Les joies du camping : monter la tente

Comme vous le savez déjà, je viens d’une grande lignée de campeurs.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours passé mes vacances sous une tente.

Notre tente, issue d’un héritage familial clairement communiste, suscitait nombre de réactions d’une virulente jalousie car quelque peu vintage.

Bien entendu, il était hors de question de s’en séparer, car elle était « flambant neuve », et ce ne sont pas les quelques points de couture donnés par-ci par-là qui allaient dire l’inverse.

camping2

C’est vrai qu’elle était un peu rafistolée, notre Spatz, mais elle faisait partie de la famille au même titre que les objets qui y étaient associés et, dans les campings, nous ne passions pas inaperçus puisque nous étions la seule famille qui dormions encore dans ces vestiges d’une autre époque.

Mon beau-père, surnommé « le bulgare » par ses amis (justement à cause de son côté rétro (comprenez : sens de la mode lui étant propre, rafistolages en tous genres)) , avait fait du camping une véritable philosophie de vie.

Lire la suite « Les joies du camping : monter la tente »

Les joies du camping : choisir un bon matelas

Quand il a fallu vérifier l’état du matériel de camping, j’ai râlé.

Parce que personnellement, je serais bien partie à la « One-again ».

Jeter tout dans le coffre, sauter par-dessus la portière de la décapotable et filer, les cheveux au vent, le long de la Sixtisixe.

C’était ça, mon programme.

route 66

« Dites six fois : J’ai eu une cystite le long de la Sixtisixe ».

Lire la suite « Les joies du camping : choisir un bon matelas »

Les préparatifs

Un périple tel que celui que nous allons entamer se prépare.

Enfin, un minimum.

thelma et louise

A ce stade déjà, deux écoles s’affrontent.

Celle de Thelma :

  • Saisir trois shortys, un bikini et une paire de clapettes dans l’armoire.
  • Jeter négligemment le tout dans une valise.
  • Réaliser à ce stade (la veille) que l’on n’a pas de valise.
  • Vouloir appeler sa maman en grinchant (Mamoune, j’ai paaaas de valise)
  • Réaliser que Mère est elle-même partie en vacances.
  • Se consoler en mangeant un sachet de cerises Haribo.

Celle de Louise :

  • Il faut monter la tente dans le jardin paternel quelques jours avant le départ, afin que Thelma sache comment la replier, parce que Louise a soi-disant les bras trop petits.
  • Il faut gonfler les matelas pneumatiques et les laisser quelques heures afin de vérifier qu’ils ne soient pas troués.
  • Il faut emporter des rouleaux de papier de toilette pour Thelma car Louise sait pertinemment bien qu’elle ne va pas y penser.
  • Il faut passer faire quelques courses avant le départ pour se faire un pique-nique sur la route.
  • Il faut analyser la carte pour savoir quel itinéraire suivre.

ordre et désordre

La méthode de Thelma :

  • Échapper à celle de Louise en prétextant que tout est sous contrôle.
  • Rajouter un tube de crème solaire à la pile de ses affaires (Bordel, dire que j’ai manqué l’oublier).

Celle de Louise :

Démonter le maigre argument de Thelma (Tout est sous contrôle) en prétextant qu’elle doit apporter son aide lors des préparatifs parce qu’il parait que elle ne sert à rien pendant le voyage.

Louise prétend que :

  • Thelma a peur de conduire sur les autoroutes donc c’est Loulou qui va conduire tout le long du trajet.
  • La dernière fois que Thelma a servi de copilote, la carte routière s’est envolée par la fenêtre à cause du vent.
  • D’ailleurs, Thelma ne sait pas lire une carte.
  • Il parait qu’elle ne sait pas non plus replier la tente et que Louise (elle insiste là-dessus) a les bras beaucoup trop courts pour faire ce genre de mouvement.
  • La dernière fois que Thelma a voulu cuire des œufs en camping, elle a servi une omelette sur graviers à ses invités.

Devant tant de mauvaise foi, Thelma se devait de montrer à Louise l’exact inverse (c’est-à-dire sa bonne foi).

C’est donc dans ce contexte que Thelma est venue à la séance de préparatifs (il faut dire aussi que Belle-Maman avait préparé des moules frites ce soir là).

(Précision : Il va sans dire que dans ce récit, je suis Louise et ma sœur est Thelma.)

two for the road - corrie bond

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑