Illustrations

Inktober 4. Vase

Quand j’arrache des pissenlits dans la pelouse et que je les apporte à maman, elle s’extasie toujours : “Oh mon bébé, tu offres des fleurs à maman ?!”. Alors, quand j’ai vu ces belles fleurs rouges sur l’appui de fenêtre, j’ai voulu faire pareil. Mais les choses ne se sont pas passées comme d’habitude. J’ai pas compris pourquoi.

Ma participation à Inktober – Un dessin par jour pendant le mois d’octobre selon un thème imposé (J’ai choisi de vous raconter une aventure quotidienne du Pimousse selon les thèmes d’Inktomorphe) “Vase”)

Illustrations

Inktober 3. Baignade

J’ai vu la mer. Ses grandes vagues agitées, ses rouleaux puissants. J’ai couru sur le sable mouillé. Mes orteils s’enfonçaient profondément. J’ai envoyé valser mes vêtements et mes bottes. Me suis jetée dans l’eau froide, glacée. J’ai crié. Mon cri a rejoint celui d’une mouette qui retentissait au loin. Les vagues me frappaient en plein visage, en grandes éclaboussures. Je me suis allongée sur le dos. Me suis laissée flotter comme un bouchon. Dans mes oreilles, j’entendais le reflux de mon sang pendant que, dans le ciel gris, de gros nuages oranges se prélassaient paresseusement. 

Ma participation à Inktober – Un dessin par jour pendant le mois d’octobre selon un thème imposé (J’ai choisi de vous raconter une aventure quotidienne du Pimousse selon les thèmes d’Inktomorphe) “Baignade”)

Illustrations

Inktober 2. Chat

J’étais dans les bras de maman. On observait Marcellito qui déambulait sur les toits quand j’ai dit : “Chat”. Maman s’est écriée : “Tu as dit chat, mon Bébé !!!” et elle m’a levée dans les airs. Puis elle m’a regardée dans les yeux et, tout en pleurant, elle a répété : “Tu as dit chat”. Ensuite elle a appelé Papy, puis Mamy en leur expliquant que je venais de dire chat. Papy et Mamy ont crié : “C’est formidable!” au téléphone, et mes tatas ont applaudi en criant : “Bravo, Pimousse !!!”.
Parfois, je me demande ce qui ne tourne pas rond dans ma famille. S’ils se mettent dans des états pareils parce que je dis “chat”, je me demande la tête qu’ils feront quand je leur parlerai des plans que je vais soumettre pour le Nobel de chimie, mon grand projet d’explosifs à base de litière pour chats et de chips aux crevettes.

Ma participation à Inktober – Un dessin par jour pendant le mois d’octobre selon un thème imposé (J’ai choisi de vous raconter une aventure quotidienne du Pimousse selon les thèmes d’Inktomorphe) « Chat »)

Illustrations

Inktober 1. Retour de marché

Tous les jeudis, maman m’emmène au petit marché de notre quartier. Elle dit qu’il faut faire le plein de vitamines. Monsieur Léon, le crémier, m’offre toujours un petit morceau de fromage. J’aime bien.
Ce matin, le filet d’oranges que maman portait s’est cassé et les oranges ont roulé partout. Comme la rue est en pente, maman a dû courir pour les rattraper. C’était vraiment rigolo de la voir courir comme ça et de la voir se coucher sur le sol en allongeant le bras pour essayer d’attraper les oranges qui avaient roulé en dessous des voitures. J’ai voulu l’aider à ramasser les oranges, mais elle m’a dit : “Laisse-moi faire, Pimousse. Ne touche à rien”.

(Ma participation à Inktober – Un dessin par jour pendant le mois d’octobre selon un thème imposé (J’ai choisi de vous raconter une aventure quotidienne du Pimousse selon les thèmes d’Inktomorphe) « Retour de marché »)

Carnets d'atelier

Coquelicots et fleurs sauvages

Un champ de coquelicots à la nuit tombante. S’arrêter. Photographier.

D’autres fleurs des champs qui semblent s’en mêler/ s’emmêler.

Des lumières qui s’allument au loin, petits points de feu.

Un insecte qui se balade sur les tiges.

Une liane de petits coeurs qui semblent ne s’adresser qu’à moi.

Les croquer dans un carnet.

Carnets d'atelier

Fleurs sauvages et belles plantes

Grosse insomnie qui me fait quitter mon lit à six heures du matin. Je décide de descendre à l’atelier, l’oeil hagard et le cheveu rebiqué.

Visiblement, Stanislas trouve que ce n’est pas une heure pour s’y mettre et tente d’empêcher mon génie de s’exprimer en faisant un sitting sur ma tablette d’aquarelles.

Une fois le chat éjecté, je peux me concentrer sur un moment vécu la veille, la petite Hannah qui se promène le long de l’eau et des fleurs.

Un croquis à l’encre … Une légère esquisse à l’eau.

Je rajoute plein de crayon par ci et un soupçon d’acrylique par là.

J’aime bien photographier les petits tests couleurs dans les marges. C’est poétique et ça indique bien la palette qui nous a inspirée.

Toutes ces belles fleurs m’ont donné envie de m’attaquer à un sujet délicat de par leur légèreté et leur transparence : les coquelicots, photographiés autrefois quand il m’arrivait encore de crapahuter dans les champs.

Carnets d'atelier

Pissenlits

Eclabousser dehors.

S’inspirer dans les livres.

Tendre la feuille pour la préparer à l’aquarelle.

Laisser sécher la première couche.

Sentir (en toute modestie) le chef-d’oeuvre pointer le bout de son nez.

Défaire le scotch.

Poser parmi les fleurs .

Demander l’avis d’Akatek.

Qui trouve qu’ici c’est bien aussi.

Pissenlits – 13X18 cm