Trypophobie

Comme vous le savez déjà, je me moque beaucoup de ma sœur.

Et il y a un sujet particulier avec lequel j’aime la provoquer : sa hantise des éponges et des autres objets alvéolaires comme les ruches ou ce genre de choses.

D’ailleurs, avec ses amis, on aime lui mettre les nerfs en pelote en lui chantant la chanson de l’éponge ou, plus simplement en lui disant le mot « spongieux », qui suffit amplement à la révulser.

bob.jpg« Je te fais peur ? »

J’étais affalée dans mon canapé , concentrée sur le niveau 203 de farm heroes saga en mangeant des chips poivre et sel quand elle a déboulé dans mon appartement comme une furie, un roman grand ouvert entre les mains.

« Je sais de quoi je souffre!!! » s’est-elle écriée avec beaucoup d’emphase.

« De maladie mentale ? » ai-je risqué, sachant pourtant qu’elle nierait.

« De trypophobie ! Regarde, c’est écrit là dans mon roman. C’est la phobie des trous ».

sponge

Elle semblait si contente d’avoir un mot à mettre sur sa souffrance (ou plutôt de pouvoir nous répondre que son aliénation existait et que, du coup, elle n’était pas la seule à en souffrir dans ce vaste monde) qu’elle a voulu faire de plus amples recherches. Elle s’est installée à côté de moi et on a googlisé « trypophobie ».

A MON PLUS GRAND REGRET.

Car j’ai instantanément compris que je souffrais moi aussi de trypophobie.

A un stade avancé.

Mon estomac n’a fait qu’un tour.

J’ai hurlé de terreur en reclapant l’écran de mon ordinateur.

Puis j’ai repris mon souffle.

Je voulais voir. A l’instar de ces personnes qui ne peuvent s’empêcher de lorgner sur les accidentés de la route, j’étais en proie à une pulsion scopique morbide qui m’obligeait à essayer de regarder.

En vain.

Alice down the hole c Disney

Je n’ai jamais été fan de films d’horreur mais je préfère me faire une nocturne de Chucky la poupée de sang en regardant un dictionnaire des maladies vénériennes que de rester 10 secondes sur le florilège de Google-images généré au terme trypophobie.

C’est tout simplement ATROCE et insoutenable.

trypophobie

Le psychopathe au chihuahua

Un jour, un homme s’assied à côté de moi à l’arrêt de bus.

La cinquantaine, les cheveux grisonnants coiffés à la brosse, les traits tirés, une chaîne imitation or autour du cou, des vieux tatouages délavés sur les poings et les doigts.

mulet.png

Mes bichons m’ont souvent surnommée « BDC« , parce que j’ai toujours « Beaucoup De Chance » dans la vie.

Et c’est vrai.

Parce que l’homme, non content d’entamer la conversation avec moi à l’arrêt de bus, s’installe à mes côtés afin de me livrer quelques éléments de sa palpitante existence.

En quelques minutes, je sais déjà :

– Qu’il habite seul dans une grande maison avec son dalmatien et son chihuahua.

3004807867_1_8_o5Ihd7Mj0f06351d08b922f69f92117b82fd81f1

– Qu’il a un seul ami sur cette vaste Terre, que cet ami est facteur et que cet ami facteur a essayé de tuer sa femme quand il a appris qu’elle le trompait.

– Que Mister Chihuahua, lorsqu’il a appris cela, a tenté d’arrondir les angles et a expliqué à son ami facteur que s’il tuait sa femme, il ne serait pas plus avancé. (Ce qui me fait dire que l’homme qui était à mes côtés dans ce bus était à la fois pacifiste et empli de bon sens).

– Qu’il a perdu son travail il y a quelques années, qu’il se sent seul à Namur-city et qu’il ne connaît pas de chouettes endroits où sortir et faire des rencontres féminines.

Et bien entendu, c’est à ce stade de la conversation que le bât a commencé à blesser, mais je crois que je ne me rendais pas encore bien compte de l’étendue des dégâts que cela allait engendrer. Je n’avais pas de recul, comprenez-vous. Et je voyais la gare se rapprocher salutairement de nous.

Je suis descendue en saluant Mister Chihuahua avec toute la politesse que m’ont transmise mes parents.

fuck.gif

« Mais laissez-moi un peu tranquille »

Quelques jours plus tard, on frappe à ma baie vitrée.

Je descends de mon atelier et tombe nez à nez avec… Mister Chihuahua en personne.

mulet3

« Salut, Beauté »

En moi résonne un cri de panique. Des points d’interrogation sortent par mes oreilles.

Je n’ai jamais donné mon adresse à cet homme. Ni mon nom, d’ailleurs.

Ce qui sous-entend qu’il a probablement quadrillé le quartier à ma recherche.

C’est un peu, admettez-le, un scénario digne d’un film d’horreur. Mis à part ce petit chihuahua, peut-être. Qui sautille au bout de sa laisse, très content de sa promenade.

chien.jpg

J’ouvre la porte. Que faire d’autre ? Il s’agit d’une baie vitrée qui révèle l’entièreté de la maison.

-« Que faites-vous ici ?! » demande-je à Mister Chihuahua.

– « On est venus te dire un p’tit bonjour » me répond-il, visiblement ravi.

Et là il fait un pas, entre chez moi et s’affale sur le canapé en demandant à Câline d’arrêter de sauter en l’air comme ça.

En moi parle la pédagogue. J’explique à l’homme que je suis une femme seule et que ça peut éventuellement foutre les boules de savoir qu’un inconnu a sillonné le quartier à ma recherche et s’invite chez moi. Et ce n’est pas un chihuahua qui rendra l’affaire moins sordide, bien au contraire.

Mulet2

Je lui demande de ne plus jamais mettre les pieds chez moi.

L’homme, visiblement déçu, regarde tristement ses pieds et déclare : « C’est fort dommage, parce que j’avais envie de te présenter mon dalmatien qui est resté à la maison. »

dalmatien

Non mais, parfois, je me demande s’il n’y a pas qu’à moi qu’il arrive des choses pareilles…

 

Je souffre de culpabilité morbide

Samedi passé, j’ai oublié mon trousseau de clés à la bibliothèque. Mon trousseau avec TOUTES mes clés (Bibliothèque/maison/voiture/divers).

J’ai laissé mes collègues fermer le bâtiment, enclencher l’alarme derrière nous. Je suis allée jusqu’à mon parking pour récupérer ma voiture (Queen Elisabeth) et c’est évidemment seulement à ce moment-là que j’ai réalisé que j’avais laissé mon trousseau à un endroit inapproprié.

J’ai eu un accès soudain de lassitude-d’-être-moi-même.

blonde.png

J’ai voulu appeler mes collègues, tout en culpabilisant de leur faire faire demi-tour pour m’ouvrir la bibliothèque un samedi midi.

J’ai réalisé que je ne possédais PAS leurs numéros de portables.

J’ai souffert d’un second passage d’auto-lassitude, plus prononcé cette fois, avec quelques accents de syndrome de Gilles de la Tourette.

injure

J’ai utilisé mon joker « appel à un ami ». J’ai appelé ma sœur.

Elle est venue me chercher sur le parking en disant « T’as de la chance que je sois là », ce que j’ai approuvé.

Elle m’a prêté le double des clés de mon appartement et j’ai su rentrer chez moi.

Le soir, en lisant un article, elle a soudainement pouffé de rire. Elle m’a expliqué : « Ils disent que les personnes qui oublient souvent leurs affaires ou qui les perdent souffrent certainement de culpabilité morbide« .

psymoderne

J’ai répondu par un rictus et un haussement d’épaules prouvant mon indifférence à ces balivernes de psychologues.

Le lendemain, je suis retournée travailler en bus. (Oui, il y a un bus qui passe devant chez moi, pile devant la maison. Mais UN SEUL bus. A six heures du matin).

Ma sœur m’a dit : « Ça t’apprendra » et elle a ricané.

Je trouve que ce n’est pas en agissant ainsi qu’elle m’aidera à me soigner de ma culpabilité morbide.

Mais ce n’est que mon opinion.

trait

Quelques semaines plus tard, alors que je mangeais des croissants dans le Bureau Rock and roll (BRR) (Le vendredi, c’est shabbat, alors on peut manger du sucre), il m’est arrivé un second épisode du même genre (enfin, je dirais un millionième épisode).

Je rentrais de mon périple andalou.

Premier jour de reprise du travail (un vendredi, c’est rude, tout de même).

Ciel gris parsemé de quelques flocons de neige alors que je revenais du pays des castagnettes et de la sangria.

Dépaysement total. Jetlag complet. Loose intégrale.

gaston bureau

J’ai dit à Sophie C : « Sers-moi un thé bien fort. Je vais en avoir besoin ».

J’ai pensé : » La journée va être rude, moussaillon. Il faudrait, pour ta survie morale, que tu puisses te barrer (normal, pour un moussaillon) plus tôt que prévu cet après-midi ( Nous faire terminer à 16h30, non mais ils ne vont pas bien, dans cette administration ?) ».

J’ai voulu encoder ma récupération, tout en écoutant le doux bruit de l’eau qui bouillait. Pour encoder une récupération, il faut introduire sa carte d’identité. En ouvrant mon portefeuille, j’ai réalisé que ma carte d’identité était manquante.

J’ ai fouillé mon portefeuille.

Toujours pas de carte.

J’ai renversé son contenu sur le bureau.

Elle n’y était pas.

Je me suis dit qu’il y avait forcément une explication plausible à tout cela.

Comme je venais de prendre l’avion, j’avais dû la sortir et tout simplement oublier de la remettre à sa place.

Tous les jours, j’ai demandé à Sophie F. d’encoder mes heures pour moi. Tous les jours pendant à peu près deux semaines.

Ce n’est que deux semaines plus tard et après une remarque inquiète de Sophie F (« Tu n’irais pas déclarer sa perte ? ») que je me suis dit que peut-être, il serait bon que je m’inquiète de savoir où pouvait se trouver cette saloperie de carte.

J’ai téléphoné à Mère en la soupçonnant (ou plutôt en l’accusant) d’être la responsable de cette disparition. Elle m’a dit « Non je n’ai pas ta carte d’identité. »

Et elle a ajouté « Mais est-ce que tu as regardé dans la poche de l’anorak que tu portais à l’aéroport? »

« Bien-sûr que oui » lui ai-je répondu.

J’ai raccroché le téléphone.

J’ai plongé ma main dans la poche de mon anorak.

Elle y était.

J’ai envoyé un message à Mère disant qu’elle avait vu juste, bingo.

Elle m’a répondu qu’elle avait l’habitude de ce genre de problème, parce qu’elle souffrait de culpabilité morbide elle aussi.

Jusque là j’ignorais que c’était héréditaire.

Et quand c’est génétique, voyez-vous, vous ne pouvez rien y faire.

Sauf peut-être souffrir en silence.

Et subir.

Equilibre.

J’ai eu la chance immense de naître dans une famille débordante d’amour et de folie légère, dans laquelle il est de mon droit et de mon devoir de m’épanouir au plus haut degré. Je suis épaulée par toutes et tous, applaudie, aimée telle que je suis et quoi que je fasse.

Fidèles au poste depuis la nuit des temps, mes amis sont tous plus merveilleux les uns que les autres. Ils sont drôles, décalés, à l’écoute. J’ai une confiance absolue en eux, je les aime d’un amour infini et inconditionnel.

J’ai quatre filleu(le)s dont je ne peux qu’être fière, qui sont mes joyaux, les prunelles de mes yeux, mes palpitations du cœur.

Pour compléter le tout, j’ai rencontré ma meute. Une meute de loups formée d’individus un brin ravagés, un rien festifs, tous rassemblés par un amour de la vie intense et désireux de la fêter sauvagement dans ce qu’elle a de plus beau.

Mon chemin spirituel a été et sera encore empli de doutes, mais aussi de certitudes et de questionnements passionnants à résoudre.  Il s’agit d’un chemin de terre se faisant de plus en plus solaire au fur et à mesure des années et du travail accompli. Je me suis posé les bonnes questions, j’y amène des bribes de réponses, j’apprends à me connaître, je fais la route vers moi, je laisse tomber les masques, j’ose me montrer. Je suis. J’avance.

Tout ce qui est art me porte. Le dessin, les crayons, les livres, la musique qui accompagne mes moindres mouvements, amie de toujours pour toujours. J’adore danser, danser, danser. Me raconter.

J’ai obtenu l’an passé le travail de mes rêves, tel que je le voulais et où je le voulais. Mes collègues sont rock and roll. Je suis payée pour m’amuser. Et j’ai aussi quelques responsabilités.

J’habite une maison au calme dans ma ville-racine. Mon nouveau jardin, c’est le fleuve. Les abords du fleuve. La nature.

J’ai le sens de la fête. Celui de l’humour, aussi. Et je prends quelques fois des sens interdits : parfois par rébellion, parfois juste parce que je connais mal le code de la route. J’ai les sens en éveil. En réveil.

De nouvelles personnes croisent en permanence ma route et je m’émerveille de ces êtres qu’hier encore je ne connaissais pas et qui peu à peu s’ajoutent dans mes poches déjà pleines.

En bref, je suis heureuse. La plus heureuse des femmes. Et je tenais à vous faire part de ce qui forge mon équilibre, au jour d’aujourd’hui.

equilibre copie