Pantouflarde

D’habitude, le premier mars

Ce matin, en versant un chouïa supplémentaire de lait sur mes céréales déjà ramollies, j’ai  regardé d’un œil distrait le calendrier chinois accroché au mur.

Il indiquait que nous étions le premier mars.

Waw, me suis-je dit.

Nous sommes le premier mars.

D’habitude, le premier mars, je déménage.

déménage

« Bye, bye, Ancienne-Vie »

D’habitude, le premier mars, je file au Brico chercher des caisses parce que toutes mes affaires ne sont pas encore emballées et que l’équipe des hommes musclés (je n’en connais pas tant que ça, du calme les filles) débarque dans un quart d’heure.

46579929_p

« C’est presque prêt »

D’habitude, le premier mars, j’essaye de convaincre Père que c’est la dernière fois qu’il doit transporter ma machine à laver au troisième étage sans ascenseur.

dememnage 2

D’habitude, le premier mars, certains de mes amis sont frappés d’une grippe foudroyante qui les cloue au lit.

grippe

« Houlala, on est très très malades »

D’habitude, le premier mars, j’essaye d’expliquer calmement à Mère que le four n’a pas encore été nettoyé cette année et que ce serait vachement cool si elle pouvait s’en charger.

demenage 4

« Mais bien-sûr, ma petite chérie d’amour »

D’habitude, le premier mars, je ferme la porte du lave-vaisselle dans lequel stagne un fond d’eau qui croupit là depuis plusieurs semaines en croisant les doigts pour que les propriétaires ne l’ouvrent pas lors de l’état des lieux.

demanage

« C’était comme ça quand je suis arrivée »

D’habitude, le premier mars, je pose dans un sachet en plastique les petites pièces des meubles Ikea qui se démontent et je les scotche sur les planches, exactement comme me l’a répété cent fois Jean-Chri, lassé de retrouver mes vis et mes clous dans mes caisses de « Rien-avoir ».

caisse-carton« Mes vis sont quelque part là-dedans »

D’habitude, le premier mars, je secoue mes caisses afin de savoir s’il faut écrire « fragile » dessus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais cette année, le premier mars 2016, je suis en train de terminer tranquillement mon bol de céréales en savourant cet état de fait : on est un premier mars et je ne déménage pas.

Une chose aussi étrange mérite d’être soulignée.

A croire que je m’installe dans la vie.

Il se pourrait bien que je me pose, voyez-vous.

Que je devienne une femme sédentaire.

caisses carton