« Les pêcheurs de perles de Bizet » expliqué par moi-même

Comme je vous le disais précédemment, avec les copines du cours de peinture, nous sommes allées à l’opéra voir « Les pêcheurs de perles » de Bizet. La consigne : s’imprégner du spectacle, observer le ravissement et/ou l’agacement qu’il provoque en nous et, une fois rentrées à l’atelier, pondre un petit chef d’œuvre néo-classique.

Les pêcheuses de perles – Nathalie Sacré – Huile sur toile

Puisque nous étions une cinquantaine d’élèves, Laurence avait en main un tas de billets et elle nous avait prévenus : nous devions piocher une place au hasard et surtout ne pas s’insurger si nous en avions une mauvaise.

Après avoir pioché sa place, une des élèves est venue trouver Laurence en lui disant : « Regarde, sur mon billet, il est noté « Place à visibilité réduite » » et je me suis écriée : « Nîîît. Error system. Mauvaise pioche », alors elle m’a regardée un peu de travers et je me suis dit que la soirée commençait bien, que j’allais certainement me faire des tas de nouveaux amis.

Tu me cherches, kaïra ?

Pour ma part, j’ai fait une bonne pioche car je me suis retrouvée avec Solange, Claire et Bernie, et on a mis un sacré dawa sur le troisième balcon.

La musique a démarré et j’ai dit : « C’est vraiment expérimental, comme opéra » et Bernie, qui est chanteuse lyrique et qui en connait donc un rayon a précisé : « Ils sont en train d’accorder leurs instruments. Le spectacle n’a pas encore commencé ». Solange a dit : « Tu veux dire qu’ils font les soundcheck ? ». Nous, on y peut rien, on a plutôt un passif rock and roll.

Pour faire passer le temps, on a un peu regardé notre brochure de présentation pendant que Bernie, qui travaille dans l’armement, passait des coups de fil en Irak en disant à des types d’appuyer sur le bouton.

La revue nous a révélé que de grandes personnalités avaient œuvré pour cet opéra. Tout d’abord, sachez qu’il s’agit d’un opéra d’Alain Chabat, et qu’il y a Nicolas Cage en guest star, ce qui nous a rendues toute chose.

Alain Bizet-Chabat
Nicolas Cage, chanteur d’opéra

A côté de moi, il y avait un jeune homme qui avait ouvert son carnet de croquis alors j’ai engagé la conversation, en mode « Vazy que j’te drague à l’opéra, c’est que je suis de la Haute, moi, Monsieur » et je lui ai dit : « C’est fou, moi aussi, je suis là pour un cours de peinture », et il nous a fallu au moins cinq minutes de conversation pour subodorer que peut-être, éventuellement, nous fussions tous les deux des élèves de Laurence. Là, pour le coup, je crois que j’ai atteint mon niveau maximal de percolation.

Des fois, je suis un Génie, mon p’tit

Comme l’attente était un peu longue, je me suis levée de mon siège et j’ai demandé : « Qui veut du pop corn ? Je vais en chercher », mais le rideau s’est levé alors je me suis rassise. C’est qu’on a même pas le temps de casser la dalle, dans cet endroit.

Les chanteurs sont entrés sur scène et là, un écran avec les paroles s’est allumé au-dessus de nos têtes et Solange a dit : « Oh, trop cool ! Je ne savais pas que c’était un karaoké et que l’on pouvait chanter en même temps ! », mais elle a vite déchanté (c’est le cas de le dire) quand elle a compris qu’il fallait du coffre pour pouvoir suivre.

Despacito

Des danseurs sont arrivés et je me suis écriée : « Ils dansent la mamouchka !!! ». La mamushka, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est la danse préférée de la famille Addams.

Mais parlons de l’histoire pondue par Bizet, afin de faire votre culture générale.

Cela se passe dans un village de pêcheurs. Au vu du titre, je subodore qu’ils pêchent des perles, mais en réalité, aucun indice ne va dans ce sens. Je pense que, d’une certaine manière, « Les pêcheurs de perles », ça sonne mieux que « Les pêcheurs de morue ».

Yo, je vais pécho la morue

Et, allez savoir pourquoi, ils décident qu’une bonne femme qui passait en pirogue sur le fleuve allait devenir leur divinité. Donc ils lui disent, dans les grandes lignes, de garder le voile, de ne jamais montrer son visage, de prier devant l’abîme et de ne pas faire chier. (Cela vous fait penser à quelque chose ? Intégrisme islamiste, dis-moi ton nom).

Mon âme féministe s’est insurgée contre ce patriarcat misogyne et j’ai eu envie de crier : « Libère-toi de tes chaînes, brise le carcan, Leïla ! », mais je suis restée bien sagement calée dans mon siège.

Le problème, c’est que deux amis d’enfance sont amoureux de ladite divinité. Et un soir, l’un des deux va la rejoindre en secret et lui roule une pelle. Mais, comme de bien entendu, l’autre les aperçoit et, vu qu’il est le chef et que c’est lui qui décide du sort de chacun, il décide de les faire tuer.

Mec, tu es jaloux parce que ta dulcinée aime ton meilleur ami, mais est-ce une raison pour les poignarder sous les acclamations hystériques du village ? Va te faire psychanalyser, j’ai envie de dire.

Tout vient de la mère, je n’arrête pas de vous le répéter

Leïla, voyant sa fin approcher, prend les choses en main et décide d’intercéder auprès du chef. Elle lui demande de la tuer mais d’épargner son mec. Là, elle insiste sacrément en demandant « Tue-moi » pendant des minutes entières et avec moult trémolos dans la voix. Epuisée, j’ai manqué crier : « Mais butez-la, à la fin ! Vous voyez bien qu’elle demande ! ».

Si je dis ça, moi, c’est histoire d’épargner nos tympans.

Mais bouffez-la !

A la fin, le chef du village décide quand-même de déclarer sa flamme en criant très fort : « Cela fait des années que je t’aiiimeeeuh » et Leila pousse un immense cri aigu qui m’a fait reculer sur mon siège et éclater de rire de surprise, faisant se retourner sur moi un vieux couple habillé en tweed.

Non mais meuf, fais pas genre « J’avais rien catché depuis toutes ces années ». On ne nous la fait pas, à nous.

Et, en parlant de flammes, un incendie éclate à ce moment-là pour détourner l’attention de la foule lapidaire car le chef décide de changer d’avis et de les laisser s’enfuir. En fait, il aperçoit qu’elle porte un collier de perles (il était grand temps que l’on parle de perles) et c’est cet indice qui prouve qu’elle lui a sauvé la vie auparavant, donc, en analyse avec son psy, il a décidé de faire amende honorable, grand bien lui fasse, c’est toujours ça de pris pour son karma de mec colérique et jaloux.

Là j’te pêche de la perle

A ce moment-là, Poupette a crié : « Trop bien ! » parce qu’elle adore peindre des incendies, elle en a même fait une spécialité.

« Incendie » – Poupette Pêcheur – Huile sur toile

Enfin, on a pu libérer les fauves et, dans l’escalier, on s’est tous retrouvés. La femme qui avait fait une mauvaise pioche m’a expliqué qu’elle avait ouvert porte après porte jusqu’à trouver une place qui lui convienne en déclarant qu’elle s’était perdue et j’ai crié « Trop bien » et on s’est clapé dans la main comme si notre équipe de rugby féminine en avait massacré une autre.

Solange m’a montré la vue qu’elle avait depuis la loge qu’elle avait squatté après l’entracte et je me suis écriée : « Oh ! Regarde ! Il y avait même un orchestre ! « , ce qui a fait tiquer une Béatrice de Montmirail qui nous écoutait.

Sont-elles sérieuses, Pierre-Henry ?

Puis j’ai croisé Margo, qui est une future chanteuse lyrique professionnelle et elle m’a dit : « J’ai tellement hâte que des grands types me hurlent « Il faut te tuer » dans les oreilles. Après, on vient dire que les chanteurs parlent fort. Mais c’est qu’ils sont sourds ! ».

Oh sole mioooo

Lessivées par autant d’émotions et de décibels, nous avions hâte de rejoindre la voiture et de se casser fissa. Mais nous n’étions pas au bout de nos peines, car c’est là que nous avons compris qu’il y avait comme qui dirait comme une couille dans le potage car l’escalier du parking était rempli d’une file de personnes faisant plusieurs étages. Des centaines de personnes devaient quitter le même endroit et il n’y avait qu’une seule machine pour payer et une seule barrière pour se barrer.

Venez, on se casse

On a un peu patienté en chantant « Tuez-moi » en mettant des trémolos, puis j’ai déclaré : « Je vous préviens, ce soir, je paye avec des pièces de un centime » et il y a eu un mouvement de foule de mécontentement dans les vestes en jacquard.

Elle est sérieuse, la gueuse ?

Laurence nous a dit : « Allez-y, allez chercher votre voiture sans passer par l’automate  » et elle a ajouté tout bas « On peut payer à la barrière avec sa carte Visa ». Les autres l’ont crue sur parole (confiance aveugle en notre Maître), donc on a dépassé tout le monde dans la file, ce qui a hérissé le poil de pas mal de monde.

On est rentrées dans la voiture et j’ai dit : « Vous vous rendez compte que si Laurence a tort et qu’on se retrouve coincées devant la barrière en bloquant tout le monde, ce ne sont pas des tomates, qu’on va nous jeter, mais des parpaings ».

Lapidons-les

Une fois arrivées devant le guichet, Maria s’est extirpée de la voiture sans que l’on doive appeler le service de désincarcération (cinq personnes dans une petite voiture) et a montré sa carte Visa au type qui l’a regardée avec des yeux ronds et qui lui a dit : « Vous savez, Madame, vous pouviez rester dans la voiture et tendre votre carte sans devoir sortir ». Puis, quand la barrière s’est levée, Cécile a démarré en trombe, faisant mine de laisser Maria sur le parking, ce qui nous a beaucoup amusées.

Ensuite on a repris la route, sous les instructions de Morgan, mon gps.

Quand je suis rentrée, j’étais excitée comme une puce sous acide et je ne parvenais pas à fermer l’oeil. J’ai pensé  » C’est à croire que je suis folle d’opéra », jusqu’à ce que je réalise que j’avais tout simplement oublié de prendre mon médicament pour la tension.

Que voulez-vous, c’est exaltant, ce genre de soirée.

La semaine des concerts chelous

Aujourd’hui, c’était une journée difficile : Je reprenais le boulot après deux semaines de congé.

J’ai passé une semaine en Grèce à peindre au soleil, à me baigner dans les eaux turquoises, à bouffer de la feta à tire-larigot et à me biturer au retsina .

Puis je suis rentrée au pays et j’ai passé une semaine à regarder d’un œil morose la pluie tomber sur le carreau en lisant un bon Fred Vargas (je fais une obsession pour Fred Vargas).

Comprenez que la reprise ait été abrupte.

Quand je suis arrivée, Sophie était à son bureau. Droite comme un i, elle pianotait nerveusement sur les touches de son clavier d’ordinateur en m’expliquant : « J’essaye de répondre à un mail sans être méchante. Mais plus j’essaye d’être gentille, plus je suis agressive ».

Pour détendre un peu l’atmosphère et recommencer en douceur, je me suis dit que j’allais relater à mes collègues chéries les soirées culturelles qui m’attendent ces jours-ci.

C’est fou ce qu’on bosse dans ce bureau

En effet, Mel-Bichon et moi-même passons une semaine – comment dirais-je ? – assez éclectique point de vue musical.

Pour ma part, je vais voir :

  • Les pêcheurs de perles, opéra de Bizet. (C’est pour le cours de peinture, on doit en faire une peinture après)
  • Bjork et sa tournée Vulnicura (je vais pleurer).

Mélanie, quant à elle, vient voir Bjork, mais aussi :

  • Heilung
  • Et Supreme NTM (ne la jugez pas, elle est carolo)

Constatant cela, nous avons appelé notre semaine « La semaine des concerts chelous ».

Du coup, au bureau, avec Sophie et Dominique, nous avons parlé musique. Et parler musique nous a donné immédiatement envie d’écouter Kate Bush (CQFD).

Dominique est retournée dans son bureau et Sophie et moi avons passé l’une ou l’autre chanson de Kate. Chansons qui nous ont donné envie de pousser la chansonnette.

Mais voilà, on peut dire que Kate excelle dans les aigus, ce qui est loin d’être notre cas. Et même si j’adore chanter, mon entourage n’est pas toujours encourageant à ce propos.

Sophie, qui a l’oreille fine, a déclaré : « On dirait des écureuils qu’on égorge », ce qui n’était pas loin d’être vrai même si un tantinet exagéré.

A cet instant là, Dominique est ressortie de son bureau, elle a longé le couloir, a passé la tête par l’embrasure de notre porte et a déclaré : « On dirait un peu un lâcher de chats de gouttière en rut », puis elle est repartie franc battant.

Sophie a dit : « Peut-être qu’il va falloir qu’on se calme, avant de voir débarquer des types avec des fléchettes hypodermiques »

C’est dingue, quand-même, que l’on ait plus le droit d’exprimer librement son art.

Le jour où j’ai découvert le monde du métal

Aujourd’hui, les plombs ont sauté.

folie
Ding dong

Non, pas ceux-là.

Les vrais plombs.

D’abord, les lumières se sont éteintes.

Puis mon grille-pain a émis une étrange fumée noire.

J’ai cru que ma tartine brûlait. Mais une odeur de cochon grillé a rapidement envahi toute la pièce. J’ai pensé qu’il était curieux que ma tartine sente le porc. Alors je me suis levée de mon tabouret et je suis allée inspecter mon appareil électroménager. Mes tartines étaient saines et sauves. Par contre, quelque chose collait dans le fond. Un objet.

J’ai retourné mon grille-pains afin d’en extraire l’objet, mais il avait fondu sur la résistance.

C’était une lampe de poche.

grille pain 2
Comme c’est étrange, mon cher Watson

Je vous vois déjà venir : vous vous imaginez qu’il s’agit d’une énorme lampe torche et vous vous demandez comment diantre elle a pu atterrir (et rentrer) dans un grille-pain.

scully-mulder-hangar
« Mystère et boule de gomme, Mulder »

Je vais vous expliquer :

Il s’agit d’une petite lampe qui sert de pointeur et de porte-clés et qui a la taille d’un petit doigt. Elle était posée sur une étagère qui se trouve au-dessus de mon grille-pain. Preuves que mon récit est PROBABLE, contrairement à ce que m’ont dit mes collègues quand je leur ai expliqué « Ce matin, ma lampe de poche est tombée dans mon grille-pain »

toast
grille pain

Et d’où me vient cette lampe de poche ? Ca, c’est une autre chouette histoire.

Ce soir là, avec les copines, pour notre PEH (Plan d’Elargissement d’Horizons), on avait décidé de s’inscrire à un blind test.

De métal.

Résultat de recherche d'images pour "métalleux"

Alors qu’aucune de nous n’écoute de métal.

Je sais que cela peut sembler intriguant, mais c’est bien ça le concept, après tout : élargir nos horizons. Et nous, on avait naïvement pensé que l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne.

ouverture d'esprit
Un vrai courant d’air

On a donc uni nos attitudes positives afin de former une équipe. Une team du feu de l’enfer (Vous voyez ? Je commence d’ores et déjà mon immersion en milieu métalleux)

enfer 9
« Soirée blind test »

Mis à part élargir nos horizons, une soirée PEH a deux autres objectifs : briser les aprioris (ne nous leurrons pas, on en a toujours) et, but ultime, faire LA rencontre d’une vie. Ici : trébucher dans les ABL d’un type barbu qui porte une veste sur laquelle il est écrit en lettres de sang « Fuck Jesus » et qui porte des bagues en forme de dragons.

metalleux
« Tu serais dispo vendredi soir ? »

Question aprioris, on pensait qu’on allait se retrouver avec huit autres tables dans un petit café pourrave le long d’une gare de chemin de fer et qu’on écouterait des extraits chantés hurlés par des sauvages et que, tout en observant la faune environnante, une petite mousse bien fraiche à la main, nous écririons de temps en temps dans une colonne « Marylin Manson » ou « les Hanson ».

QUE NENNI.

C’est que c’était du sérieux, cette affaire là.

Nous avions sous-estimé notre adversaire.

Il y avait, dans une immense salle des fêtes, des dizaines et des dizaines de tables. Des centaines de métalleux. Une foule. Un troupeau. Une horde.

Sûr qu’on allait faire tache, mais en gardant notre air le plus naturel, nous parviendrions certainement à nous fondre dans le décor.

« Je vois un tatouage tête de mort »

« Sympa, la petite sauterie »

Il nous fallait un nom d’équipe. En général, on se fait appeler  » Les petits poneys en foufette « , mais on a eu peur qu’on nous jette des bracelets à clous au visage, donc on a opté pour  » Les dark caniches « , ce qui a un peu plus de gueule et de mordant.

« Craignez-nous »

Ceci étant fait, nous avons rejoint la table qui nous était assignée et le jeu a commencé. Ils l’ont annoncé de but en blanc : il y aurait 7000 questions. Pire qu’un examen à l’Université. (Et non, je n’exagère JAMAIS).

Les questions ont commencé à défiler, nous laissant pantoises et silencieuses (chose rare, au demeurant).

Entre chaque manche, les résultats défilaient sur l’écran géant, rendant notre humiliation publique.

shame

On a un peu ri en notant ça et là « Joe Dassin » ou « Chantal Goya ». Mais en vrai, on ne s’amusait pas tant que ça.

C’est alors qu’ils ont annoncé que la première équipe recevrait des cadeaux, ainsi que la dernière.

Et cela nous a donné le sens du challenge : nous avons décidé d’en faire notre parti en essayant de terminer les dernières.

Et plus on restait les dernières plus on rigolait, ce qui a provoqué des regards de pitié de la part des autres joueurs, qui ne comprenaient pas bien notre trip.

A la fin de la soirée, après avoir rendu 30 pages quasiment vides, on nous a appelées à monter sur le podium car nous avions relevé le défi : être les lanternes rouges.

huer

« Rentrez chez vous, les grognasses »

Dans le sac, il y avait des CD de chanteurs qu’on ne connaît pas, un beau T-shirt David Bowie (ce qui tombait bien parce que Tina est fan) et, vous vous en douterez, des lampes de poche qui finissent par tomber dans des grille-pain à en faire sauter les plombs.

Comme cela, vous saurez tout sur nos engagements visant à élargir nos horizons

BeavisandButthead-BlackMetal

Lettre à Joe Dassin

Cher Joe Dassin,

Sache que j’aime la plupart de tes chansons.

D’ailleurs, avec ma bande de fêtards, on adore les entonner à tue-tête en les accompagnant à la guitare tout en buvant des bières ou du bon gros rouge qui tache.

5 joe dassin

Et même si je ressens un léger plaisir coupable à frapper du pied en vociférant ce « Zaï zaï zaï zaï » très guilleret, je me prends toujours au jeu : oui, c’est vrai, Joe, il y a une joie délicieuse, une poésie surannée dans ces mots et dans cet air. Ayant pourtant le scoutisme en détestation, je confesse aimer ces moments qui sonnent un peu : « Baden Powell en plus alcoolisé ».

« On s’est aimés comme on se quitte, tout simplement sans penser à demain« (bande d’irréfléchis) , »Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais« (névrosé fusionnel), la magistrale « A toi » , que j’écoute en mode « vieille fille au bout du scotch » dans mes chaussettes mauves (celles qui ont des antidérapants) : je les cautionne toutes.

bridgetjones.jpg

Même celle du type qui deviendra diabétique et obèse à force d’acheter un petit pain au chocolat tous les matins, et qui finira seul, une seringue d’insuline à la main sans jamais avoir catché que la boulangère le mange du regard (genre : « Homme vouloir Sucre et pas voir que Femme vouloir Lui »)

homme des cavernes

« Moi vouloir petit pain au chocolat »

MAIS

je DETESTE « Aux Champs Elysées« .

Va savoir pourquoi, Joe.

C’est épidermique.

Les trois premières notes à peine entamées, mon poil se hérisse, je fais le gros dos et je me mets à souffler de colère comme un gros chat de gouttière. C’est plus fort que moi.

champs élysées

« Je me baladais sur cette putain d’avenue »

Ce sont des choses qui arrivent parfois, ne m’en veux pas, ce n’est vraiment pas contre toi. Un peu comme s’il fallait accepter le fait qu’une de tes œuvres me restera à jamais incomprise.

Et c’est avec une grande peine que je me dois de t’annoncer que ta chanson est sur ma liste des choses que je déteste Et ça, c’est du lourd, Joe. C’est irrécupérable, et tu m’en vois vraiment navrée.

Connaissant ma totale aversion pour cette maudite chanson, Mélanie a décidé de provoquer ma rage. Son objectif était limpide : pourrir ma cervelle avec l’Insupportable Chanson qui reste en tête. Pour ce faire, elle a développé une stratégie terrifiante digne de son esprit retors.

Un jour, elle m’a offert une jolie boite à musique. Vous devinerez que quand j’ai actionné sa manivelle, deux amoureux tout étourdis par la longue nuit en sont sortis. Elle m’a ensuite obligé à la déposer dans un endroit stratégique de mon salon, sachant pertinemment que les visiteurs éventuels ont toujours la spontanéité de faire fonctionner ce genre de mécanisme.

Le lendemain, mon amie Céline me téléphone. Je décroche, vaguement intriguée parce qu’en général, on s’envoie plutôt des SMS. Et, à l’autre bout du fil, elle commence à chanter : « J’me baladais sur l’Avenue… ». Au bout d’un couplet et d’un refrain, elle me précise : « C’est de la part de Mélanie » et elle raccroche.

Le surlendemain, je rentre dans le bureau Rock and Roll. J’entends que mon collègue André est en grande conversation téléphonique.  Quand il raccroche, je lui demande : « C’était Mélanie ? » (je reconnais sa discrète voix même à travers le combiné). « Oui », me dit-il « Elle avait des questions pour le boulot ». A cette réponse louche, j’aurais dû me rendre compte qu’il se tramait quelque chose dans mon dos. Trois minutes plus tard, la chanson retentit dans le bureau. Il l’avait déclenchée à sa demande.

Le lendemain du surlendemain,  le secrétariat me tend une enveloppe : « C’est pour toi, Nathaliochka ». Aussitôt, je reconnais l’écriture en pattes de mouche. A l’intérieur, elle a glissé les paroles de la chanson.

A  ce stade, je peux vous jurer que n’avais plus du tout le cœur ouvert à l’inconnu.

J’ai décidé de me venger.

joe-dassin-for-ever-1

 Comme l’a si bien dit un Grand Méchant de l’Humanité (ça doit être Jafar ou peut-être Gargamel) : « La vengeance est un plat qui se mange froid ».

jafar.jpg

J’ai créé une cellule de crise. J’ai réuni mes collègues du Bureau Rock and Roll pour une assemblée extraordinaire et je leur ai donné comme consigne : « Trouvez-moi un moyen de vengeance simple, efficace et retors pour neutraliser Mélanie. »

Dédé a pensé à la création d’un calendrier de l’Avent personnalisé. Chaque jour précédent Noël, je pourrais poster sur le mur Facebook de Mélanie la photo d’un gros homme, de préférence laid et torse nu.

gros homme.jpg

Nous réfléchissions à la somme de travail que cela nous demanderait de rassembler cette galerie de portraits quand Catherine s’est écriée : « Je sais ! Tu pourrais offrir à ses enfants un jouet qui fait beaucoup de bruit »

Un silence a rempli la pièce. Un silence vainqueur. Le silence de ceux qui adoptent une proposition à l’unanimité.

Dès le lendemain, j’ai offert un tambour aux enfants de Mélanie.

 

Y’a des fois, faut pas me chercher.

Bref, j’ai chanté

Hier soir, nous allions manger chez Violette Doublevé.

Violette Doublevé est cantatrice.

Une vraie.

Une chanteuse lyrique qui a de la classe et du coffre, une Callas en herbe (désolée, mais c’est à peu près l’unique référence que je possède en la matière) qui a le don de nous scotcher, parce que quand elle demande « Passe-moi le sel », il se peut qu’elle le fasse avec sa voix de sprano-alto-super-baryton, et c’est toujours du plus grand effet.

castafioreJe suis jalouse de Violette Doublevé.

Parce que j’aurais aimé être chanteuse.

J’aurais peut-être plus percé sur la scène rock-underground-alternative qu’à l’opéra, mais j’aurais adoré savoir chanter. Je serais devenue une Catherine Ringer de choc, une Patti Smith d’enfer, une Bjork du tonnerre de Dieu.

J’aurais soulevé les foules et déchaîné les passions. Ma voix aurait bercé des milliards d’êtres humains sur Terre et il y aurait un tas de posters à mon effigie.

« This is love, this is love that I’m feeling »

Avant de partir chez Violette Doublevé, j’ai décidé d’entonner un petit air d’opéra dans les wc de Père.

Le chat Confetti était là, installé à côté de moi, le regard intrigué.

« Qu’est-ce qu’elle me fiche ? »

J’ai chanté.

Aussitôt, j’ai vu les oreilles de Confetti s’aplatir.

Il a fait le gros dos.

Ses poils se sont hérissés, et, sans que j’aie eu le temps d’entamer mon refrain, il s’est jeté sur moi.

Il s’est emparé de ma main droite et y a planté ses dents.

Tout en me mordant, il me griffait de ses deux pattes, visiblement effrayé par mes vocalises.

C’était sa façon de me demander de stopper mon chant qui, apparemment, lui avait mis les nerfs à rude épreuve.

Et après, on viendra dire que les chats sont mélomanes.

Faudrait pas pousser Bobonne dans les orties.

Celui-là doit avoir du mou pour chat dans les oreilles, en tout cas.