Grâce aux PEH, j’ai aussi fait du roller. Oui oui, cela mérite un clic.

 Le choix du matériel

 La roller parade

Célibattante

Un vendredi soir sur la Terre

Je ne voudrais pas jouer ma Bridget Jones, mais il est vrai que parfois, un fossé se creuse entre les amies « en couple et fières de l’être » et les « célibataires au bout du rouleau« .

Bridget-Jones-Diary-Mad-About-The-Boy-05282013-lead01

Là, par exemple, je suis bien au bout du roll. J’ai même touché le carton.

Ce fossé se fonde sur un immense malentendu. Il se creuse sur base de ce que j’appellerais « la vie fantasmée ».

Et ce fossé se creuse surtout le vendredi soir.

Prenons pour exemple : moi-même (célibataire au bout du rouleau) et ma copine Charlotte (en couple et fière de l’être).

Piochons un vendredi dans le hasard de l’existence (vendredi dernier fera l’affaire) et décortiquons-le ensemble afin de faire apparaître le fossé fantasmagorique que je vous évoque.

La semaine de travail est enfin terminée. J’ai rangé ma perforatrice, arrosé mon cactus et nettoyé mon Tupperware. Jusque là, Charlotte et moi sommes sur un pied d’égalité puisqu’elle vient d’accomplir les mêmes tâches ou à peu près.

gaston

« 16h30. Administration communale »

Là où commence l’écart, c’est que, tout en fermant mon bureau à clé, je pense à elle avec un soupçon d’envie.

Je me dis qu’elle a beaucoup de chance : elle va passer un vendredi soir tranquille avec son amoureux. Une fois qu’ils auront mis les enfants au lit, ils s’installeront dans le jardin avec un petit verre de vin blanc et observeront les étoiles en se racontant leur journée.

70ef799a25b44b3e0f13b36598b09139

« Elle s’est bien passée, ta réunion, Donovan ? »

Alors que moi…

Je regarde Alf en mangeant le reste de ma pizza d’hier sans même avoir pris la peine de la réchauffer au four à micro-ondes.

img061

 

Je me dis que la vie de Charlotte est quiétude, elle est comblée, elle a de magnifiques enfants, une maison digne de la revue « mon jardin ma maison », elle a un caniche géant qui s’allonge à ses pieds, un mari qui sait planter des clous et déboucher des tuyauteries. Cette nuit, elle sera aimée et, au réveil, elle trouvera un petit plateau sur lequel seront posés des croissants, des œufs sur le plat, un jus d’oranges pressées. Le plateau sera peut-être même garni par une fleur sauvage déposée dans un verre.

famille idéale

« Diantre que ces enfants sont turbulents »

Charlotte, quant à elle, est secrètement jalouse de ma vie de célibataire. Elle pense drague et débauche. Elle pense luxure et chasse à l’homme. Elle pense retour aux aurores, un type à chaque bras. Elle pense gueule dans le cul et Paracetamol.

love-ballesteros

« Oh, fais-moi mal, Johny Johny »

Mais la réalité est loin d’être aussi rock and roll.

Ce vendredi, j’ai rejoint des amis avec lesquels nous encadrions des enfants lors de stages d’été. Cette année, c’était un peu spécial puisque nous fêtions les 20 ans d’existence de ce stage. J’ai donc décidé de leur faire l’honneur de ma visite. « 20 ans. Nom d’une pipette ! Voilà qui ne me rajeunit pas », me suis-je dit en franchissant la grille.

Je me suis installée sur un banc en bois. La jeune femme qui était assise à côté de moi s’est aussitôt écriée « Oh ! je me souviens de toi ! Tu étais ma monitrice quand j’étais enfant. Ce qui est marrant, c’est que ce sont maintenant mes enfants qui viennent au stage chaque été. Regarde : le poussin qui est là tout au fond et la grenouille mauve, ce sont mes enfants ! »

tribune

« Moi, à cet instant là »

Il y avait en effet, parmi les martiens, les pirates et des escargots, un poussin qui tremblait en bavant sur ses doigts et une grenouille mauve qui brandissait une épée en carton recouverte d’aluminium.

Sur l’avant de la scène, un crocodile dont le maquillage avait coulé à cause de la chaleur chantait un air inaudible en triturant ses crottes de nez. « Et lui, c’est mon grand !  » s’exclamât-elle fièrement en brandissant son caméscope. Elle filmait tout le spectacle sans en rater une seule miette.  « En voilà qui vont passer de chouettes soirées de visionnage cet hiver », pensai-je en hautaine cinéphile.

village-des-damnes-1995-01-g« Ils sont choupinous, hein, mes petits chéris ?! »

Reconnaissez que j’étais loin de l’ambiance drague et bar à rhum, et apprendre qu’une petite fille que j’avais eue en stage était elle-même mère de trois enfants, c’était un peu brutalisant.

Sous le choc, je décidai de me commander un petit quelque chose à boire. Il n’y avait que de la grenadine. J’ai vidé mon verre d’une seule traite. « Remettez-moi la même chose » dis-je au clown qui servait à la buvette. Comme il me lançait un regard interrogateur, je crus bon de lui expliquer « Je viens d’apprendre que je suis grand-mère ». Perturbé, il s’éloigna à l’autre bout du bar pour prendre la commande de quelqu’un d’autre.

Tout ce sucre m’a fait un bien fou. Je suis retournée à ma place. J’ai chanté « J’ai un gros nez rouge » avec le reste du public en mimant un clown. J’ai mangé un pain saucisse. De la moutarde a coulé sur ma robe.

sans-titre

« Trop wopélop »

De son côté, Charlotte a jeté ses enfants dans leur lit un peu plus tôt que prévu, pour avoir la paix.

Quand elle est descendue, elle a pris soin de couper le baby-phone pour ne plus les entendre brailler dans ses oreilles. Elle a shooté dans un petit camion en plastique et a crié « Putain de sa race ». Elle a ouvert son frigo, s’est saisie de la bouteille de vin, s’est affalée sur sa chaise de jardin et a vidé le fond de la bouteille au goulot. Elle a demandé à Donovan si c’était lui qui allait chercher la commande de frites et ils ont mangé des poulycrocs en regardant un épisode de Thalassa, des cernes sous les yeux. A 22 heures ils ont fermé boutique. L’homme s’est endormi aussitôt, brisé par les vicissitudes de la vie familiale et il s’est mis à ronfler. Doucement d’abord, puis de plus en plus fort. Charlotte a donc déserté le lit conjugal pour migrer vers le canapé. Dans le noir, elle n’a pas vu le même petit camion en plastique. Cette fois elle a juré « Mais putain de bordel de merde » en sautillant sur place et en tenant ses orteils endoloris dans sa main, ce qui a réveillé les enfants. Elle est montée les rendormir.

800_p17kglcqjm1es513o41iq5dmdmjf4

« Franchement, réfléchis-y à deux fois, Bridget »

Ces réalités, certes triviales, sont les vérités de nos existences.

Je n’ai pas passé une soirée « gin tonic et cotillons », et Charlotte n’a pas roucoulé sous les rayons de lune.

Et si je développe ce sujet, c’est simplement pour mettre en lumière ce fossé du vendredi soir.

Et aussi, accessoirement, pour que les femmes mariées arrêtent de s’exclamer « Comme tu en as de la chance, tu peux coucher avec qui tu veux ! ».

J’ai chanté avec des clowns des airs qui restent en tête en buvant des grenadines, bordel de merde.