Tupperware Versus Upperware

Quelle ne fut pas la surprise de mes collègues quand je leur ai annoncé de but en blanc : « Ce soir, je me rends à une démonstration Tupperware ».

Il y eut mâchoires tombantes, Il y eut rires, il y eut sarcasmes, il y eut grand remou.

Parce qu’apparemment, je suis tellement rock and roll que m’imaginer à une démonstration Tupperware, c’est un peu comme imaginer Amy Winehouse chez le toiletteur pour yorkshire. Ni plus ni moins.

« Rehab dans ta face »

Je ne vous cache pas que j’aurais préféré me rendre à une rave party ou, plus réalistement à un autre genre de démonstration, du style « Upperware », par exemple.

« Gode Save The Queen »

Mais il faut se faire à l’idée que cette fois c’est bien vrai, la quarantaine me guette, et ce que l’on me propose comme activité un soir de semaine, c’est me présenter un stock de boites en plastique.

ENJOY.

« Danse de la joie »

« Il faut vivre avec l’acceptation de son âge », me suis-je dit.

C’est donc résignée que je me suis rendue à la réunion, en parfaite ménagère que je suis malgré tout.

« Je les ai presque toutes »

Je ne vous raconterai pas comment s’est déroulée ma soirée, sous peine de vous tenir un listing du catalogue et de vous assommer définitivement.

J’irai droit au but, vous avouant avec honte une chose incroyable : je me suis acheté un appareil révolutionnaire qui bat les blancs en neige.

Et, ça, sans vouloir faire de parallèle dégueulasse, jamais je ne l’aurais acquis à une soirée Upperware.

« Je me sens très Miaou-Miaou, ce soir »

« Bats tes blancs tout seul comme un grand, moi je lis « Femmes d’aujourd’hui » »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :