Toi le frère que je n’ai jamais eu

Quatre heures du matin.

Mon réveil sonne.

« Déjà ? » C’est alors que je remarque, depuis mes brumes vaporeuses, qu’il ne s’agit point de la douce mélodie de mon réveil mais de celle, identique, de mon téléphone.

Numéro inconnu.

Intriguée et pâteuse, je décroche.

« Alloooo ? » (voix provenant des tréfonds caverneux) « C’est qui ? »

L’inconnu (qui semble quelque peu aviné) : « C’est moi »

– Ah.

(silence)

J’ajoute, afin d’avoir plus de précisions sur ce « moi » énigmatique : « C’est quiiii ? »

– Benjamin Latour

-Oh

(Inconnu au bataillon de mes amis, de mes copains, de mes potes de bistro, de mes vues du moment, de mes collègues de travail, de tout quoi)

Il ajoute : « Benjamin Latour : ton frère »

Voilà qui m’aide mieux, tiens. J’ai un frère, maintenant. Qui s’appelle Latour.

Et ce Benjamin doit préciser à sa soeur, qui lui répond à quatre heures du matin, qu’il est en fait son frère.

Agacé par le manque de réaction de son interlocutrice, il raccroche en concluant :

– « Putain, c’est bon, j’ai compris, rendors-toi Nath. Je te rappelle demain »

Nath.

Nath.

Nath.

Merde. Aurais-je donc bien un frère ?

 

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :