Célibat

Les téléfilms de Noël Versus la Vraie Vie

Mel-Bichon et moi, on aime bien les téléfilms de Noël. Elle laisse les enfants à la garderie en disant à Madame Sabrina qu’elle a eu un contretemps. On se remplit des grands verres de gin et on se fout sous un plaid. 

C’est là que Clemsou appelle pour nous proposer de la rejoindre boire un vin chaud au marché de Noël. “On ne peut pas, Clemsou, on a déjà tant de projets et de sollicitations”. 

Clemsou, à qui on ne la fait pas, répond : “Comme je vous comprends, les filles. Moi aussi j’ai un nouveau but dans la vie : c’est rester le plus possible chez moi”. 

On ne se refait pas. On a bientôt 40 ans, il fait froid dehors, et Courtney est en train de faire un tour en calèche avec Derek, ce qui signifie que le moment est décisif.

Mélanie me rassure : “Ne t’inquiète pas, je sais que le suspense est insoutenable, mais je pense que ça finira bien”.

Parlons de ça : le fait que cela se termine bien. Contrairement à la vraie vie, qui se termine mal (la mort) et sans balade en calèche.

Parce que dans les téléfilms de Noël, tout est toujours différent de la vraie vie.

Décortiquons le phénomène.

Dans le téléfilm, l’héroïne porte toujours un prénom mièvre. Du genre Cristal. De préférence avec un “y”. 

Crystal est blonde, mince, elle a le teint frais, elle se fait des boucles au fer à friser chaque matin (où trouves-tu le temps de faire ce genre de choses, Crystal ?) et elle porte des pulls roses en angora.

Dans la vraie vie, il se peut que tu aies des cheveux blancs, que tu sois obèse, que tu tapes sur ton réveil plusieurs fois chaque matin et que du coup tu te retrouves au boulot avec des cernes sous les yeux, un pull informe, la crolle au vent, la gueule de travers.

Il se peut aussi que tu cumules tout cela.

Si, si, je t’assure, c’est plus que vraisemblable.

Crystal est célibataire et ça, c’est à peu près la seule chose que tu aies en commun avec elle. Mais il va sans dire que dans ton cas, c’est louche et dans le sien, c’est juste qu’elle a privilégié sa carrière à ses amours (un peu comme toi, ceci dit). 

Mais l’horloge biologique de Cricri commence à la tarauder, là où toi, tu es carrément périmée et elle réalise qu’elle est peut-être passée à côté d’une valeur essentielle : l’amour à partager autour d’une bonne tasse de chocolat chaud dans laquelle on balance des marshmallows.

Non mais Crystal! Comment fais-tu pour rester si mince ? Moi si je fais ça mon insuline battrait tellement la campagne que le Smur m’embarquerait sur le champ.

Avez-vous remarqué qu’il y a toujours une histoire de soeurs jumelles dans les téléfilms de Noël ? Qui décident de s’échanger leur vie. La vie de Crystal contre celle de Candy.

En vrai : jamais tu n’échangerais ta vie contre celle d’une de tes soeurs. Il y en a une qui a un bébé qui pleure la nuit, une autre qui doit se lever avant six heures du matin pour aller jusqu’à Bruxelles et une autre qui jongle avec des couteaux de cuisine. Bon, vous me direz, vu que tes soeurs ne sont pas tes jumelles, cela ne pourrait pas fonctionner. Je crois que si l’une d’elles se pointait au bureau à ta place, tes collègues se rendraient assez vite compte de la supercherie.

Et si ton mec réalisait subitement qu’il n’existe pas qu’une seule version de toi mais deux, il partirait en courant en hurlant “au secours, pas encore elle !”.

Le héros, quant à lui, s’appelle Brad.

Brad est célibataire, lui aussi. Mais c’est à cause d’un vilain coup du sort. Brad est veuf.

C’est bien, un veuf. Il a été marié, donc il n’a pas de problèmes d’engagement, ce n’est pas de sa faute si sa femme est morte (ou alors on quitte définitivement le conte de Noel pour virer thriller islandais) et comme il a souffert, cela le rend d’autant plus craquant.

Avec un veuf, on se met en mode challenger pour lui rendre le sourire ultrabright qu’il a perdu durant la déroute qu’a été cette épreuve.

Brad porte de longues écharpes sur un grand manteau ouvert et chic.

Dans la vrai vie, je ne pense pas que le prénom Brad coure les rues de Namur-city. Et les veufs trentenaires sont plutôt rares.Tu tombes sans arrêt sur le célibataire chelou resté sur le carreau car il a des soucis d’engagement. Celui qui préfère jouer à la console en bouffant des Chipitos habillé en sarouel.

Résultat de recherche d'images pour "noel vintage"

Puisqu’il a eu une vie avant toi, Brad-le-veuf a des enfants. Mais attention, pas n’importe quels enfants : des enfants charmants.

Là encore, on sent que le téléfilm essaye de nous rouler dans la farine. Car tout le monde le sait pertinemment : les enfants charmants, ça n’existe pas.

Et en plus, Il y zéro chance pour que tu sortes avec un type qui a des gosses. Charrie pas. Et même s’il y avait la moindre chance que ce soit vrai, ses gosses te hurleraient “T’as rien à dire, t’es pas ma mère”  et tu leur retournerais une tatane dans la tronche pour bien leur faire comprendre que si, c’est quand-même toi qui décide.

Crystal a un chien. Un beau labrador blond qui garde le noeud d’emballage qu’on lui a mis autour du cou.

En vrai : ton chien est censé être blanc mais, à force de s’être roulé dedans, il ressemble à une grande bouse de vache, sans parler de l’odeur. Et si tu essayes de lui mettre du ruban autour du cou, il se roule sur le tapis, faisant tomber la table basse du salon sur laquelle se trouvait un verre qui se brise en mille morceaux et, quand tu te mets à les ramasser, un éclat va se ficher dans ton doigt et te fait souffrir pendant des jours, jusqu’au moment où ton corps l’expulse et que tu t’écries devant tes collègues ébahis : “Je perds un morceau de verre !” (véridique)

Brad, quant à lui, possède un chat. Un chaton qu’il a offert à ses enfants pour leur faire oublier un instant que leur maman est partie dans le ciel. Le chaton a les yeux bleus et ne perd pas ses poils. 

En vrai : Ton chat se jette sur les décorations avec des yeux maléfiques, comme si les guirlandes étaient Le Haut Mal. Et il t’a pété toutes tes boules, y compris les jolies vintage qui te restent de ta grand-mère et auxquelles tu tenais beaucoup. 

Afficher l’image source

Dans le téléfilm de Noël, Brad décide d’emmener Crystal à la patinoire. 

C’est quoi ce plan de merde ? Il ne peut pas l’inviter à aller siffler du gin au bar du marché, comme tout mec civilisé ? Et profiter du fait qu’elle ait un verre dans le nez pour tenter de la ramener chez lui ?

Non, Brad en a décidé autrement, il se la joue plan romantique à la pati.

Mais bon sang de bois, Brad ! Tu ne réalises pas qu’à la pati, il fait moins mille degrés et que du coup, ça donne des joues rouges et la goutte au nez ?

Je ne sais pas comment fait Crystal pour rester fraîche mais toi, tu renifles en mode marsouin, avec raclements de gorge et tout et tout. Bonjour la romance.

Et ne parlons même pas du fait que personne ne tient sur ses deux quilles, dans une patinoire. C’est un endroit où personne n’est plus allé depuis ses 8 ans, donc niveau équilibre, on fait mieux.Tu vas me dire, c’est peut-être le plan secret de Brad : faire chanceler Crystal pour pouvoir la rattraper dans ses bras. Parce que lui, il tient sur ses deux patins. C’est quoi le truc ? Il s’entraîne seul chaque samedi depuis le décès de sa femme en espérant pécho une meuf le jour où il sera de nouveau prêt à aimer ? Ou essayerait-on à nouveau de nous dire que les hommes tiennent instinctivement debout alors que les femmes sont des petites créatures qui crient : “Tiens-moi, Brady, je sens que je vacille” ?

Toi, si tu tombes sur Brady pour qu’il te ratrappe, autant te dire qu’il vaut mieux qu’il ait de la force dans les bras.

Sophie m’a même raconté qu’à la pati de Namur, ils proposent aux personnes qui ont des problèmes de stabilité de s’accrocher à un grand dinosaure en plastique. Oui, je sais, je te fais rêver, Bradounet.

Après la patinoire, Brad propose d’aller manger des cupcakes dans un salon de thé. 

Afficher l’image source

Il va falloir qu’on m’explique, ce que c’est, le délire avec les cupcakes. C’est un putain de quatre quarts tout sec sur lequel on tape des colorants roses et des paillettes. Non mais c’est immonde ce truc.

Et dans la vraie vie, dans les salons de thé, il n’y a que des vieilles dames agressives qui se parfument trop, qui portent des peaux de renards autour du cou et qui te font des croche-pieds avec leur canne. Pas vraiment le bon lieu pour un plan drague, quoi.

Et pour couronner le tout, la neige commence à saupoudrer les maisons de ses blancs flocons. Crystal et Brad n’ont même pas froid.

En vrai : Il pleut sans discontinuer et le ciel est d’un gris tellement blafard que tes endorphines se font la malle et que tu pleures dans ton salon en portant tes luminettes qui te donnent un air d’extra-terrestre.


Enfin, je vous dis tout ça, moi, c’est juste pour vous partager mon analyse et vous dire, en résumé, que la vie craint le boudin.

Mais bon, ça, vous le saviez déjà.

Guindaille

Comment le réveillon de nouvel an est parti en sucette

Tout se déroulait comme prévu.

Mère, Adèle et moi étions affalées dans le canapé, devant le feu, une flûte de mousseux à la main en regardant une série sur la révolution russe (guerre des tranchées, fusillades, peuple qui s’entretue : y’a pas à dire, nous, on sait se divertir).

Lire la suite « Comment le réveillon de nouvel an est parti en sucette »

Guindaille

Le concours de pulls de Noël

Déjà qu’il n’est pas facile de survivre à Noël en temps normal, mais en plus, ma famille a connu dernièrement plusieurs tragédies qui ont mis le moral des troupes à rude épreuve. Afin d’adoucir la peine, Caro a pensé qu’un concours de pulls de Noël nous distrairait.

Lire la suite « Le concours de pulls de Noël »

Société

Faire le sapin

Une sœur qui tient à ce qu’il y ait un sapin dans le salon, une mère atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette et un chaton qui découvre les paillettes, je crois que cette année, tous les ingrédients sont rassemblés pour que je vous concocte une petite rubrique « Magie de Noël ».

Lire la suite « Faire le sapin »